« Sol Béni est une référence »

Le Ministre de la promotion de la jeunesse, des Sports et des Loisirs, Alain LOBOGNON, a effectué une visite du complexe Sportif de l’ASEC Mimosas, Sol Béni, ce samedi 25 janvier, à partir de 9h00. Le Ministre était accompagné d’une forte délégation qui comptait messieur Moumouni SYLLA (Directeur de Cabinet), KONE Salif (Directeur Général de l’ONS), Mme YODA née KONE Mariam (Directrice des Sports de Haut niveau), SEKONGO Kafalo Daouda (Directeur Général des Sports), BA Florent (Conseiller Technique), Fernand DEDEH (Conseiller Technique)…
Sous une forte couverture médiatique, le Ministre et sa délégation ont passé plus de 5 heures d’horloge dans l’enceinte du temple Jaune et Noir.
 
C’est Benoît YOU, le Directeur Général de l’ASEC Mimosas qui a guidé la visite. Du terrain « Laurent POKOU », à l’Hôtel de Sol Béni, en passant par l’Académie MimoSifcom, sans oublier l’Espace Yves LAMBELIN et la Maison de la Communication, les hôtes  ont été émerveillés par la qualité des installations de Sol Béni. Au cours de son périple, le  Ministre s’est  fait présenté les joueurs de l’Académie MimoSifcom ainsi que le Staff technique et les joueurs de  l’équipe professionnelle sortis de la séance d’entraînement d’avant-match de la 13e journée. Après cette visite, une séance de travail de 2 heures a permis aux délégations d’échanger sur les réalités du Sport ivoirien. A la suite de la réunion, un point de presse  a été donné. La visite ministérielle s’est clôturée par un superbe déjeuner au restaurant « le Lam’s ».
Le Ministre et sa délégation ont quitté Sol Béni aux environs de 14h30.

 

                                                                                                                                                                                                               

 

La déclaration de Sol Béni

 

– Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l'Asec Mimosas,

 

Mesdames et Messieurs,

 

Chers amis de la presse,

 

Après la visite de telles infrastructures, je ne peux que traduire une satisfaction. Oui, satisfaction au regard du travail abattu et accompli. Que Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l'ASEC Mimosas reçoive mes félicitations et mes encouragements à faire davantage, non pas uniquement pour le club Mimosas, mais pour les jeunes de Côte d’Ivoire.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Cette visite, au-delà de la courtoisie qu’elle porte, est un hommage à Maître Roger OUEGNIN. La Communauté sportive lui doit beaucoup pour avoir dans les années 1990, révolutionné le football ivoirien. Bon nombre de résultats sont à mettre à son actif. Il a servi de locomotive et les résultats ont suivi.

 

Toute proportion gardée, la Côte d’Ivoire lui doit, en partie, la victoire des Eléphants à la CAN 1992, au Sénégal, parce que la joie de jouer et la saine émulation qu'il a inculquées aux athlètes ont eu des répercussions notables sur la performance et la cohésion au sein de l’équipe nationale.

 

– Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l'Asec Mimosas,

 

Dans votre vision futuriste de l’évolution du monde du football, vous avez créé l’Académie Mimosifcom qui est un joyau et un modèle de Centre de formation. Votre académie est, aujourd'hui, en Côte d'Ivoire, une référence en matière de sport-étude. Vous avez assis la réputation de l’ASEC Mimosas sur une claire vision des enjeux du sport en général, du football en particulier.

 

Très tôt vous avez compris que la formation était la clé de voûte du succès d’un club. Vous avez dès lors formé des athlètes qui font les beaux jours du football tant en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur. J’invite les autres clubs à imiter l’exemple de « Sol Béni ».

 

Mesdames et Messieurs,

 

Il me plaît, à ce stade de mon propos, d’annoncer au nom du Président de la République, Son Excellence Alassane OUATTARA qu’une aide exceptionnelle sera accordée cette année aux clubs engagés dans les compétitions africaines. Ces ressources publiques seront directement gérées par les clubs qui rendront compte à la tutelle à la fin de leurs compétitions.

 

Et toujours dans la vision prospective du Chef de l’Etat pour l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020, le Gouvernement s’engage à accompagner les clubs dans leur développement. Il est temps de passer du statut d’amateur à celui de professionnel, en faisant des clubs des entreprises sportives. Un tel soutien vise à donner au football son rayonnement d’antan, mais également à empêcher l’émigration des joueurs. Ceux-ci seront dès lors peu enclins à aller monnayer leur talent ailleurs.

 

Pour cette année 2014, ce sont 550 millions de francs CFA qui seront directement alloués aux clubs de ligue 1 de notre championnat national de football, qui doit à nouveau renaître et permettre à tous les Ivoiriens de se retrouver et de vivre ensemble la passion du football.

 

Egalement, dès 2015, une subvention sera accordée aux centres de formation qui fonctionneront sur la base d’un cahier des charges assorti d’une convention d’objectifs. L’Etat aidera les centres qui contribueront à former de vrais athlètes et les futurs cadres du sport ivoirien. Je veux parler des centres de formation qui permettent à l’enfant d’aller à l’école en apprenant toutes les règles du métier du sport.

 

C’est ce qu’ambitionne la réforme du sport. Celle-ci offrira à notre sport un modèle d’organisation et de financement efficace et efficient au profit de tous les acteurs de la communauté sportive.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Je saisis l’occasion de cette visite pour lancer un appel à la mobilisation autour du football. Et le football ivoirien doit retrouver ses lettres de noblesses.  La  stabilité des équipes dirigeantes, est à mon sens, l’un des piliers de cette mobilisation. C’est pourquoi, j’invite les responsables des clubs à mettre en avant l’intérêt de la communauté sportive.

 

Les sportifs ivoiriens veulent revivre les émotions des années 1990 avec un football chatoyant. Les stades doivent retrouver des couleurs et leur beau monde.

 

Dans ce sens, le Gouvernement jouera sa partition. La Communauté sportive doit en faire autant. Je suis persuadé qu’ensemble, nous y parviendrons. Ma conviction repose sur une réflexion de Maître Roger OUEGNIN, en son temps, paraphrasant en cela Napoléon, qui disait : « Il n’y a pas de citadelles imprenables, mais des citadelles mal attaquées ».

 

Avant de clore mon propos, je voudrais former pour vous, vos familles respectives une bonne et heureuse année 2014. Que le Seigneur guide vos pas et garde l’ASEC MIMOSAS et les autres clubs dans le creux de ses mains.

 

Je vous remercie.

 

Alain LOBOGNON
 Ministre de la promotion de la jeunesse, des Sports et des Loisirs

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quinze − 12 =