« Mea-culpa à l’ASEC Mimosas »

L’ex-attaquant de l’ASEC Mimosas, Dié FONEYE Vincent de Paul, s’est exilé en Egypte depuis 2007 où il défend désormais les couleurs de l’ENNPI Club. Cinq années après, le joueur parle de sa nouvelle vie en Egypte et des relations avec l’ASEC Mimosas.
Comment ça ?

Je vais bien par la grâce de DIEU, merci.

 Peux-tu nous parler de ta nouvelle vie égyptienne depuis ton départ de l’ASEC ?#

Ça se passe bien DIEU merci, quoique ce ne fût pas facile au départ, vu les barrières linguistiques, le mode de vie mais aussi pleins d’autres choses dont il fallait s’adapter rapidement. J’ai rencontré d’excellentes personnes qui ont facilité mon intégration.

 Quel rang occupe ton équipe?

A mi saison, nous occupons la 3ème  place du championnat à quelques 6 longueurs du 1er.

 Combien de buts as-tu inscrits par saison depuis ton transfert à ENNPI ?

La 1ère année, j’étais arrivé en cours de saison et j’ai inscris 1 but, les autres années ont été plus ou moins bonnes avec 11 but la 2ème  année puis 8 buts la 3ème ensuite 10 buts la 4ème  et cette année, je suis à 5 réalisations pour l’instant à mi parcours.

 Quelles sont tes ambitions actuelles ?

Les ambitions sont pratiquement les mêmes pour la majeur partie des joueurs ambitieux. C’est à dire faire une belle saison en aidant mon club à atteindre ses objectifs et personnellement attirer au maximum  les regards sur moi pour éventuellement avoir de meilleures propositions.

 En Europe surement… 

Je ne cracherai pas sur de telles propositions, rassurez-vous.

 Et l’équipe nationale de Côte d’Ivoire ?

Tout bon footballeur ambitionne de représenter son pays.  Comme je le dis souvent, seuls les meilleurs sont appelés en sélection. Le plus important est d’être performant, être bien en club et espérer être sélectionné en équipe nationale.

Quel (s) souvenir (s) gardes-tu de l’ASEC Mimosas ?

De très beaux souvenirs. La fraternité entre joueurs et aussi entre joueurs-dirigeants et le staff,  sans oublier le sérieux et la discipline qu’on nous a inculqué. Ce sont des instants inoubliables

Quel match a le plus retenu ton attention à l’ASEC Mimosas et pourquoi ?

Je ne dirai pas un match mais plusieurs dont 3 spécialement. Je me souviens d’un  ASEC-Stella  en 2003. On avait besoin juste d’un match nul pour décrocher le titre de champion à  la dernière journée.  Après 15mn on est mené (2-0) pendant ce temps, l’éternel rival, l’Africa Sports marchait sur son adversaire (2-1) et était virtuellement champion jusqu’à ce qu’on se réveille pour revenir au score puis l’emporter (3-2). Nos  buts ont été inscrits par DOUMBIA Mamadou, Dié FONEYE Vincent de Paul et KOIVOGUI Alhassane. L’année précédente, il y a eu l’explication ASEC Mimosas-Dolphins FC, l’ASEC, n’avait pas pu se qualifier pour les phases de poule de la Ligue des champions suite à une erreur d’arbitrage à Kumasi au Ghana contre Asante Kotoko donc on était obligé de nous qualifier contre les nigerians de Dolphins.  Après avoir perdu 2-0 à l’aller à Port Harcourt, on s’est vengé à Abidjan, au retour sur la marque de 2-0 grâce à deux réalisations de KOIVOGUI et moi-même.  Aux tirs au but, on s’est qualifié. Pour nous, la plaie de la défaite de en finale de la Coupe d’Afrique 1995 était encore béante, il la refermée. Ce fut une façon pour nous de laver cet affront contre Orlando en Coupe d’Afrique.

 Quels sont tes rapports actuels avec les Mimos ?

Pour être sérieux et sincère je dois dire que les relations n’ont pas été ce qu’elles devraient être par ma faute.  Méa culpa. J’avais mal compris certaines choses. Quoique je voyais  l’équipe très souvent quand venait au Caire et l’ambiance était toujours bonne entre nous.

Cependant pendant tes vacances à Abidjan, tu prends tes distances vis-à-vis du club. Les Actionnaires  disent ne pas te sentir. Y a-t-il un problème ?

Je pense pas être distant vis-à-vis du club et j’avoue que je n’ai aucun problème, ni avec avec les actionnaires, ni avec le club. Les Actionnaires m’ont toujours soutenu dans les bons comme dans les mauvais moments. Ce serait faire preuve de mauvaise foi de ne pas le reconnaître.  Je suis les activités du club sur le site asec.ci. Quand je suis à Abidjan je vais souvent au stade suivre les matchs de l’ASEC Mimosas. Suis-je peut-être un trop discret en le faisant.

Comment Dié FONEYE a vécu la double rencontre ASEC-ENPPI Club en Coupe de la Confédération en 2009 ?

Ah oui, ce fut très particulier pour moi de jouer un match qualificatif contre mon ancien club, retrouver le stade Félix HOUPHOUET-BOIGNY, l’ambiance et tout.  Dommage l’ASEC n’a pas pu se qualifier (rires).

 Ton mot de la fin ?

Je ne peux que dire merci aux dirigeants de l’ASEC Mimosas. Les présidents Roger et Francis OUEGNIN aussi Me KONE Mamadou. Que l’âme du président Lamine DJIBO repose en paix. Je n’oublie pas tous nos anciens et nouveaux encadreurs. Merci aux Actionnaires pour leur soutient. Bonne chance à l’ASEC Mimosas en Ligue des champions.  Bien de chose à l’équipe du Magazine Mimos et que la paix revienne en Côte d’Ivoire.

Interview réalisée par D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 × deux =