Olivier CAVERNES, le nouveau préparateur mental

A l'instar des plus grands clubs du monde dotés d'un centre de formation, l'ASEC Mimosas a loué les services d'un préparateur mental en charge d'un meilleur développement psychique de ses athèltes. Nous avons rencontré Olivier CAVERNES, le préposé à cette tâche qui se découvre pour nos internautes dans cet entretien.

Olivier CAVERNES. Pouvez-vous, vous présentez à nos lecteurs?

Je suis Olivier Cavernes, français de 42 ans et installé en Côte d’Ivoire depuis 2 ans. J’ai fait ce choix grâce à ma femme qui est franco-ivoirienne. Ancien judoka de haut niveau pendant plus de 10 ans en France et après avoir vécu 2 ans au japon, j’ai passé un DEA en Sciences du sport et un DESS en psychologie clinique pour accompagner mentalement les sportifs français. J’ai travaillé pour les fédérations françaises de surf, de judo, de rugby dans des centres de formation, véritables pépinières à champions.  J’ai accompagné des athlètes sur des championnats d’Europe et du monde. Depuis 2 ans que nous sommes en Côte d’Ivoire, ma compagne et moi avons crée IC CONNEXION. Nous mettons notre expertise de l’humain au service des entreprises  désirant augmenter la performance de leurs collaborateurs.

 Vous êtes également et désormais membre du Staff de l’Académie MimoSifcom en tant que préparateur mental, depuis peu. Qu’est-ce qu’un préparateur mental ?

Un préparateur mental est un psychologue ayant une très bonne connaissance du sport de haut niveau. Il aide le sportif à exprimer son potentiel, à donner le meilleur de lui-même gâce à un travail spécifique portant en général sur la concentration, la gestion des émotions, la stimulation de la confiance et de l’agressivité positive. Il aide l’athlète à mieux se connaître et à utiliser ses points forts. C’est un révélateur de talent. Le préparateur mental ne se substitue jamais à l’entraîneur. Il effectue un travail complémentaire, un peu comme une courroie de transmission entre le  coach et les athlètes. En ce qui me concerne, j’ai commencé à travailler avec l’équipe réserve depuis début décembre.

 Où se situe votre domaine d’intervention à l’Académie MimoSifcom ?

Nous travaillons sur la gestion des émotions (confiance en soi, gestion du stress, lucidité, agressivité positive), sur la concentration (rester focus sur l’instant présent, ne pas se laisser distraire par l’enjeu, le public). Je travaille aussi avec eux sur les composantes  de la performance que sont la régularité, l’engagement, le travail rigoureux, la ponctualité, enfin tout ce qui caractérise les contraintes du haut niveau. Comme le souligne aussi Julien CHEVALIER, le Responsable de la formation à  l’Académie MimoSifcom : «Devenir  sportif professionnel nécessite un engagement quotidien ».

 Quels sont les avantages pour un centre de formation de  se louer les services d’un préparateur mental ?

Les avantages sont multiples. Ce travail participe à l’optimisation de la performance individuelle au service  du groupe. Il aide les athlètes à mieux se connaitre et à exprimer leur potentiel le jour des grand rendez-vous. En collaboration avec Julien CHEVALIER, nous leur apportons toute la rigueur nécessaire pour réussir dans un club professionnel et  les exigences du football européen.

 Sol Béni et l’Académie MimoSifcom vous offrent-ils  un cadre idéal pour mener à bien ce travail ?

Sol Béni porte bien son nom,  je ressens un immense plaisir à venir  y travailler. C’est un outil extraordinaire de travail, toutes les composantes sont réunies pour former de grands joueurs, mais aussi des hommes qui vont réussir leur vie. Car la vie ne s’arrête pas au foot, l’objectif étant  de s’accomplir dans tous les domaines. C’est pourquoi  la scolarité proposée aux Académiciens est aussi importante que le foot: par l’éducation, ils auront les outils pour négocier leurs contrats et créer une entreprise. Cela donne les armes pour ne pas se faire avoir !

 Que saviez-vous de l’ASEC Mimosas avant votre recrutement ?

En ce qui concerne le club de l’ASEC Mimosas, j’ai découvert cette institution grâce à mes amis judoka qui y travaillent, je pense au docteur Kinésithérapeute ZAKA Randriatsiferana et le maître judoka ADINGRA Apollinaire !

 Que pensez-vous de l’équipe de football de l’ASEC Mimosas ?

Je soutiens évidemment le club et son équipe qui, je pense, fera une belle fin de saison!

 Avez-vous un message à lancer ?

Le talent ne suffit pas. Ce qui fait la différence, c’est sa capacité à s’engager quotidiennement  à l’entraînement : « si je m’entraîne comme les autres, je resterai comme les autres, si je rêve d’un destin hors du commun, je dois avoir un entrainement et un engagement hors du commun ». Mais la réussite est aussi une question d’équilibre entre le physique, le mental et la technique, mais aussi la vie privée, sportive et scolaire. Je tiens à remercier Benoit YOU (le Directeur Général de l’ASEC Mimosas), Julien CHEVALIER (le Responsable de la formation à l’Académie MimoSifcom) et tous les pensionnaires de l’Académie MimoSifcom pour leur confiance et leur disponibilité.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

un × 1 =