« L’ASEC est mon cœur »

Infatigable et emblématique supporter de l’ASEC Mimosas, YAPO Akré Djro Daniel dit « Vieux-Mimos de Blockhauss », pour marquer la différence avec l’autre Vieux-Mimos (Le Mauritanien SIDI Ould Ahmed) est très connu dans le village de Blockhauss et dans les rangs des supporters de l’ASEC Mimosas. « L’ASEC Mimosas est sa seule passion » : La teneur de sa rencontre avec Clément DIAKITE, dans l’émission « Le Salon des Actionnaires » sur RJN dont il était le 58e invité.

 Que représente l’ASEC Mimosas pour vous, aujourd’hui ?

Une grande fierté. C’est pratiquement le seul club ivoirien qui possède un complexe avec en son sein un hôtel, un restaurant, une Académie de football, un journal, un site internet, une radio etc… Me Roger OUEGNIN a fait de ce club une grande entreprise. L’ASEC Mimosas va de l’avant et continue d’avancer. Il faut accompagner le PCA dans sa gigantesque œuvre.

 Comment est née cette passion pour l’ASEC Mimosas ?

Je suis né en 1945, à Aboboté. Et déjà, à l’âge de 10 ans, nous nous rendions fréquemment au Stade Géo André, aujourd’hui appelé Stade Félix Houphouët-Boigny. Nous arrivions très tôt pour être choisi comme ramasseurs de balles. Pour la première fois,  je suis tombé sous le charme des couleurs et le beau jeu de l’ASEC Mimosas. C’est ainsi que j’ai commencé  à aimer ce club pour en devenir un fervent supporter. Je suis devenu un passionné de l’ASEC Mimosas avec des grands joueurs comme Jean KEITA, THEO Dossou, KONAN Yoboué, Paul KALOU, NENE Bi et autres que j’adulais. Je ne ratais aucun match de l’ASEC Mimosas. Dans les années 1970, même étant chauffeur dans la Société Jean Abil Gal, j’observais des arrêts pour aller voir les matches de l’ASEC. Et je ne suis pas de ceux qui abandonnent leur équipe après une défaite

 Vous avez tellement aimé l’ASEC Mimosas que vous avez créé une équipe dénommée « ASEC de Blockhauss (AB) ». Quel était le but recherché ?

J’ai créé cette équipe de football pour espérer mettre sur place, au village, une pépinière de l’ASEC Mimosas. Je n’ai pas été suivi dans ce projet et il est tombé à l’eau, lorsque j’ai été muté à Gagnoa.

 Après les matches de l’ASEC Mimosas, quel accueil vous réservait-on au village ?

J’étais accueilli en triomphe par les enfants du village lorsque l’ASEC gagnait son match, ce qui d’ailleurs était très fréquent. J’achetais des bonbons que je distribuais. Nous parcourrions le village aux cris des « Pipi mimos ! Pipi mimos… ». Par contre lorsque le résultat n’était pas bon, je rentrais sur la pointe des pieds. Je ne voulais pas être dérangé et je me couchais très tôt.

 Quand vous êtes devenu chauffeur du Cardinal, comment conciliez-vous votre travail (Chauffeur de guide religieux) et votre passion pour l’ASEC Mimosas ?

Le Cardinal sait bien que je suis un Mimos à mort. En dehors du service, je laisse libre court à ma passion. Je vous informe qu’il m’a donné sa caution pour venir participer à l’émission « Le Salon des Actionnaires » sur RJN.

 Quel est le meilleur souvenir que vous retenez de l’ASEC Mimosas ?

Comme la plus part des Actionnaires, l’avènement de Me Roger OUEGNIN à la tête du club est un moment très important de l’ASEC Mimosas. Il a révolutionné le club. Ce qui nous a permis de remporter le précieux  trophée de la Ligue des Champions en 1998. La cerise sur le gâteau, l’ASEC Mimosas a ajouté la Super Coupe d’Afrique des clubs à son palmarès. C’était vraiment formidable parce que l’ASEC Mimosas venait là, de clouer le bec à ses détracteurs.

 Qu’est-ce qui vous a le plus marqué négativement depuis que vous suivez l’ASEC Mimosas ?

C’est sûrement la blessure de Laurent POKOU, en janvier 1971. Cette blessure est intervenue au cours d’un derby ASEC Mimosas-Africa Sports. Après s’être joué de toute la défense vert et rouge, POKOU est abattu par le gardien de but FANNY Ibrahima. On a eu une grosse frayeur et j’ai même pleuré. POKOU s’est rendu en France pour se faire soigner et est resté indisponible pendant plus de 10 mois.

 Vous comptez fêter vos 60 ans de passion pour l’ASEC Mimosas. Comment se déroulera cette cérémonie ?

Nous avons vécu des moments de grandes joies et de douleurs, comme l’expédition de Kumassi (Ghana), en 1993, en tant que supporters de l’ASEC Mimosas. Bientôt 60 ans de passion, cela mérite bien une fête. Je compte prendre rendez-vous avec le PCA, Me Roger OUEGNIN pour solliciter le cadre de Sol Béni, au mois d’août 2015. Une grande fête anniversaire en perspective avec l’implication des jeunes de l’Académie MimoSifcom. Ce sera aussi une occasion pour remobiliser les Actionnaires de Blockhauss.

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 × 4 =