« Nous avons eu un bon comportement »

Julien CHEVALIER (Responsable de formation à l’Académie MimoSifcom) a conduit l’équipe réserve de l’ASEC Mimosas lors du championnat réserve 2013. Avec un groupe qui comptait la totalité des jeunes de l’Académie MimoSifcom et quelques joueurs de l’équipe fanion en manque de temps de jeu, l’ASEC Mimosas a dominé la poule B, dans laquelle elle était logée en compagnie de l’AFAD, de l’USC Bassam, du CO Korhogo, de l’EFYM, de la JCAT et de l’ES Bingerville. Julien CHEVALIER  trace le bilan de son équipe pendant ce championnat, dans cette interview.

Quel bilan faites-vous du comportement de l’équipe réserve de l’ASEC Mimosas dont vous aviez la charge lors du dernier championnat de la catégorie, sachant que vous avez terminé en tête de votre poule avec 9 victoires, 2 matches nuls et 1 seule défaite ?

Cette compétition était très intéressante pour les joueurs et le staff de l’Académie MimoSifcom parce qu’il a été l’unique occasion de nous mettre en situation de compétition, car mis à part durant le TIDA (Tournoi International du District d’Abidjan) auquel nous avons participé en Novembre 2012, ils n’y sont jamais confrontés.

C’est pour cela, qu’après quelques matches de championnat, nous avons insisté pour que cette compétition soit jouée exclusivement (ou presque) par des joueurs de l’Académie. En faisant jouer des joueurs se connaissant, je voulais que l’on puisse assurer une certaine qualité de jeu (ce qui ne fut pas toujours suffisant malgré nos victoires). Je voulais également que nos joueurs prennent conscience de la nécessité de s’investir mentalement (des manques rappelés par des rencontres comme le nul concédé, 3-3 contre le COK alors que nous menions 3-1) et apprennent à jouer pour « obtenir des points et un bon classement ». De plus, c’était très intéressant de pouvoir le faire face à des adversaires plus âgés et parfois même face à des effectifs de Ligue 1. .

 Pour ce championnat, vous avez utilisé une équipe composée de pensionnaires de l’Académie MimoSifcom. Quels ont été les grandes satisfactions et peut-être les déceptions dans ce championnat ?

Il était important de préparer nos joueurs qui vont devoir défendre les couleurs de l’ASEC Mimosas dans les prochaines années au plus haut niveau national et continental.  C’était l’objectif de cette participation  même s’il faut se garder de comparer les niveaux de compétition.

Tous les joueurs de l’académie ont participé au championnat. De manière générale, leur comportement a été bon. Nous sommes cependant toujours plus exigeant que les joueurs envers eux-mêmes et, dès lors que l’on sent des capacités pas totalement exploitées, notre métier est de leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas se contenter du minimum.

Tout n’a pas été parfait (efficacité, régularité dans la qualité du jeu produit…), mais félicitons-les pour les résultats obtenus, car il fallait aussi défendre l’image de l’Académie MimoSifcom et de l’ASEC Mimosas.

 

Est-ce lié si des joueurs (Ba Loua D’Avila, Soumahoro Mory, Dao Youssouf) ont effectué un passage anticipé chez les pros ?

En tout cas, c’était une bonne chose au vue des résultats des jeunes mais aussi des pros qui n’ont pas pâtit de cette réorganisation et ont réussi à obtenir leur billet pour la Ligue des Champions en terminant second de la Ligue 1.

 Après le tournoi International du District d’Abidjan, vous ajoutez cette performance à votre palmarès, en tant que responsable de l’Académie MimoSifcom. Quel sont les prochains challenges de l’Académie MimoSifcom ?

C’était deux types de compétitions différentes. Un tournoi court et relevé, avec des équipes étrangères comme le FC Barcelone et une forme de championnat plus hétérogène en termes d’opposition. C’est toujours agréable de gagner, et mieux pour tout le monde,  mais il faut toujours rester exigeant, objectif sur les performances réalisées et concentré sur la suite qui reste à écrire. Gagner ces compétitions n’offre aucune garantie sur l’avenir.

