« Pourquoi je suis très honoré »

Récemment nommé Vice-président de la Section Football par le Président Roger OUEGNIN, SIBY Badra Aliou, l’ancien milieu de terrain international de l’ASEC Mimosas, évoque les raisons de sa nomination et ce qu’il entend faire à son nouveau poste pour aider la Section football des Jaune et Noir à relever tous ses défis de la saison.#

-Vous venez d’être nommé Vice-président de la Section Football de l’ASEC Mimosas après avoir été le chargé de mission du PCA, Me Roger OUEGNIN, puis membre du Conseil d’Administration du club. Commet expliquez-vous votre ascension dans les instances dirigeantes de l’ASEC Mimosas ?
-J’explique cette ascension par mon amour, mon attachement et mon abnégation à servir l’ASEC Mimosas. Même si ce n’est pas dans ce club que j’ai débuté ma carrière de footballeur, c’est lui qui m’a fait connaître. J’ai relevé de grands défis avec ce club en Côte d’Ivoire et en Afrique. Après mon départ pour une aventure professionnelle en Afrique du Nord, puis dans les pays du Golfe, je suis toujours resté en contact avec le Président Roger OUEGNIN et tous les dirigeants du club. A mon retour au pays, je suis resté fidèle au club. Je me rendais très souvent à Sol Béni pour m’entraîner avec mes cadets. Je profitais de ces occasions pour leur donner des conseils. Je pense que c’est au vu de tout cela que le PCA a décidé de faire de moi d’abord son chargé de mission, puis un membre du Conseil d’Administration du club et aujourd’hui, le Vice-président de la Section Football.

-Savez-vous que vous êtes le premier joueur mimos à accéder à ce poste ?
-Oui, je le sais. Tout ce que Dieu fait est bon. C’est mon destin. Je retiens que c’est un grand honneur pour moi d’occuper cette fonction. Je remercie le Président Roger OUEGNIN. Je remercie également tous ses collaborateurs du Conseil d’Administration, tous les Actionnaires et l’ensemble des sportifs ivoiriens. Toutes ces personnes ont accueilli favorablement ma nomination au poste de Vice-président de la Section football de l’ASEC Mimosas. Elles sont nombreuses à m’appeler pour me féliciter. Toutefois, je reconnais que c’est maintenant que le travail commence pour moi, à ce niveau, pour mériter la confiance placée en moi.

– Comment comptez-vous travailler aux côtés du Président Francis OUEGNIN ?
– Après l’avoir eu comme Président de la Section Football quand j’étais joueur, je suis très heureux de travailleur à ses côtés, aujourd’hui, comme Vice-président de cette section. Je me considère dans une phase d’apprentissage auprès de lui. Le Président Francis OUEGNIN est un homme d’une grande expérience. J’essaierai de mettre ma fougue et ma jeunesse à sa disposition pour mieux gérer notre section football.

– Quel rôle comptez-vous jouer précisément ?
– J’attendrai que le Président Francis OUEGNIN me donne des consignes. Mais, je me vois pour le moment comme un conseiller des joueurs. J’ai été footballeur. Je connais les mentalités et les problèmes des footballeurs. Je suis bien placé pour les conseiller et les aider à mieux organiser et réussir leur vie professionnelle
.
« Seul, je ne pourrai pas réussir ma mission. Je demande le soutien de tous. Je lance aussi un appel à tous mes cadets de l’ASEC Mimosas, d’ici et d’ailleurs, encore en activité à ne pas rompre les liens avec notre club qui demeure notre première famille sportive. »

– Est-ce à dire que vous serez toujours présent à Sol Béni et beaucoup plus proche du staff technique, médical et des joueurs ?
– C’est ce que je compte faire pour être un bon relais entre l’équipe professionnelle et les dirigeants, mais aussi entre les supporters et l’équipe afin de transmettre à celle-ci les messages qui me parviendront des supporters. Je ferai tout pour bien exécuter les missions que les Présidents Roger et Francis OUEGNIN et KONE Mamadou me confieront.

– Quel est votre avis sur les quatre dernières saisons de l’ASEC Mimosas ?
– Tout le monde, dirigeants, encadreurs techniques et médicaux, joueurs et supporters ont fait ce qu’ils pouvaient. Mais dans la vie, il y a des moments difficiles. Heureusement que l’ASEC Mimosas a résisté à ce passage difficile grâce à la maturité de tous ses membres. Aujourd’hui, on doit se montrer plus solidaire et trouver les moyens pour renforcer tous les acquis de notre club pour affronter ensemble nos défis futurs et les relever.

– De tous les challenges sportifs du club comme la L1, la Coupe nationale, la Coupe de la Confédération Africaine de Football, lequel revêt la plus grande importance à vos yeux ?
– L’ASEC Mimosas est un grand club. Mais on peut avoir de belles infrastructures sportives comme les nôtres, avoir une bonne organisation, la notoriété, un beau palmarès sportif et connaître des difficultés à un moment de la vie. C’est ce qui nous arrive depuis trois, voire quatre ans. Mais le plus important sera de se relever. C’est un défi qu’on devra tous relever ensemble pour reconquérir le titre de champion de la L1, en premier. Ce sera important pour repartir à la conquête de la Ligue des champions, en 2014.

– L’équipe professionnelle qui doit relever ces défis majeurs a encore été remaniée. Cela ne va-t-il pas constituer une grosse difficulté ?
– On a tiré les leçons de la difficile saison qu’on a connue cette année. On va donc rectifier le tir avec l’encadrement technique. L’entraîneur est en place depuis la fin de la Superdivision passée. Son groupe et lui avaient montré de belles dispositions vers la fin de la saison. Je suis confiant qu’avec ce staff et le groupe qui est en train d’être mis en place, l’ASEC Mimosas pourra s’en sortir.

– Quel est votre mot de fin ?
– Je remercie, une fois de plus, le PCA, tous les membres du Conseil d’Administration du club ainsi que toute la famille jaune et noir de m’avoir honoré. Je ferai tout pour ne pas les décevoir. Mais tout seul, je ne pourrai pas réussir ma mission. C’est pour cela que je demande le soutien de tous. Je lance un appel à tous mes cadets de l’ASEC Mimosas, d’ici et d’ailleurs, encore en activité à ne pas rompre les liens avec notre club qui demeure notre première famille sportive. Aujourd’hui, c’est moi qui suis honoré. Demain cela pourrait être l’un d’eux. Mais pour cela, ils doivent revenir à la maison jaune et noir et contribuer, à leur manière, au développement de notre club.

Interview réalisée par Ismaël Koné

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

9 − 2 =