« Préparer nos jeunes à l’esprit de compétition »

 

Sous la direction technique de Julien CHEVALIER, l’équipe réserve de l’ASEC Mimosas est entrée en compétition,  dans le championnat réserve, le mardi 25 février dernier, face à celle de l’AFAD qu’elle a battue sur le score de 1 but à 0. Que représente cette compétition ? Comment est constituée cette équipe réserve de l’ASEC Mimosas et quels sont les objectifs visés par le staff technique ?  Interview avec l’entraîneur Julien CHEVALIER.

– L’équipe réserve de l’ASEC Mimosas qui est sous votre responsabilité a commencé le Championnat Réserve, le mardi 25 février dernier. Comment est faite la sélection des joueurs de cette équipe réserve, version 2013 ?

La raison d’être de ce championnat, et donc de cette équipe réserve, est de permettre aux joueurs de l’effectif professionnel de garder le rythme et le goût de la compétition, en cas de besoin.

Mais, pour nous (l’ASEC Mimosas) elle a aussi pour intérêt de nous permettre de confronter nos jeunes  de l’Académie MimoSifcom à une première approche de la compétition (première, après le Tournoi International du District d’Abidjan – épreuve courte). Une étape très importante dans la perspective d’un possible passage en équipe professionnelle.

La composition de l’équipe est donc un mélange de joueurs professionnels à relancer qui encadreront les jeunes Académiciens à perfectionner et à aguerrir.

 – Logée dans la poule B, en compagnie de 6 autres équipes, l’ASEC Mimosas disputera, au total 12 matches en aller et retour. Quels  seront les objectifs recherchés dans cette compétition ?

Cette compétition doit permettre à nos jeunes d’apprendre à disputer une compétition, et des rencontres à points (rencontres comptabilisées), sanctionnés par un classement.

Nous sommes très motivés à l’idée de mettre en application le travail de formation effectué au quotidien dans un contexte de compétition face à des adversaires de bon niveau. Car la compétition et la formation ne sont pas à mettre en opposition. Il sera juste important de regarder le résultat, mais d’apporter aussi une grande attention à la qualité de la performance et du travail amenant à ce résultat.

Notre objectif est de former de bons joueurs, mais surtout des joueurs capables de répondre aux exigences de la compétition de haut-niveau.

Il faut donc déjà commencer par bien s’impliquer dans celle-là.

 

– Quels sont les rapports qu’entretiennent actuellement l’Académie MimoSifcom et l’équipe professionnelle entraînée par TRAORE Siaka ?

Tous les encadreurs de l’Académie MimoSifcom sont sur le terrain, 4 heures par jour, pour faire travailler et progresser nos jeunes. En espérant les voir apporter leurs qualités chez les professionnels. La dernière montée en professionnels de KOUAME Koffi Constant doit servir d’exemple à ses anciens coéquipiers de l’Académie.

Nous suivons les performances des pros et incitons les jeunes à s’intéresser et prendre exemple sur le niveau minimum à atteindre. Nous sommes à l’écoute des besoins de l’équipe professionnelle et du club et travaillons tous les jours pour répondre à nos missions et aider à renforcer l’effectif professionnel à court terme et, régulièrement, par la suite.

 

– Des joueurs de l’Académie MimoSifcom auront-ils la possibilité d’intégrer l’équipe professionnelle, avant la fin de saison ?

Certains jeunes de l’Académie sont déjà inscrits sur la liste des joueurs pouvant prendre part aux compétitions de la FIF. Leurs entrées en jeu sont d’abord liées aux performances de l’équipe professionnelle et l’implication de chacun d’eux, dans le championnat des réserves par exemple, pour montrer que l’on peut leur faire confiance.

La compétition qui s’ouvre doit donc permettre au staff du groupe professionnel de se faire une meilleure idée des qualités de nos jeunes dans un contexte de compétition.

Les joueurs, eux, se croient toujours prêts. A eux de prouver leur qualité, sur le terrain, lors des rencontres à venir.

 

– Vous revenez de France où vous étiez parti dans le cadre d’une formation. Peut-on avoir des détails sur ce séjour d’une semaine dans l’Hexagone ?

Cette semaine au Centre Technique National de la Fédération Francaise de Football s’inscrit dans la continuité de ma formation entamée la saison dernière pour laquelle j’avais déjà dû m’absenter.

Elle se déroule en 2 parties (Spécifique obtenue la saison dernière) et théorique (Session en cours) pour déboucher sur l’obtention du Diplôme d’Entraineur de Football – équivalent à la Licence UEFA – A.

La dernière semaine d’examen (dernière étape importante) aura lieu à partir du 11 mars.

Comme les joueurs, les coaches doivent, toujours chercher à s’améliorer.

 

 

                                                                                                                                                                                                                       Interview réalisée par H.Koné

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

12 + sept =