« Nous avons travaillé et nous continuons de travailler pour revenir au sommet »

Après quelques mois de silence, Francis OUEGNIN, le Président délégué de l’ASEC Mimosas, parle enfin pour dresser le bilan de la Section football de l’ASEC Mimosas dont il a la charge, mais aussi pour mettre un terme aux rumeurs qui ont couru sur son état de santé. S’il dit avoir un sentiment mitigé par rapport à la saison écoulée, le Président Francis OUEGNIN nourrit toutefois beaucoup d’espoir pour la saison prochaine. Voici les raisons de son optimisme. Interview ! (2ème partie)

 

– La saison 2013-2014 débutera par le trophée Félix HOUPHOUET-BOIGNY qui va opposer le champion en titre, le Séwé Sport de San Pedro, au vainqueur de la Coupe nationale, l’ASEC Mimosas. Que représentera ce trophée pour l’ASEC Mimosas ?

– Ce match d’ouverture de la saison doté du trophée Félix HOUPHOUET-BOIGNY est très important pour nous. Le fait de l’appeler Trophée FHB nous motive à le gagner. Rien que le nom Félix HOUPHOUET-BOIGNY doit nous donner la force d’aller jusqu’au bout pour remporter ce trophée. Gigi et ses joueurs ont le devoir de le gagner afin qu’il trône dans notre vitrine qui est déjà assez garnie.

 – Quels seront les objectifs de l’ASEC Mimosas, la saison prochaine et quels seront les moyens pour les atteindre ?

 – Nos objectifs ne changeront pas. L’ASEC Mimosas est une équipe qui doit être toujours devant. J’ai beaucoup apprécié une interview de l’ancien Président de la FIF, Jacques ANOUMA, sur son site internet, et dans laquelle il disait : « Il y a l’ASEC Mimosas et les autres.. ». Quand vous êtes dans une organisation aussi importante, aussi bien huilée que celle de l’ASEC Mimosas, les objectifs ne changent pas. Il faut que nous reconquérions notre titre de champion de Côte d’Ivoire. Cela fait trois ans que nous ne l’avons pas remporté. Nous devons également remporter la Coupe FHB, la Coupe nationale et être, au minimum, en demi-finales de la Ligue des champions d’Afrique. Quant aux moyens que nous comptons nous donner pour atteindre ces objectifs, nous travaillons actuellement beaucoup pour les réunir. Nous avons nos partenaires et sponsors, des amis, des membres bienfaiteurs et nous comptons, la saison prochaine, sur une mobilisation exceptionnelle des Actionnaires. Nous avons besoin d’aide. Car l’ASEC Mimosas est devenue une grosse machine, une grosse cylindrée très difficile à conduire et à entretenir.

 – Pourquoi l’ASEC Mimosas jouera-t-elle la carte de la stabilité, comme vous l’avez indiqué tantôt, contrairement aux trois ou quatre dernières saisons où l’effectif avait été renouvelé chaque fois de 70 à 80% ?

– Pour une fois, notre effectif ne sera pas renouvelé de 70 à 80%. Tous les joueurs que nous voulions dans notre effectif ont signé ou renouvelé leur contrat. Hormis ceux que nous avons libérés pour insuffisance de rendement. Un seul ancien, en l’occurrence ZAGBAYOU Hugues, a envie de partir monnayer son talent en Europe. Mais, il est toujours sous contrat, à l’ASEC Mimosas. Le Président est prêt à le laisser partir, sans condition particulière, s’il a une proposition. Nous prions tous pour que ZAGBAYOU trouve un bon club en Europe. Parce que c’est un garçon bien. Et s’il en trouve un, il partira avec les bénédictions de Me Roger OUEGNIN et du Conseil d’Administration. Mais je lui dis toujours de ne pas forcer le destin. Il faut savoir attendre son heure. Et l’heure de ZAGBAYOU Hugues viendra. J’en suis convaincu.

 -Peut-on avoir une idée des recrues qui ont déjà signé et une idée de ceux qui partent ?

– Nous avons travaillé et nous continuons de travailler. Mais je ne peux rien vous dire pour l’instant. Le moment venu, le Président Roger OUEGNIN vous l’annoncera. Une chose est sûre, nous avons travaillé pour colmater les brèches, pour équilibrer notre équipe avec des recrues dont nous attendons beaucoup. Nous souhaitons que celles-ci répondent à nos attentes. Rendez-vous, le samedi 7 septembre prochain, à Sol Béni.

 – Quels sont les compartiments de l’équipe qui seront renforcés ?

– Nous avons souffert d’un manque de buteur durant ces 6 ou 7 dernières années. Nous espérons que ce secteur retrouvera sa force de frappe avec le retour d’OKAN Agoussi qui viendra épauler BOUA Koffi Davy, KOFFI Foba Stevens et DAO Youssouf. Nous avons aussi un milieu de terrain un peu lourd qui éprouvait d’énormes difficultés devant des adversaires plus mobiles et plus joueurs comme les milieux de terrain du Séwé Sport et du Stella Club. Nous avons renforcé ce secteur avec des jeunes qui pourront y apporter de la vivacité. L’entraineur TRAORE Siaka sait ce qu’il doit faire et nous lui faisons confiance.

