« Il ne faut jamais baisser les bras »

 

Il est l’un des ex- joueurs Mimosas devenus professionnels en Europe les plus fréquents à Sol Béni. GOHI Bi Cyriac, l’ex-Académicien, auteur de 21 buts inscrits sur une saison passée avec l’équipe fanion de l’ASEC Mimosas, a comme, à son habitude, profité de ses vacances, pour faire un tour à Sol Béni, le jeudi 6 juin dernier, dans la matinée. Il a observé une longue halte à l’Académie MimoSifcom où il a rencontré le staff dirigeant avant de se rendre dans les salles de classe pour  prodiguer de nombreux conseils à ses jeunes cadets.Comme en janvier dernier, il s’est entretenu avec Clément DIAKITE, dans les studios Président TOURE Mamadou, devant les micros de Radio JN.

En janvier 2013, tu étais dans ce studio « Président TOURE Mamadou » de Radio JN alors que tu ne jouais plus depuis 7 à 8 mois pour cause de blessure et tu affirmais être venu prendre des bénédictions là où tu avais été formé de 2004 à 2008. Que s’est-il passé après ?

La suite a bien suivie son cours. J’ai repris les entraînements et j’ai joué des bouts de matches. Tout s’est donc bien passé, comme prévu.

 Tu as joué des bouts de matches parce que tu n’as pas encore retrouvé la plénitude de tes moyens. Que comptes-tu faire pour être à 100% au début de la prochaine saison et prouver à la direction du Royal Sporting Club d’Andercht qu’elle n’a pas fait le mauvais choix de t’arracher au club rival, le Standard de Liège ?

Je  retourne bientôt en Belgique pour entamer la préparation de début de saison avec l’équipe et tout le groupe afin de repartir sur de bonnes bases. La saison dernière, je n’avais pas fait cette préparation pour cause de blessure.

 Il bouillonne en toi une grosse envie de compétition après tes blessures, n’est-ce pas ?

Cela fait au moins un an que je n’ai pas vraiment joué. Tu devines bien combien j’ai hâte de me retrouver sur le terrain, pour montrer tout le bien qu’on pense de moi.

 Le mental a toujours été ta principale force pour surmonter les épreuves difficiles que tu traverses ou que tu as pu traverser jusque-là. Faut-il s’attendre que tu feras à nouveau appel à ce mental-là pour soulever des montagnes ? Tu n’as que 22 ans, et ton avenir reste radieux surtout que tu as un immense talent.

Je pense qu’il ne faut jamais baisser les bras. Il est vrai que j’ai été victime de graves blessures. Le plus important est de pouvoir se relever lorsqu’on est à terre. Je suis assez prêt mentalement pour surmonter tous les obstacles. J’ai seulement 22 ans donc encore capable de beaucoup de choses.

 Tu avais marqué les esprits en tant que meilleur buteur de Côte d’Ivoire avec 21 buts inscrits, en 2008, dès ta première saison en équipe professionnelle. Voici quatre ans que tu es en Belgique, comptes-tu réaliser un jour, la même performance en Europe ?

Même si je n’ai pas la même performance, j’aimerais bien m’en approcher. En 2010, j’étais bien parti avec 8 buts inscrits, mais j’ai été freiné par une blessure. Si je suis à 100%, je suis capable de marquer beaucoup de buts.

 Dans une interview accordée à Sudpresse Sports, le lundi 7 janvier dernier, tu as fait part de ton désir de jouer pour les Diable rouge (l’équipe nationale de Belgique). Est-ce à dire que Cyriac met définitivement une croix sur les Eléphants, malgré que tu aies déjà endossé le maillot Orange-blanc –vert en sélections jeunes ?

J’ai toujours désiré jouer avec les Eléphants. Mais lorsque tu constates qu’on ne te fait jamais appel, alors que tu sens des possibilités d’apporter quelque chose, tu es tenté d’aller voir ailleurs.  Je n’ai, par contre, jamais renoncé à la sélection nationale de Côte d’Ivoire. Je n’ai que 22 ans et j’espère que la porte de la sélection nationale m’est toujours ouverte. A moi de montrer de quoi, je suis capable.

 Que ressens-tu, à chaque fois que tu arrives à Sol Béni, le lieu de ta formation de base ?

C’est toujours un plaisir renouvelé pour moi de me retrouver à Sol Béni. J’y ai passé toute mon adolescence. Ça fait vraiment plaisir de revoir tous ceux qui m’ont aidé durant ma formation et par des conseils, pour me mettre sur le droit chemin.

 Comment se passent les vacances de Cyriac ?

Les vacances se passent comme prévu et bien. Le repos, des visites  et un peu de sports pour maintenir la forme avant la reprise constituent mon programme de vacances.

 Merci à tous et à très bientôt.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-huit + 1 =