FALLET Vilasco Faustin « La Tour de contrôle »

ASEC.CI vous fait redécouvrir un figure emblématique du football qui a marqué l’histoire de l’ASEC Mimosas.FALLET Vilasco Faustin, défenseur central avec un gabarit atypique (1,70m pour 70kg), a marqué l’esprit par son efficacité. Portrait.#

Formé à l’ASEC Mimosas dans le même moule que ses coéquipiers BASSOLE Michel, Eddie KACOU, BRINDOU Jeannot, Sam ABOUO, et autres sous la férule de Boukari BAMOGO, FALLET Vilasco fut un joueur atypique à un poste habituellement réservé aux grands gabarits : celui de défenseur central. Pourtant, FALLET Vilasco Faustin (1,70m pour 70kg) a su s’imposer à ce poste où les défenseurs ont presque toujours affaire à des attaquants puissants. Promu en 1987 par Idrissa TRAORE dit Saboteur, FALLET Vilasco est rapidement devenu un pion essentiel de la défense des Mimosas puis des différentes sélections nationales de Côte d’Ivoire de cette période. Malgré son petit gabarit, FALLET est le seul défenseur central qui a su museler Rashidi YEKINI, le colosse attaquant nigérian de l’Africa Sports (1,98m ; 98kg), à chaque derby ASEC-Africa.

Comment et pourquoi ce défenseur central atypique était-il devenu l’un des meilleurs de sa génération à un poste où personne n’aurait misé un sou sur lui? Boukari BAMOGO, son formateur, en donne une idée « Ce garçon m’avait tout de suite impressionné par sa technique, mais également par son intelligence de jeu. Au début, il était milieu de terrain. Mais un jour, quand je lui ai demandé de remplacer un coéquipier dans l’axe de la défense, il a eu un excellent comportement à ce poste et je l’ai maintenu à ce poste parce qu’il s’y sentait à l’aise», confie BAMOGO.

FALLET se distinguait effectivement par son intelligence, sa technique, sa force mentale hors du commun, son sens de l’anticipation et son bon timing lui permettant d’être imbattable dans le jeu aérien. Des qualités grâce auxquelles, FALLET était un cauchemar pour les attaquants les plus redoutables. Au point qu’il hérita du surnom « La Tour de contrôle ». Un surnom mérité pour un joueur de génie qui malheureusement écourta sa carrière en 1994, après sept ans de bons et loyaux services, au haut niveau, à l’ASEC Mimosas et dans le football ivoirien pour émigrer aux Etats-unis.

K.ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre − quatre =