 – Des journaux de la place avaient annoncé, à un moment donné, que toute l’équipe de l’Académie MimoSifcom qui a remporté le dernier Tournoi International du District d’Abidjan (TIDA) serait promue en équipe professionnelle pour permettre au club de repartir de zéro et préparer des succès plus durables. Pourquoi avez-vous abandonné cette option si c’était vrai ?

– Nous n’avons rien abandonné. Il faut, une bonne fois pour toute, apprendre ou retenir que les décisions, chez nous, à l’ASEC Mimosas, ne se prennent ni dans les journaux ni dans les maquis. Le club est dirigé par un Président et un Conseil d’Administration. Dites à certains de vos confrères, que vous connaissez d’ailleurs, qu’il est inutile, lorsqu’il s’agit de l’ASEC Mimosas, de rêver à notre place. Ceci dit, après le TIDA, nous avons observé nos jeunes joueurs de l’Académie MimoSifcom sur une longue période durant le championnat national des équipes réserves qu’ils ont d’ailleurs remporté dans le groupe B. Mais nous avons estimé qu’il leur fallait encore progresser pour être prêts pour le haut niveau. Nous avons promu 5 d’entre eux en équipe professionnelle. Certains resteront à l’Académie en raison de leur jeune âge, tandis que d’autres seront prêtés à des clubs de Ligue 1 ou de Ligue 2 pour s’aguerrir. Voici ce qui a toujours été prévu en réalité.

 – Quel est votre mot de fin ?

– Le dimanche 11 août dernier, j’ai écouté, sur les ondes de la Radio JN, la retransmission en direct, du déroulement de l’Assemblée Générale Ordinaire de l’ASEC Mimosas qui a eu lieu, pour la première fois, à Sol Béni. J’étais à la maison. J’observais les recommandations de repos total de mes médecins que je remercie au passage. J’ai ressenti, depuis chez moi, avec beaucoup d’émotion, l’ambiance familiale extraordinaire, mais studieuse qui a régné, ce jour-là, sous le chapiteau. Cela veut dire que les Actionnaires sont toujours avec nous. Ils ont compris qu’ils ont un club doté d’un beau  patrimoine, d’une équipe de football et d’un centre de formation qui vont encore les faire rêver. Ils se sont rendus nombreux, à cette occasion, à Sol Béni, leur complexe sportif. Les échos de la presse ont été, en général, très favorables. J’ai senti cet engouement. Je sais que les Actionnaires seront derrière leur équipe, la saison prochaine. Et je souhaite que 2014 soit une grande année pour nous, avec l’apport des Actionnaires. Le Président Roger OUEGNIN a dit que le pouvoir, à l’ASEC Mimosas, est donné par les Actionnaires. C’est vrai qu’ils ont pris du recul à un moment donné. Mais c’étaient des moments difficiles pour tout le monde.  Aujourd’hui, nous sommes en train de voir le bout du tunnel. Le pays est en train de revivre, de travailler. Je suis convaincu qu’on reverra de plus en plus nos supporters apporter leur soutien au club. La saison prochaine sera bonne pour nous parce que les Actionnaires ont compris que pendant la période difficile, l’ASEC Mimosas a continué de travailler. Et c’est pour cela qu’elle est arrivée deuxième en Ligue 1 et qu’elle a remporté sa 18e Coupe nationale. Quand j’écoutais les propos des uns et des autres, sur les ondes de la Radio JN de l’ASEC Mimosas, depuis la maison, le dimanche 11 août dernier, j’étais heureux de savoir que nous sommes un grand club. Le mot de la fin, c’est que les supporters viennent encore plus nombreux accompagner le Président Roger OUEGNIN. Vous savez, cela fait 24 ans qu’il est à la tête de l’ASEC Mimosas. Avez-vous senti un quelconque découragement, une quelconque démotivation de sa part ? Il est toujours le Président que nous avons connu avec la même flamme qu’à ses débuts, en 1989. Tout comme Me KONE Mamadou, MESSOU Kouablan, ACHI Caroline, DOSSO Tiémoko, DOSSO Mégnama, MAIGA Alou ainsi que tous les autres membres du Conseil d’Administration et moi-même. Je félicite DJIRA Youba et TRAORE Samba qui ont été nommés Vice-présidents du CNACO pour épauler Me KONE Mamadou dans sa lourde tâche de remobilisation des Actionnaires sur l’ensemble du territoire national. Je suis très confiant. En ce qui me concerne, je me suis bien reposé. Je serai beaucoup plus présent sur le terrain que je ne l’ai été ces dernières saisons. J’ai hâte de me rendre à Sol Béni, le 7 septembre prochain, pour la reprise de l’entraînement de l’équipe professionnelle. Nous serons encore plus disponibles pour travailler pour le bien de notre club. Je vous remercie.

 

Interview réalisée par KONE Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

17 − douze =