« Avec Sedan, j’ai fait un choix sportif »

Actuellement à Abidjan, KONE Kouamatien Emmanuel, l’ancien milieu de terrain de l’ASEC Mimosas, victime d’une fracture de la cheville au cours d’un match de la Ligue 2 française avec Sedan, espère retrouver rapidement la compétition. Il s’est confié à ASEC Mimosas Magazine. Voici ce qu’il nous a dit de sa non sélection pour la CAN 2012, de ses rapports avec les dirigeants de l’ASEC Mimosas, de ses nouvelles ambitions avec Sedan et avec les Eléphants.#

Vous avez une blessure au pied. Que vous est-il arrivé ?
-J’ai contracté une fracture de la cheville, le 24 mars dernier, lors d’un match de Ligue 2 opposant mon équipe, Sedan à Amiens.

Pendant combien de temps serez-vous encore indisponible ?
-Je le serai pendant encore deux mois.

La saison est donc terminée pour vous ?
– Oui, ma saison est terminée. Je reprends l’entraînement, en principe, le 20 juin prochain, alors que la saison se termine pour la Ligue 2, le 18 mai.

Du CFR Cluj de Roumanie, comment êtes-vous arrivé à Sedan, en Ligue 2 ?
– Quand j’ai quitté l’ASEC Mimosas, en 2008, je suis allé directement au CFR Cluj où j’avais signé un contrat de quatre ans. En 2011, j’étais arrivé en fin de contrat. Mes ex-dirigeants voulaient que je prolonge. Mais je voulais changer d’air. Alors, je suis parti.

Pourquoi avoir choisi la France et surtout Sedan, un club de Ligue 2 alors que vous jouiez en première division, en Roumanie ?
– J’ai choisi le football français parce que ses compétitions comptent parmi les meilleures en Europe, mais aussi parce qu’elles sont très médiatisées en Europe, en Afrique et en Asie.

Mais pourquoi Sedan ?
– J’avais d’autres propositions de clubs de Ligue 2 comme Nantes, Boulogne et même de Ligue 1 tel que Sochaux. J’ai fait un choix sportif en allant à Sedan. Les ambitions du club me conviennent et j’y trouve mon compte financièrement parlant.

Vous avez dit tantôt que vous avez choisi le football français parce qu’il est très médiatisé. Cela ne cache-t-il pas une volonté de vous refaire une place chez les Eléphants ?
– J’ai été souvent appelé chez les Eléphants en étant en Roumanie. Mais je ne cache pas mon ambition de revenir en sélection nationale après avoir manqué les phases finales de la CAN 2012. En France, j’ai la possibilité d’être vu régulièrement par le sélectionneur national et par les Ivoiriens.

Comment avez-vous vécu justement votre non sélection pour les phases finales de la CAN 2012 alors que vous avez participé aux éliminatoires de cette compétition et de la Coupe du monde ?
– J’ai pris cela du bon côté. Car je ne jouais pas au moment où le sélectionneur arrêtait sa liste pour les phases finales. Je suis arrivé à Sedan, en novembre dernier. Il m’a fallu plusieurs mois pour obtenir ma qualification. Je m’entraînais, mais je ne jouais pas. Or le Sélectionneur national avait besoin de joueurs en forme et qui jouaient régulièrement dans leur club respectif.

Quels sont vos nouveaux défis pour 2013 ?
– Il faut d’abord que je me remette de ma fracture de la cheville. Ensuite, on verra. Je souhaite que mon club Sedan obtienne, cette année, la montée en Ligue 1. Nous sommes actuellement cinquièmes de la L2, à cinq journées de la fin du championnat. Nous sommes à 1 point derrière le quatrième, à 2 derrière le troisième et à 5 points derrière le deuxième. La montée en Ligue 1 concerne les trois premiers de la Ligue 2. Cet objectif est donc toujours à notre portée.

Quelle est la nature de vos relations avec l’ASEC Mimosas, votre ancien club ?
– Elles sont excellentes. Chaque fois que je reviens à Abidjan, je vais saluer mes anciens dirigeants de l’ASEC Mimosas. La preuve, je suis cet après-midi, à Sol Béni, pour assister à l’entraînement de l’ASEC et vous m’avez vu m’entretenir avec le Président-Délégué, Francis OUEGNIN.

Suivez-vous encore l’actualité sportive de l’ASEC Mimosas ?
– Oui, que ce soit en Roumanie ou actuellement en France, je m’informe régulièrement sur l’actualité sportive de l’ASEC Mimosas. Après avoir éliminé l’EFO du Burkina Faso, en seizièmes de finale, je souhaite à présent que l’ASEC Mimosas franchisse l’obstacle du COD Meknès qu’elle s’apprête à recevoir dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Coupe de la Confédération.

Quel est votre dernier mot ?
– En cette année 2012, je souhaite le meilleur dans tous les domaines pour la Côte d’ivoire, pour l’ASEC Mimosas, ma famille sportive, que je voudrais voir remporter l’édition 2012 de la Coupe de la Confédération et la Ligue 1. Je souhaite également qu’elle puisse disputer la Ligue des champions 2013. En ce qui me concerne, je remercie tout ceux qui m’admirent et me soutiennent. J’espère guérir très rapidement pour retourner sur la pelouse avec Sedan, puis avec les Eléphants si le Sélectionneur national me fait appel pour défendre les couleurs de mon pays.

Interview réalisée par K. Ismaël. & K. Oumar (photos).

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × un =