BELL et FOLQUET émerveillés (1ère partie)

Dans une interview récemment accordée au Magazine Mimosas, Joseph Antoine BELL (ex -gardien de but international du Cameroun) avait promis faire la visite de Sol Béni, dès que l’occasion se présenterait.
Ce vendredi 1er juin, il a joint l’acte à la parole en se rendant à Sol Béni en compagnie de Léon FOLQUET (Président du Comité National Olympique du Gabon), Mme FOLQUET et son ami et hôte, Francis OUEGNIN (Président Délégué, Président de la section Football de l’ASEC Mimosas).
Après près d’une heure de visite guidée, l’ancien international s’est une fois de plus prêté à nos questions. #

Quelles sont vos impressions après cette visite de Sol Béni ?

« Je ne sais pas si impression est le bon mot. Je suis forcément impressionné. C’est véritablement une bonne chose et j’imagine que ceci profère d’une vision saine, parce que je sais ce qu’il faut pour faire ce genre de choses. Et je crois que les moyens seuls ne suffisent pas car il ya beaucoup de gens qui ont les moyens mais qui n’ont pas fait cela. Je loue plus, la passion de ceux qui ont fait cela. Les moyens viennent en seconde étape. Il faut avoir suffisamment de passion et d’amour des autres pour leur offrir cela. Puisque ceux qui l’ont conçu ne jouent pas au football, ils le font pour d’autres qui y jouent. C’est un véritable témoignage que des générations successives n’oublieront jamais.
Ceci doit être un exemple pour tous les autres. Il n’est jamais gai d’être tout seul. Si on est tout seul, on n’est pas premier. On est premier que si on est avec quelques uns. Si l’ASEC Mimosas veut être premier, elle doit souhaiter que d’autres fassent la même chose. Sans quoi, elle restera toute seule.
Je croise les doigts pour la Côte d’Ivoire pour qu’il y ait des personnes qui suivent cet exemple.

Le PCA de l’ASEC Mimosas a justement lancé des appels à ses pairs des autres clubs pour les invités à suivre l’exemple de l’ASEC. Malheureusement cela tarde encore à se faire. Selon vous que faudrait-il pour amener ces dirigeants d’autres clubs à imiter l’ASEC dans le sens de la construction ?

Nous lançons des appels. Mais il ne faut pas croire que nous parlons à des individus spécifiques. L’appel est général. Peut-être que celui qui fera pareil n’est pas encore dans le football ou même qu’il n’est pas encore né. Ça pourra être le fils de quelqu’un, qui lui est aujourd’hui dans le football mais qui ne l’a pas fait. Il y a eu des gens qui ont les moyens de le faire mais qui n’ont pas eu l’idée de le faire.
Il faut en parler tous les jours mais pas en termes de leçons qu’on donnerait aux autres.
Moi, je peux parler parce que je viens d’ailleurs mais l’ASEC ne peut pas inviter les autres à faire la même chose. Elle peut simplement les inviter à ne pas trop la critiquer parce que quand vous êtes devant, trop loin, tout seul, les autres vous lancent des flèches. Ce n’est pas bien, ce n’est pas positif, ce n’est pas justifié.

En tant qu’ancien joueur à l’Africa Sports, quand vous voyez ces réalisations, avez –vous des regrets ?

« Si je devais en avoir, ce serait de n’avoir pas bénéficié de la même chose quand j’étais plus jeune et que je jouais. J’ai eu la chance de finir en professionnel, j’ai donc évolué sur des infrastructures de cette nature. C’est pourquoi, je comprends la profondeur de la pensée de l’ASEC Mimosas.
Je regrette simplement pour une question de norme. Plus il y aura des installations comme cela, plus grand sera le nombre de jeunes qui en bénéficieront. Aujourd’hui, tous les jeunes ne pourront pas venir à l’ASEC même s’ils sont tous, très bons. C’est comme le poste de gardien de but. Sur 5 gardiens de but, il y a un seul qui est aligné. Pour que tous ces gardiens jouent, il faut multiplier les équipes.
Il faut donc multiplier les installations pour que tous ou le maximum de jeunes puissent bénéficier d’un encadrement aussi pointu pour se faire plaisir et se donner la chance de progresser ».

La seconde partie, vous sera proposée demain, sur votre site préféré.

Interview réalisée par Ismaël Kone et H.Koné

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

seize + 8 =