Le regard de Mamadou GAYE sur Kaizer Chiefs

«Forces et faiblesses des Amakhosi»

Actuel deuxième du championnat d’Afrique du Sud et vainqueur de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe 2001, Kaizer Chiefs rêve d’une nouvelle consécration continentale, cette année, en Coupe de la Confédération.  Quelles sont les forces et les faiblesses de cette formation ? Gaye Mamadou, chef du Service des sports de la RTI1 qui connait bien cette formation, nous en donne une idée.

 

LES FORCES 

Le public. « Kaizer Chiefs est l’équipe la plus populaire d’Afrique du Sud. C’est le seul club qui compte de nombreux supporters dans toutes les régions du pays et dans les pays voisins. Que ce soit à domicile où à l’extérieur, cette équipe draine plus de supporters que ses adversaires. Le public des Amakhosi (qui signifie les chefs ou les Seigneurs en zoulou) est le plus chaud et le plus fidèle d’Afrique du Sud. Son soutien est déterminant dans les victoires de son équipe, car il sait donner des ailes à ses joueurs et influencer l’adversaire. Les supporters des Amakhosi constitueront le douzième homme que les Mimosas devront affronter courageusement pour réussir un bon match à Johannesburg».

 

Une équipe d’expérience.

« Kaizer Chiefs est une équipe qui a beaucoup d’expérience avec ses nombreux internationaux sud-africains et étrangers. Il y en a 9 en tout dont les Zimbabwéens Knowledge MUSONA, Kingston Nkhatha (tous deux attaquants), Willard Katsande (milieu de terrain) et l’immense ougandais Ivan Bukenya (défenseur central). L’expérience du haut niveau et le nombre de ses internationaux constituent un atout certain pour cette formation ».

 

Le fighting spirit. « L’esprit de jeu de Kaizer Chiefs en fait un adversaire redoutable. Avec son style de jeu qui s’inspire de celui des équipes anglaises, elle allie merveilleusement vitesse d’exécution, technicité, rigueur tactique et jeu très physique. Ses joueurs sont capables de courir à un rythme effréné pendant 90 minutes ».

 

Une attaque prolifique. «Kaizer Chiefs tire sa force de son efficacité offensive. Cette équipe possède la deuxième meilleure attaque (36 buts marqués) derrière Mamelodi Sundowns (45 réalisations) contre seulement 16 buts encaissés. C’est une équipe équilibrée qui sait marquer des buts et défendre ses acquis ».

 

Les individualités. « Les Amakhosi possèdent de grandes individualités dans leurs différents compartiments. Dans les buts, il y a l’international sud-africain Itumeleng KHUNE, un solide gaillard (1,81), mais très agile, toujours bien placé et qui commande bien sa défense. En défense centrale, on pourrait citer l’international ougandais Ivan BUKENYA (1,90). Il est très offensif et n’hésite pas à monter balle au pied pour appuyer ses milieux de terrain. Vu sa grande taille et sa puissance physique, il a un jeu de tête redoutable sur les corners. L’ASEC Mimosas devra se méfier de ce joueur. Dans l’entre-jeu, il y a l’international sud-africain Siphiwe TSHABALALA qui est l’un des grands maîtres à jouer de cette formation. Enfin, en attaque, Kaizer Chiefs possède les deux meilleurs buteurs de la Premier League sud-africaine en Bernard Melvin PARKER (10 réalisations) et le Zimbabwéen Knowledge MUSONA (8 unités). Ce sont de véritables renards de surfaces de réparation qui font mal ».

 

 

LES FAIBLESSES

 

Un moral en berne. «Après avoir mené la course en tête jusqu’à la 23e journée, Kaizer Chiefs a perdu ses deux derniers matches en championnat face Mamelodi Sundowns, puis devant Black Aces, en attendant de se déplacer à Polokwane City. L’équipe est actuellement deuxième derrière Mamelodi avec un match en moins. Elle est en plein doute et cela peut jouer en faveur de l’ASEC Mimosas».

 

D’autres centres d’intérêt. « Kaizer Chiefs est qualifiée pour les demi-finales de la NedBank Cup qui est l’un de ses deux objectifs phares de la saison. Cette Coupe et la Premier League (la D1 sud-africaine) peuvent lui rapporter beaucoup plus d’argent que la Ligue des champions et la Coupe de la confédération réunies. Le club a déjà été sanctionné par la CAF, dans le passé, pour avoir refusé de disputer la Coupe de la Confédération. Pour éviter une nouvelle sanction, elle dispute cette compétition, mais avec l’esprit tourné vers la Nedbank Cup et la Premier League ».

 

Une équipe émoussée. « Pour avoir été sur plusieurs fronts, les joueurs de Kaizer Chiefs accusent aujourd’hui une grande fatigue. D’où leur fin de saison laborieuse. Cela pourrait être un lourd handicap face à l’ASEC Mimosas ».

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × trois =