MOUKORO Cheick Ahmed, le rêve réalisé

MOUKORO Cheick Ahmed, l’ex-sociétaire de l’AFAD qui a signé à l’ASEC Mimosas, a tout de suite pris ses marques sous ses nouvelles couleurs. Il pétille de forme et nourrit l’ambition de réussir une belle saison pour faire parler de lui et donner une nouvelle dimension à sa carrière. Découverte.

« Je suis à la fois surpris et heureux de me retrouver à l’ASEC Mimosas. J’ai été formé à l’AFAD. Je m’y sentais bien. Je rêve de jouer un jour dans un grand championnat d’Europe. Je me disais que si je devais quitter l’AFAD, ce serait pour jouer soit à l’ASEC Mimosas, soit pour me rendre en Europe dans une bonne équipe. Mais je ne pensais pas que les dirigeants me laisseraient partir facilement à l’ASEC Mimosas. J’étais au Maroc, en vacances chez l’un de mes oncles, lorsque ADOU Dago Blaise m’avait appelé pour me dire que le Président Roger OUEGNIN voulait que je vienne le voir. Et puis les événements se sont précipités. Lorsque je suis rentré du Maroc, j’ai signé dans la même semaine à l’ASEC Mimosas», raconte MOUKORO Cheick Ahmed.

 Un rêve qui se réalise

« Mon premier rêve de jouer à l’ASEC Mimosas était en train de se réaliser. J’en étais tout heureux et fier. L’ASEC Mimosas est un grand club qui jouit d’une grande aura. Jouer dans ce club rend populaire. C’est une bonne rampe de lancement pour tout footballeur ambitieux. Je veux aller plus haut. Je veux devenir footballeur professionnel en Europe. Je sais que si je travaille, je vais y arriver. Ce ne sera pas facile. Pour bien me préparer, je dois d’abord réussir mon passage à l’ASEC Mimosas. Après avoir signé dans mon nouveau club, je me suis mis une pression qui pouvait me nuire. Je voyais comment les joueurs mimosas étaient sous pression chaque fois que nous les affrontions. Je me demandais si je pourrais la supporter et jouer comme à l’AFAD. Cela a rendu difficile mon intégration à l’ASEC Mimosas. C’est après que je me suis dit que je devais me libérer de cette pression. J’y suis arrivé progressivement. Je me suis libéré totalement après notre match amical contre WAFA du Ghana. Et depuis, je me sens bien » assure-t-il.

 Réussir à l’ASEC Mimosas

A présent MOUKORO Cheick rêve de réussir à l’ASEC Mimosas. Il sait que ce ne sera pas facile même si l’entraîneur Alain GOUAMENE lui accorde  déjà sa confiance. « Je dois continuer de travailler pour mériter la confiance de l’entraîneur. Je sais qu’à l’ASEC Mimosas, il me faudra progresser dans le jeu parce que nous allons jouer le titre de champion de Côte d’Ivoire, la Coupe nationale et la Coupe de la Confédération. Il me faudra être à mon meilleur niveau si je veux contribuer au succès de l’ASEC Mimosas sur tous ces tableaux ».

 De bons points, mais…

Pour Alain GOUAMENE, l’entraîneur principal de l’ASEC Mimosas, MOUKORO Cheick est un bel acquis pour le club. « Nous sommes contents de l’avoir avec nous. C’est un joueur qui a des qualités  techniques au-dessus de la moyenne. Il a tout pour devenir un grand joueur s’il croit en lui et persévère dans le travail. Il est très bon balle au pied. Mais le football, ce n’est pas seulement quand on a la balle. Il faut courir beaucoup pour se replacer chercher à reconquérir la balle. MOUKORO est bon dans le jeu offensif, mais il doit améliorer son jeu défensif », indique Alain GOUAMENE. Autre qualité que MOUKORO doit développer, « c’est avoir du caractère et savoir prendre des décisions. L’entraîneur me reproche de ne pas croire assez en moi pour exploiter tout mon potentiel et aider tirer l’équipe vers le haut. Je vais m’y atteler », conclut MOUKORO.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − huit =