« Pourquoi je reprends maintenant»

Attendu à Sol Béni comme tous ses coéquipiers, le samedi 7 septembre dernier, pour la reprise des entraînements, c’est finalement un peu plus d’un mois après que MVONDO N’Dougsa Michel, le milieu de terrain de l’ASEC Mimosas, est réapparu à Sol Béni. Il nous explique pourquoi. Interview !

– Comment se sont déroulées vos vacances au Cameroun ?

– J’ai passé des bonnes vacances, en famille, au Cameroun. Je suis resté une semaine, à Douala, chez mon oncle maternel. J’avais vécu quatre ans chez ce dernier quand j’évoluais avec les Astres de Douala, une formation avec laquelle j’ai été vice-champion du Cameroun, en 2010, derrière Coton Sport de Garoua. Puis, je suis allé rejoindre mes parents à Yaoundé.

 

– Vous étiez attendu le samedi 7 septembre dernier, à Sol Béni, pour la reprise de l’entraînement. Pourquoi n’avez-vous pas pu honorer ce rendez-vous ?

– Je n’ai pas pu honorer ce rendez-vous important pour le club et pour moi-même parce que j’ai dû rester plus longtemps au Cameroun pour des problèmes administratifs. Cependant, j’étais en contact permanent avec le Président Roger OUEGNIN et le Secrétaire Général, DJOMAN Francis.

 

– Des rumeurs ont couru sur votre compte. Il se racontait que vous étiez parti pour l’Europe pour faire des essais dans des clubs du Vieux continent…

– Ce n’étaient que des rumeurs. J’étais à Yaoundé pour des problèmes administratifs. Je ne me suis rendu nulle part ailleurs pour des essais. Je suis toujours sous contrat à l’ASEC Mimosas. Je respecte mes engagements. Si je devais aller faire des essais en Europe comme la rumeur l’a annoncé ici, j’aurais informé mes dirigeants de l’ASEC Mimosas. Et puis, sans passeport, comment aurais-je pu me rendre en Europe ?

 

– Quels problèmes aviez-vous avec votre passeport ?

– Il était arrivé à expiration. Et au mois d’avril dernier déjà, j’avais obtenu une permission pour me rendre au Cameroun pour engager les formalités administratives et renouveler mon passeport. Ce document devait m’être expédié à Abidjan une fois qu’il avait été établi. Ce ne fut pas le cas. Lorsque je suis parti pour le Cameroun pendant les vacances, j’ai appris qu’on ne délivrait plus les passeports de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). En lieu et place, on établissait désormais des passeports biométriques comme ici en Côte d’Ivoire. Du coup, toutes les procédures que j’avais engagées pour le passeport CEMAC n’étaient plus valables. Il fallait de nouveaux dossiers pour faire établir mon passeport biométrique. Mon ancien passeport étant arrivé à expiration, je devais  attendre d’entrer en possession du nouveau pour revenir en Côte d’Ivoire. Malheureusement, cela a pris plus de temps. C’est finalement le lundi 7 octobre dernier que le document a été établi et je ne l’ai reçu que le vendredi 11 octobre passé. Je suis donc arrivé à Abidjan, le dimanche 13 octobre, pour reprendre l’entraînement, le lundi dernier, dans la matinée.

 

– Avez-vous pu respecter le programme d’entraînement individuel que votre entraîneur vous avait donné pour les vacances ?

– Oui, j’ai fait de mon mieux pour respecter le mien, même si ce n’était pas évident. Les différentes courses administratives m’ont pris beaucoup de temps. Mais je faisais chaque jour l’effort pour respecter le programme d’entretien physique que l’entraîneur nous avait donné.

– Comment s’est passé la reprise, le lundi dernier ?

– Tout s’est très bien passé. J’ai été très bien accueilli et tout le monde était content de me revoir. J’étais content aussi de revoir mes anciens coéquipiers. Le courant est vite passé avec les nouveaux. Ce fut pour moi une reprise dans la bonne humeur. Sur le terrain, je n’ai pas trop souffert. Je sais que les autres ont une grande avance sur moi au plan physique. Mais je compte rattraper ce retard grâce au travail.

– Quels sont vos challenges pour la nouvelle saison ?

– D’abord, il me faut retrouver rapidement la forme physique et mon meilleur niveau. Ensuite, j’ambitionne de remporter le titre de champion de Côte d’Ivoire. Jusqu’ici, je n’ai été que vice-champion avec les Astres de Douala, en 2010, au Cameroun et la saison dernière avec l’ASEC Mimosas, en Côte d’Ivoire. J’espère pouvoir remporter ce titre avec l’ASEC Mimosas, cette saison, conserver la Coupe nationale dans la foulée et disputer les matches de poules de la Ligue des champions de la CAF.

– Quel est votre dernier mot ?

– Je lance un appel aux Actionnaires pour qu’ils se rendent très nombreux au stade à chacun de nos matches. S’ils font la différence dans les tribunes, il y a de fortes chances qu’ils nous aident à faire la différence sur l’aire de jeu. Je compte sur eux pour nous apporter le soutien dont nous avons besoin pour la nouvelle saison. Je remercie enfin mes dirigeants et tout particulièrement le Président Roger OUEGNIN pour sa compréhension et sa patience à mon égard par rapport au temps que j’ai mis au Cameroun pour établir mon passeport. Je me battrai pour mériter la confiance qu’ils placent tous en moi.

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre × 4 =