« Le meilleur sera connu au bout des 10…»

Après le mauvais départ pris par son équipe en Super Division, face au Stella Club, lors de la 1ère journée, Sébastien DESABRE, l’entraîneur principal de l’ASEC Mimosas s’est prêté à nos questions, dans l’émission du « Regard du coach ».
Il parle du comportement de son équipe et de la suite des compétitions :#

Le Stella est-il le favori N°1 de la Super Division, après sa victoire, sur l’ASEC Mimosas ?

Il est assez tôt pour parler de favori. Tous les matches seront extrêmement serrés. Ce n’est pas forcement les meilleurs qui s’imposeront pendant les 10 journées de la Super Division. Le Stella a montré qu’il avait des qualités. C’est une bonne équipe, mais le meilleur sera connu au bout des 10 journées de la Super Division.

Quel était la stratégie de jeu en jouant avec un seul avant-centre, contre une équipe réputée être la meilleure défense de la Ligue 1 ?

Nous avons plutôt évolué avec deux attaquants. Mais le second avait un rôle plus décroché, celui de neuf et demi. Cette stratégie répondait à deux soucis. D’abord la qualité de nos attaquants et l’intégration du profil de Mensah Brefo dans notre système de jeu. Les tactiques sont figées sur un papier et l’animation est toute autre. Notre projet de jeu est d’attaquer avec 4 joueurs qui doivent tous se retrouver dans la surface de réparation adverse.

A quoi répondait le remplacement du défenseur central Diomandé Ahmed, que nous avons trouvé meilleur que d’autres, dans ce match ?

Pour moi, Ahmed est notre meilleur joueur. Ne pas l’avoir nous cause vraiment des problèmes.
Il aurait dû arrêter à la mi-temps parce qu’il souffrait du talon et n’arrivait presque plus à marcher.
Nous l’avons donc sorti pour cause de blessure. Je suis inquiet quand à sa participation pour les prochains matches, parce que nous n’avons pas beaucoup de défenseurs.

L’ASEC Mimosas affrontera ce mercredi, son rival, l’Africa Sports, pour le compte de la 2e journée de la Super Division. Elle a impérativement besoin d’une victoire pour se relancer dans cette compétition. Avez–vous une grosse pression ?

Tous les matches se jouent avec la pression. Ce match a une saveur particulière parce que, c’est un derby. Après une défaite, quel que soit l’adversaire, on doit automatiquement réagir. Nous devons donc nous imposer ce mercredi, face à l’Africa ou à une autre quelconque équipe.
Nous avons les compétences pour cela parce que nous avons déjà battu l’Africa en quart de finale de la Coupe nationale. Nous devrons être encore meilleurs dans nos actions de finition et nos techniques défensives.

Juste après le derby, l’ASEC sera aux prises avec l’ASI d’Abengourou, en finale de la Coupe nationale 2011. Comment préparez-vous, ces deux matches capitaux?

Il nous reste encore 10 matches avant la fin de la saison. Les dés sont jetés. Il faut être réaliste. Nous avons nos qualités physiques qui nous auraient permis de renverser la tendance, si nous avions pu inscrire un but, même à 20 mn de la fin. Cela, parce que nous avons fini le match, physiquement bien. Nous allons fais quelques retouches au niveau tactiques.
C’est vrai que ce rythme infernal, de jouer tous les 3 jours ne nous permet que de gérer la récupération et de modifier de petites choses.
Nous sommes sur le sprint final, qui appartient à la qualité et à la réussite des joueurs. Nous avons eu un mauvais départ qui serait plus inquiétant si nous avions été inferieurs à notre adversaire dans le jeu. La réalité est que nous sommes au même niveau que les autres. Nous avons une bonne base tactique mais nous manquons de talents sur certains postes, notamment devant. Nous nous créons beaucoup d’occasions mais nous ne les concrétisons pas sur certains matches, alors que nous sommes de loin la meilleure attaque de la Ligue 1.

La partie la plus difficile dans le football, c’est de mettre les buts. Cela dépend de la qualité et de la responsabilité des joueurs.

Interview réalisée par H.Koné

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 × trois =