GUEL Tchiressoua

Un capitaine dans l’histoire

Il s’est distingué pendant six saisons à l’ASEC Mimosas par sa classe, sa fidélité, sa patience, sa régularité, son exemplarité et son amour pour ce club. Finalement GUEL Tchiressoua a réalisé ses deux rêves. Remporter la Ligue des champions de la CAF avec les Mimosas et mener une carrière de footballeur professionnel, dans des clubs d’élite du football européen.#
Né à Sikensi (Côte d’Ivoire) le 27 décembre 1975, Tchiressoua Moussa GUELa fait la plus grande partie de sa carrière de footballeur à l’ASEC Mimosas. Le club qui l’a formé puis révélé, un 15 novembre 1992, à Casablanca, lors d’une demi-finale retour de Coupe d’Afrique des clubs champions, qui avait opposé le Wydad Athletic Club à l’ASEC Mimosas et soldée par la défaite (0-2) des Mimosas, synonyme d’une douloureuse élimination. Mais ce jour-là, GUEL Tchiressoua Moussa avait crevé l’écran grâce à sa classe, à son enthousiasme, à son courage, à sa combativité, à son omniprésence dans l’entre jeu où il fit un travail remarquable dans la récupération des balles et dans l’amorce du jeu offensif de son équipe. Depuis ce match, GUEL Tchiressoua n’est plus ressorti de l’équipe. Milieu de terrain vif, rapide, technique, intelligent, clairvoyant, doté d’une bonne lecture de jeu et de belles frappes de balle, il était aussi un buteur redoutable. Après le retrait des capitaines emblématiques GADJI Céli Saint Joseph, en 1993, puis d’AKA Kouamé Basile, en 1996, GUEL Tchiressoua qui était également un meneur d’hommes et un joueur exemplaire fut naturellement promu capitaine de l’ASEC Mimosas. Il remporta six (6) titres de champion de Côte d’Ivoire (1992, 1993, 1994, 1995, 1997, 1998) ; deux (2) Coupes nationales (1995 et 1997), Une (1) Coupe de la Fédération (1995) ; trois (3) Coupes FHB (1995, 1996 et 1998), disputa deux demi-finales de C1 en 1992 et 1993 et une finale de ladite compétition en 1995, perdue face à Orlando Pirates d’Afrique du Sud.

Une fidélité recompense

Malgré son grand talent, GUEL Tchiressoua se distingua par son grand amour pour le maillot jaune et noir de l’ASEC Mimosas, mais aussi par sa fidélité à ce club, à son ambition de remporter un jour la Ligue des champions avec celui-ci. Sa fidélité et sa patience seront récompensées le dimanche 13 décembre 1998, jour du sacre historique des Mimosas en Ligue des champions de la CAF face au Dynamos de Harare battu 4-2, à Abidjan après avoir été tenu en échec (0-0), à Harare, quinze jours auparavant. Ce jour-là GUEL Tchiressoua Moussa devint le premier capitaine de l’ASEC Mimosas à entrer dans l’histoire en brandissant le prestigieux trophée de la compétition reine des clubs, en Afrique.

Le rêve devenu réalité

Après avoir remporté la deuxième édition de la nouvelle formule de la Ligue des champions de la CAF, en 1998, GUEL, âgé de 23 ans, arrive en France, à l’Olympique de Marseille, l’année où ce club disputa la finale de la Coupe de l’UEFA face à Parme. On pensait alors que la carrière de GUEL Tchiressoua, à Marseille, débutait sous les meilleurs auspices. Mais, il fut transféré dès la saison suivante chez les « Verts » de Saint-Etienne. Et c’est sous les couleurs de Saint-Etienne, puis de FC Lorient que ce milieu de terrain gagna ses galons de titulaire indiscutable.
Il dispute la finale de la Coupe de la Ligue avec Lorient l’année même où le club est relégué en Ligue 2. Il croit alors au projet sportif des Merlus, qui consiste à remonter immédiatement à l’échelon supérieur, et reste au club. Il disputera la Coupe d’Europe, mais deux saisons plus tard, le club étant toujours en Ligue 2, il cède aux sirènes turques et s’exile à Ankara. C’est un échec, et en janvier 2005, il signe pour six (6) mois à l’AS Nancy Lorraine, alors leader de Ligue 2. Les dirigeants nancéiens espèrent que le duo KROUPI-GUEL, aidera le club à retrouver l’élite du football français. Finalement, GUEL revient à Lorient en 2005-2006 pour se remettre sur orbite afin de disputer la Coupe du monde da la FIFA 2006, en Allemagne. Il ne sera pas retenu par le sélectionneur national Henri MICHEL. Déçu, à 31 ans, GUEL met un terme à sa carrière. Il vit aujourd’hui en France.

K. Ismaël.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × 3 =