«Il faut y croire ensemble»

L’entraîneur de l’ASEC Mimosas, Alain GOUAMENE, entretient un esprit positif qu’il s’efforce de communiquer à ses collaborateurs et à ses joueurs, à quelques journées de la fin la Ligue 1. Voici ce qu’il nous a confié. Interview !

– Comment expliquez-vous le fait que des attaquants, qui marquaient beaucoup de buts dans d’autres clubs, perdent leur efficacité une fois qu’ils endossent le maillot de l’ASEC Mimosas et cela depuis environ 11 saisons ?

– Vous dites bien que ce problème n’est pas nouveau à l’ASEC Mimosas. Le maillot de notre club est très lourd à porter. Jouer à l’ASEC Mimosas est très difficile pour les jeunes joueurs qu’on essaie d’aider physiquement, techniquement, tactiquement, mais surtout moralement. Lorsque ces jeunes attaquants ne parviennent pas à marquer des buts et à s’accrocher moralement, ils s’enterrent complètement. On a commencé la saison avec GUINDO Saliou, DAGNOGO Drissa, KONE Djakaridja. On continue aujourd’hui avec GUINDO Saliou et KONE Djakaridja et on a même renforcé notre attaque avec Obama TEGUE et MESSOK Ulrich. Mais aucun de ces jeunes attaquants ne parvient à exceller dans son rôle. Ce problème existait au cours des saisons précédentes où on n’avait que BOUA Koffi, le meilleur buteur de l’ASEC Mimosas, qui marquait la plupart de nos buts en transformant des penalties. Le problème de buteur se pose à nous avec acuité. C’est pour cela que je prépare mon équipe de sorte que tous les joueurs puissent marquer des buts. Parce que si on veut compter sur un seul joueur pour le faire, on ne s’en sortira pas.

A quelques journées de la fin de la Ligue 1, à un moment où l’ASEC Mimosas et l’AS Tanda, sont au coude-à-coude, cela ne trouble-t-il pas votre sommeil ?

– J’avoue que cette situation est très difficile. Mais on continue de travailler, de préparer nos joueurs sur tous les plans en les amenant à positiver pour redresser la barre. Malgré l’inefficacité criarde dont on souffre en attaque, on croit en nos chances de remporter la Ligue 1 et la Coupe nationale et on essaie de communiquer cette foi à nos joueurs.

– Que dites-vous à vos joueurs dans ces moments décisifs et difficiles ?

– Je leur dis d’être tranquilles, de penser positif, de ne penser qu’aux victoires. C’est de cette façon qu’on pourra avancer vers nos objectifs de champion de Côte d’Ivoire et de vainqueur de la Coupe nationale.

– Quel est l’état d’esprit de vos joueurs ?

– Ils ont le moral au beau fixe et ils sont déterminés à aller jusqu’au bout des objectifs qu’on s’est fixés.

– Que pouvez-vous dire pour conclure ?

– On a essayé de remettre en place un projet de jeu qui était celui du club depuis sa création, mais qui avait été mis de côté à un moment donné. Il faut continuer à y croire ensemble en étant convaincus qu’on sera champions de Côte d’Ivoire. Malgré notre inefficacité offensive qui nous met dans une situation difficile, on a le potentiel pour être champions de Côte d’Ivoire.

 

K.I

Interview extraire du magazine ASEC Mimosas-Les Enfants s’amusent

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-sept − 6 =