Le prochain challenge de l’Académie est maintenant d’intégrer et préparer une nouvelle génération à partir d’Août prochain. Nous avons mené de front la formation de nos joueurs et un gros travail de détection ces 6 derniers mois, avec mon staff, et nous sommes en train de finaliser ce travail. Deux saisons après mon arrivée, de nombreux joueurs vont être amenés à quitter l’effectif de l’académie (fin de formation…) dans les semaines à venir et nous nous devons de trouver leurs remplaçants pour toujours assurer la continuité du travail qui recommence à porter ses fruits.

 Des joueurs issus de l’Académie MimoSifcom (Dao Youssouf, Ba Loua D’Avila Adriel, Soumahoro Mory) sont souvent surclassés en équipe fanion pour participer aux matches de Ligue 1. Comment jugez-vous leur intégration dans ce groupe ?

C’est toujours délicat de passer dans le monde professionnel, et s’adapter à une nouvelle exigence. C’est difficile de savoir avec certitude comment ceux-là vont réagir à cette transition et surtout répondre à l’attente qu’ils suscitent. Encore plus en cours de saison. La confiance qui leur est accordée est déjà positive mais il faut ensuite faire ses preuves pour se faire une place au sein de l’effectif déjà constitué et montrer ses qualités dans un contexte de concurrence et de compétition plus intransigeant.

Ces joueurs (même si D’Avila a un peu plus joué que les 2 autres) ne se sont pas encore totalement libérés pour démontrer toutes leurs qualités. On a senti qu’ils étaient capables de bonnes choses techniquement, mais pas encore de manière suffisamment régulière pour vraiment se faire une place et peser sur le niveau de l’équipe.

Nous espérons qu’ils sauront prendre le « bon wagon » durant la préparation et réussiront à s’imposer dans l’équipe (KOUAME Constant et ZIRIGNON Badi sont également dans ce genre de situations un an après leur passage dans le groupe pro) et que d’autres les accompagneront.

 Où en est-on avec la tournée de détection de l’Académie MimoSifcom, entamée en janvier dernier dans la commune d’Abobo ?

Comme évoqué, plus haut, nous avons dû, tout en assurant la continuité du travail à l’Académie, relancer le chantier de détection, mis en veille après le départ de Sebastien Desabre qui en avait la responsabilité ces derniers mois. Nous avons donc effectué de nombreux déplacements dans les quartiers. 12 détections délocalisées dans les quartiers (Abobo, Yopougon, Koumassi, Adjamé … ) – plus de 2 500 joueurs observés – et 10 rassemblements de suivi régulier à Sol Béni pour affiner encore les observations – nous ont permis de convoquer une soixantaine d’enfants, le mardi 25 juin dernier, à Sol Béni. Nous retiendrons les meilleurs pour les inviter à un stage de tests durant 3 jours à l’Académie, du 1er au 3 juillet, avant de choisir parmi eux une vingtaine qui entreront officiellement à l’Académie à la rentrée prochaine.

 Quels sont les dates des vacances de l’Académie MimoSifcom ?

En effet, il paraît que les vacances approchent … Avec toutes ces missions, nous n’avons pas vu le temps passer. Mais le repos ne sera que plus mérité ! Là aussi, les cas sont multiples et s’adaptent aux diverses exigences, les départs vont être échelonnés. L’Académie fermera ses portes officiellement à partir du 12 juillet. Mais les joueurs amenés à rejoindre le groupe professionnel poursuivront les entrainements et les tests avec les pros jusqu’à la fin de saison qu’on espère clôturée, le plus tard possible, avec la Coupe Nationale.

Pour les jeunes et les nouveaux pensionnaires de l’Académie MimoSifcom, la rentrée aura lieu dès la mi-août pour une nouvelle saison.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 + seize =