« Tout a commencé à Sol Béni »

Salomon KALOU, le sociétaire du LOSC (Lille) et ex-pensionnaire de l’Académie MimoSifcom profite de sa présence à Abidjan à l’occasion des fêtes de fin d’année, pour maintenir la forme à Sol Béni, sur le terrain Ignace WOGNIN de l’Académie MimoSifcom. Nous l’avons rencontré après une de ces séances. Entretien exclusif.
 

Quelles sentiments vous animent en retrouvant Sol Béni ?

Sol Béni est notre maison. Ma présence ici, m’évoque de nombreux souvenirs qui me rappelle d’où je viens. Je nous revois, tous petits, avec les autres pensionnaires de l’Académie MimoSifcom. Je me souviens entre autres que Kolo TOURE nous réveillait Yaya TOURE et moi, les matins à 5h, après le ‘‘fadj’’ (Ndlr : la prière musulmane de l’aube) pour travailler les «un contre un» et pour faire des séances de courses dans le sable.

 

Vous venez de finir une séance d’entraînements sur le terrain de l’Académie MimoSifcom. A quoi répond-elle ?

Nous reprendrons bientôt les entraînements parce que la trêve n’a pas été longue. Pour rester actif et me préparer physiquement afin de mieux reprendre, nous avons organisé ces séances à Sol Béni. Ce sont des occasions qui me permettent de travailler les situations de match. Il est bien pour un attaquant de travailler devant les buts pour garder de bonnes sensations. C’est ce genre de travaux que j’aime bien faire pour préparer mes matches.

 

Qui sont ces personnes avec lesquels vous travailler ?

Je suis avec YACE Philippe, un ami d’enfance et mon jeune frère Eustache KALOU. Nous sommes encadrés par mon préparateur physique du nom de Niki qui est un anglais. A chaque fois que j’ai une pause et que j’ai encore envie de travailler pour garder la forme, je l’appelle. Pour ce genre de travaux, on a toujours besoin de quelqu’un d’autre pour vous motiver et vous encourager. Parce qu’il est encore plus difficile d’exécuter, tout seul, certains exercices.

 Pourquoi avez-vous choisi de venir travailler à Sol Béni ?

C’est à Sol Béni que tout a commencé pour moi. C’est sur ce terrain de l’Académie MimoSifcom que nous nous entraînions. C’est un retour aux sources.

 Quelles sont vos relations avec les dirigeants actuels de l’ASEC Mimosas ?

J’entretiens de bons rapports avec les dirigeants Mimos. Notamment le PCA Me Roger OUEGNIN, mes grands frères BADRA Aliou et Ropero. Ces gens  là nous ont permis d’évoluer sainement et nous ont poussés à aller au delà de nos rêves. Ce sont des gens qu’on n’oublie pas.

 On connait désormais les adversaires des Eléphants pour le prochain Mondial, au Brésil. Quelles sont vos chances dans la poule C ?

Nous avons de grandes chances. Mais nous  savons que les matches de Coupe du monde ne sont pas des matches faciles. Il faut donc bien se préparer. Cela commence par une préparation individuelle de chacun, dans nos clubs pour maintenir une forme de compétition. Ce n’est peut-être pas une poule de la mort, mais c’est une poule difficile. Il faut prendre tous les adversaires au sérieux et beaucoup travailler afin d’atteindre nos objectifs.

 On vous annonce un peu partout pendant ce Mercato. Qu’en ait-il au juste ?

 Nous faisons un bon début de saison avec le club. Nous restons donc dans cette optique afin de réussir à nous qualifier pour la Ligue des champions. Ce beau début de saison me permet également de préparer au mieux  la Coupe du Monde. Après la Coupe du monde, on verra, mais pour l’instant je suis bien à Lille.

 Quels sont vos vœux pour la nouvelle année ?

Meilleurs vœux de bonheur à toute la Côte d’Ivoire. Que la paix y règne et qu’on vive ensemble dans une parfaite harmonie. Que la santé qui nous permet de réaliser beaucoup de choses émerge en chacun de nous.

Bonne année 2014, à tous!

 

                                                                                                                                                                 Interview réalisée par Harouna KONE.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 − 6 =