« Pour le mondial, notre richesse réside dans notre ambition »

A quelques jours de l’ouverture du Mondial 2014, Martial ASSEME, le Directeur des Programmes de RJN lève le voile sur le dispositif de la première radio sportive de Côte d’Ivoire pour vivre pleinement l’événement aux auditeurs. Voici ce qu’il nous a confié sur le sujet. Interview !

Quel challenge représente le Mondial brésilien pour RJN, la première radio exclusivement sportive de Côte d’Ivoire ?

En tant que première radio sportive en Côte d’Ivoire, la Coupe du monde qui se tient, cette année, au Brésil, sera l’occasion pour RJN de mettre tout en œuvre afin que les auditeurs aient le réflexe systématique de se connecter sur les 96.6 FM ou sur rjn.ci pour ne manquer aucun moment de ce grand rendez-vous mondial.

 RJN est-elle suffisamment armée pour assurer un excellent Mondial à ses auditeurs ?

Il est clair que la couverture d’un Mondial de football exige d’énormes moyens notamment financiers et logistiques. Notre structure est jeune et financièrement, il va sans dire que nos ressources sont des plus modestes. Mais notre richesse réside dans notre ambition à faire l’impossible en vue de fidéliser les auditeurs de RJN. En conséquence, nous avons mis sur pied un dispositif incluant nos journalistes et reporters, un réseau de correspondants a Abidjan et a l’intérieur du pays, mais également des consultants sportifs pour faire vivre le mondial à tous ceux qui écouteront RJN, comme s’ils étaient au Brésil. Ce dispositif sera renforcé par nos   partenaires  français de RMC Sport, lesquels sont déjà déployés au Brésil. Cela devrait donc offrir  aux inconditionnels de RJN, mais aussi aux nouveaux auditeurs, l’opportunité d’entendre en exclusivité des interviews, des reportages de terrain, et des scoops. En outre, ce sera le prétexte pour récompenser la fidélité de nos auditeurs grâce à des jeux.

Certaines rencontres auront lieu au-delà de  minuit TU. Comment RJN compte-t-elle se prendre pour tenir ses auditeurs en éveil ?

Ce n’est un secret pour personne que les Ivoiriens sont friands de football. Et quand il est question de la Coupe du monde, il y a une sorte de frénésie qui s’empare des populations. Par conséquent, la programmation tardive des matchs ne devrait pas vraiment constituer un facteur limitant dans leur envie de suivre les matchs. A ce titre, nous allons les accompagner grâce à nos émissions spéciales qui les maintiendront en éveil.

Depuis plus d’un mois, RJN est déjà aux couleurs du Mondial brésilien avec la capsule « Cap sur le Mondial » qui prend fin ce jeudi 6 juin. Pensez- vous avoir atteint vos objectifs, avec cette émission ?

Je répondrai par l’affirmative puisque c’était un gros challenge d’initier un tel programme deux mois avant le début de ladite compétition. On s’est interrogé justement sur ce qui pouvait tenir lieu de valeur ajoutée de RJN, en sa qualité de radio sportive, à l’approche de cet évènement. C’est ainsi qu’a été initié « Cap sur le mondial », qui consistait à communiquer sur l’actualité liée aux préparatifs de cette compétition. Cette production d’une dizaine de minutes diffusée après les journaux de midi et 18h, met aussi en avant la présentation des stades  brésiliens et  des arbitres devant officier les matchs. Elle fait surtout un gros plan sur les 32 équipes en lice pour le mondial, tout en les faisant découvrir au-delà de l’aspect sportif. D’où la présentation des nations en question sous un angle plus large prenant en compte leur histoire, leur géographie, leur culture etc.  Je suis encouragé par les échos nous parvenant, ce qui montre que nous avons tenu notre pari. Je veux profiter de l’occasion pour saluer mes collaborateurs qui ont travaillé inlassablement pour que nous respections les délais de livraison.

 La Coupe du monde est un événement qui bénéficie d’une grande couverture médiatique, quelle sera la valeur ajoutée de RJN pour faire la différence?

Nous souhaitons profiter de cet évènement pour lancer le concept de RJN, la radio de la Coupe du monde de football. A cette occasion, nous voulons continuer de donner la parole aux auditeurs. Leur permettre de donner leur opinion sur cette compétition, son déroulement, ses acteurs.  A cet effet, l’émission de libre antenne «Droit au but» qui passe en mode mondial deviendra presque quotidienne puisque  désormais diffusée du lundi au vendredi, de 11h à 12h. Par ailleurs, nous laisserons s’exprimer, en vue de partager leurs analyses, des sommités de l’univers du sport, notamment des athlètes et journalistes sportifs.

 Selon vous, quelles sont les chances des représentants africains, notamment la Côte d’Ivoire ?

J’ai la conviction que cette année, il faut s’attendre à beaucoup de surprises agréables de la part des représentants africains. Par le passé, le nombre d’équipes africaines à participer à un mondial n’était pas important. Aujourd’hui, elles sont au nombre de cinq et leurs performances ne cessent d’évoluer au fil des années. De plus, il n’y a plus de complexe pour les Africains à se mesurer aux grandes nations de foot. Aussi, je pense que les équipes du continent ont de réelles possibilités d’atteindre pour la première fois le cap des demi-finales. A elles, d’en être conscientes et d’exploiter leur potentiel. Et c’est mon vœu le plus cher pour les Eléphants qui méritent de briller au Brésil.

 Qui est, selon-vous, le grand favori de la compétition et pourquoi ?

Selon les projections de la banque américaine Goldman Sachs qui a  l’habitude des pronostics tant sur les plans financiers que sportifs, le Brésil qui a l’avantage d’abriter le mondial 2014 serait le grand favori de la compétition. C’est vrai que, d’une part, j’aimerais voir le Brésil revenir au sommet du football mondial et peut-être que cette année le lui permettra. Mais d’autre part, je penche plus pour l’Espagne dont les clubs madrilènes, notamment le Real et l’Athlétique ont plané cette année sur le football européen. Cela dit, le football n’étant pas une science exacte tout reste possible, et des équipes que l’on n’attend pas peuvent faire la différence.

Wait and see.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq + 8 =