« J’ai pu apprécier… »

Alors que les membres de son association, DK Cœur-Afrique étaient en visite à Sol Béni, Daouda KARABOUE, le gardien international français des Experts (l’appellation de l’équipe nationale de Handball de France) lui, était en séance d’entraînement dans la salle de gymnase de la Maison Excellence. A l’issue de son entraînement, le promoteur de DK Cœur Afrique qui n’a d’autre ambition que d’aider les jeunes ivoiriens à travers l’ouverture d’un centre de formation pour le handball, a bien voulu se confier à nous.#

C’est bientôt les préparatifs des J.O et vous, vous êtes à Abidjan dans le cadre des activités de votre Association DK-Cœur-Afrique. Pendant que les membres de votre ONG visitaient Sol Béni, vous étiez plutôt préoccupé à vous entraîner dans la salle de gymnastique. A quoi cela repondait-il ?

La préparation des Jeux Olympiques commence le 18 juin. Je profite de la seule période de vacances qu’on a pour maintenir la forme. Pour ne pas arriver trop décalé par rapport à la préparation proprement dite, il me fallait venir maintenir la forme. J’ai été bien appuyé en cela par mon frère Ibrahima DIOR qui évolue au PSG. Ça été un moment agréable puisque l’ASEC a mis toute son enceinte et la salle de musculation à notre disposition. J’ai pu apprécier sur place tout ce qui a permis de former de grands footballeurs qui sont sortis de l’Académie de l’ASEC Mimosas.

Le choix de l’ASEC Mimosas n’était donc pas fortuit ?

C’est même fait exprès. On est venu ici dans un but bien précis. D’abord, profiter des installations et voir de plus près, ce qui se fait à l’Académie MimoSifcom. J’en ai toujours entendu parler. Je suis parti en France à l’âge de 10 ans. Supporter de l’ASEC Mimosas, je regardais plutôt les matchs à la télévision. Je n’avais jamais approché ce complexe…

Vous êtes venu, vous avez vu, quel sentiment ?

Ça ne m’étonne pas qu’une pléiade d’internationaux soit sortie de Sol Béni. Vu l’encadrement, les structures mis à disposition, ce n’est pas étonnant pour moi. On voit que c’est une nécessité que les autorités prennent conscience qu’autant dans l’éducation sportive que dans l’éducation scolaire, on a besoin de structures pour former des talents que ce soient des grands sportifs, des diplomates ou des ingénieurs etc.

Pouvez-vous nous parler de votre Association ?

L’Association s’appelle DK Cœur Afrique. Elle a pour but de promouvoir la pratique du handball en Côte d’Ivoire. Cette année, nous avons passé un cap, c’est-à-dire que nous nous sommes lancés dans la formation de jeunes handballeurs un peu à l’image de ce qui se fait à l’Académie MimoSifcom. On aspire donc un jour ouvrir une Académie ici à Abidjan. C’est sûr qu’il va nous falloir du temps, mais dans tous les cas, on veut repartir à la base, faire de la formation et au fur et à mesure, construire un cadre peut-être pas aussi prestigieux que Sol Béni, mais équivalent à nos besoins.

Vous vous étiez donné quatre ans pour construire votre centre de formation. Il ne vous reste plus que trois ans pour tenir votre promesse. Ce délai est-il tenable ?

La première année que nous venons de passer a été consacrée à l’initiation du handball. La seconde sera consacrée à une partie de sélection. A partir des sélectionnés, on espère qu’on aura le budget pour construire ou du moins, pour poser la première pierre de notre Académie.

Avez-vous le soutien de la Fédération Ivoirienne de Handball dans ce projet d’Académie de Handball ?

C’est un sujet sensible. Nous ne sommes pas fermés. On souhaite travailler avec toutes les autorités ivoiriennes. De toute façon, ce projet n’appartient pas uniquement à DK Cœur Afrique. Il appartient aussi à la jeunesse ivoirienne. Quand ces jeunes seront formés, ils serviront la fédération de handball donc à la nation ivoirienne. Avançons, avançons… De toutes les façons, rien ne nous empêchera de travailler.

Avez-vous un appel à lancer aux jeunes ivoiriens qui vous suivent et qui aimeraient être comme vous ou comme bien d’autres sportifs de haut niveau évoluant en Europe ?

Tout simplement, si ­­tu es jeune, tu as de l’énergie à dépenser, tu as envie de partager avec des amis de bons moments, si tu optes pour le foot, tant mieux. Si tu as envie de voir autre chose, vient sur un terrain de handball. Il y a le projet handball pour tous qui est lancé, tu découvriras et tu apprendras à connaître les valeurs de ce sport.

Interview réalisée par D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − huit =