Le hold-up clubiste

Après le succès (1-0) ramené du Liberia, le 28 février dernier, succès confirmée (2-0), une semaine plus tard, à domicile, devant les Red Lions, le Club Sportif Constantinois continue sa marche victorieuse en Coupe de la Confédération. Les Sanafir ont pris le meilleur (1-0) sur l’ASEC Mimosas à l’issue de la bataille des premiers 8es de finale aller,  au Stade Chahid Hamlaoui.

 Après deux défaites consécutives (4-0 devant le MC El Eulma et 1-2 sur ses bases face à  l’USMA), en championnat, les Verts et Noirs du CS Constantinois avaient repris des couleurs lors de leurs deux derniers matches qu’ils ont remportés face Aïn Fakrou (2-0) et devant l’Entente Sportive de Sétif (2-1). Après ces deux belles victoires, le bouillant public constantinois espérait vivre une belle soirée de football, face à la formation de l’ASEC Mimosas précédée d’une belle réputation, en Algérie. Elle l’a eue.  L’ASEC Mimosas a convaincu par la qualité de son jeu, certes, mais, elle a manqué d’efficacité en attaque et l’occasion d’arracher un bon résultat au CS Constantinois. Les Mimosas ont bien neutralisé leurs adversaires grâce à leur  milieu de terrain tenu par Zagbabayou Hugues, Sekyere Mark, M’Vondo Michel et Koffi Foba Stevens, et grâce à leur défense, toujours solide et disciplinée, avec Soumahoro Bangaly, Kangouté Adama, dans l’axe ; Koné Assane et Sakanoko Moustapha, sur les côtés. Ils ont mis en difficulté l’attaque des Vert et Noir jusqu’à cette 82e mn où Sangaré Badra Ali, le gardien de but de l’ASEC Mimosas, sorti en retard, est obligé de se jeter dans les souliers du porteur du ballon, provocant un penalty indiscutable. Sameur Abdelhakim (N°19) ne se fait pas prier pour  transformer la sentence en but.  Un but qui restera collé malgré les dernières tentatives des Jaune et Noir d’Abidjan.

L’ASEC Mimosas peut s’en vouloir d’être passée tout près d’une victoire précieuse pour avoir manqué des occasions nettes de but comme celles des 26è et 44e minutes. C’est d’abord Boua Koffi Davy qui réussit l’essentiel en se jouant du dernier défenseur, le capitaine libéro Maiza Adel. Puis, seul face au gardien, Cedric Si Mohamed, la frappe du pied gauche de l’attaquant mimosas n’est pas suffisamment appuyée pour prendre la direction des filets. L’autre action de but est impulsée par Zagbayou Hugues. Celui-ci s’appuie sur Fofana Ibrahim, déporté sur le flanc droit. Le centre de ce dernier, au point de penalty, ne trouve pas preneur alors que toute la défense clubiste est archi battue.

Bernard SIMONDI, le coach français du CSC, disait, avant ce match aller, qu’en dépit des nombreuses blessures dans ses rangs (8 joueurs au total), son équipe tâcherait de faire la différence, avant la rencontre retour. Après cette courte victoire, la formation du CS Constantinois a-t-elle vraiment fait la différence ? Nous le saurons, le dimanche 30 mars prochain, au Stade Félix Houphouët-Boigny.

 De notre envoyé spécial à Constantine

 Clément Diakité
 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux + 5 =