« L’ASEC Mimosas demeure la référence en Afrique »

Benoît YOU, le Directeur Général de l'ASEC Mimosas était l'invité de SOCCEREX, le leader mondial dans le domaine de l’industrie du football, à l’occasion du SOCCEREX African Forum qui s’est tenu les 3 et 4 Novembre derniers à Durban (Afrique du Sud). Le forum s'est déroulé au Stade Moses Mabhida, qui a abrité la Coupe du Monde en Afrique du Sud et où ont eu lieu,  le samedi 1er novembre dernier, les funérailles de Senzo MEYIWA, le gardien de but des Bafana-Bafana assassiné, le dimanche 26 octobre dernier.
Benoît YOU revient dans cette interview, sur les thèmes développés lors de ce forum qui a réuni des acteurs du Football.

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est SOCCEREX ?

SOCCEREX est une société anglaise basée à Londres et qui organise depuis 1998  des Forums dans le monde entier avec  tous les acteurs de l’industrie du football afin d’échanger sur les problématiques liées à ce secteur d’activité et permettre à ses acteurs de se rencontrer pour développer des relations. Il y a donc plusieurs dimensions (Echanges et développement d’un réseau). On y retrouve chaque fois, tous les acteurs football  africain et pour un club comme l’ASEC Mimosas, il est très important d’y être  afin de marquer notre présence au sein du marché africain.

Ill est à noter que l’ASEC Mimosas était le seul acteur d’Afrique francophone et d’Afrique de l’Ouest.

Cet évènement a lieu une fois par an, en Afrique, mais aussi en Amérique, en Asie et en Europe. C’est une formidable opportunité de rencontrer d’autres acteurs centraux de l’industrie du football.

Pourquoi SOCCEREX vous a-t-il invité à participer à ce forum ?

J’avais déjà été invité en 2012 par SOCCEREX lors du forum africain à Lagos (Nigeria). Les dirigeants de SOCCEREX sont restés en contact avec moi afin de connaître le marché du football en Côte d’Ivoire et ils m’ont naturellement invité à cette nouvelle édition pour traiter l’un des thème à l’ordre du jour du forum.

Quel thème avez-vous développé ?

« Comment développer la prochaine génération de joueurs de talents en Afrique ». Nous étions 4 intervenants au cours de ce débat :

–  Dr Robin PETERSEN, ancien Président de la Fédération Sud-africaine de Football (SAFA) et actuellement Président de l’agence créée spécialement au sein de la SAFA pour le développement de la formation en Afrique du Sud,

–  Aaron MOKOENA, ancien capitaine des « Bafana Bafana » avec plus de 100 sélections. Il a joué à l’Ajax Amsterdam (Pays-bas) et à Portsmouth (Angleterre), en Europe.

–  Theodore DIMITRU …

J’y ai développé mon point de vue selon lequel l’Afrique est riche de ses joueurs de talents mais « il est dangereux d’être riche ». En effet, l’Afrique est certainement le continent avec le plus de potentiel de talents, mais les statistiques montrent clairement que le nombre de joueurs formés en Afrique évoluant au plus haut niveau européen est beaucoup plus faible que celui des sud- américains. Cela montre que le talent ne suffit pas, le talent sans le travail et une stratégie pour la formation des jeunes joueurs, ne permet pas de former des joueurs de très haut niveau. Quelques actions ont été menées en Afrique au cours de 20 dernières années en faveur de la formation (Académie mimoSifcom, Feyenoord au Ghana, Djambars au Sénégal …), mais elles sont restées très isolées. Aucun pays africain n’a développé un programme national en faveur de la formation des jeunes et les résultats ne sont donc pas surprenants. Or partout ailleurs dans le monde, on travaille beaucoup dans ce domaine et si les dirigeants africains (Confédération, Fédérations, Clubs …) ne se réveillent pas, il sera peut-être trop tard.

Ainsi, après les échecs répétés de l’équipe nationale d’Afrique du Sud, Robin PETERSEN a souhaité quitter son poste de Président de la SAFA pour se consacrer à la mise en place d’un plan de 10 ans pour le développement de joueurs d’élite. Ce plan est très ambitieux et de gros moyens ont été mis à sa disposition pour atteindre les objectifs. Il y a certes moins de joueurs de talents en Afrique du Sud qu’en Côte d’Ivoire, mais il semble qu’ils aient pris la mesure de leur retard et comme dans de nombreux autres domaines où ils performent, ils ont des chances de dépasser de nombreux pays africains dans quelques années.

Quels étaient les autres thèmes traités au cours de ce forum ?

Les différents autres thèmes traitaient du sponsoring, de l’utilisation des nouvelles technologies (Réseaux sociaux, applications mobiles, Internet …) pour attirer les supporters, du système des licences de club, du management sportif, de la relation entre les clubs et les communautés, du rôle d’une fédération …

Quel a été l’intérêt pour l’ASEC Mimosas de participer à un tel forum ?

Il est indispensable pour un club comme le nôtre d’être présent lors de ces évènements internationaux, comme nous le sommes avec Me OUEGNIN à la CAF, à la FIFA ou à l’ECA (Association des Clubs Européens). Nous y sommes régulièrement invités, car en Afrique, l’ASEC Mimosas demeure la référence en termes de clubs et d’organisation. Je m’en aperçois lors de chacun de mes déplacements et notre expertise est sollicitée en permanence.

De plus, les nombreux contacts lors de ces réunions permettent d’envisager le développement de notre club pour l’avenir.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

9 + dix-huit =