AMANI Yao Lambert César « L’artiste »

ASEC.CI vous fait redécouvrir une figure emblématique du football qui a marqué l’histoire de l’ASEC Mimosas.

Débutant dans l’élite au Rio Sport d’Anyama au début des années 1980, révélé ensuite par l’Africa Sports, AMANI Yao Lambert César s’est véritablement épanoui à l’ASEC, vers la fin de la décennie et au début des années 1990. Malheureusement, cet artiste du ballon rond a vu sa carrière perturbée, puis freinée définitivement par une grave blessure.
AMANI Yao Lambert César était un footballeur doué. Longiligne, élégant sur un terrain de football, le maniement du ballon rond n’avait aucun secret pour lui.# Il était un attaquant redoutable, doté d’une grande intelligence de jeu, très fort techniquement, à l’aise des deux pieds, bon passeur, mais également buteur. Il constituait un grand atout pour son équipe et un véritable cauchemar pour la formation adverse.

AMANI Yao Lambert César (1,78 pour 73 kg) est né le 17 septembre 1963, à Tiassalé, ville située dans la région des lagunes, à 125 km au nord d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Il fait ses débuts dans l’élite du football ivoirien au Rio Sport d’Anyama au début des années 1980. Il tape dans l’œil des dirigeants des deux grands clubs du pays, l’ASEC Mimosas et l’Africa Sports. Mais c’est le second qui parvient à l’enrôler à la fin de la saison 1986. «Césaréo» brille et devient l’un des meilleurs attaquants ivoiriens. Il entre en équipe nationale A. Mais après deux années chez les Aiglons, il signe contre toute attente à l’ASEC Mimosas, le grand rival, le 28 décembre 1988. Un transfert qui fait grand bruit, à l’époque. Très vite « Césaréo » forme un trio irrésistible et magique avec Michel BASSOLE et KASSY Kouadio Lucien. Malheureusement, le club ne remporte rien en 1989.

A la fin de la saison, lorsque Me Roger OUEGNIN prend les rênes du club, presque tout change dans la vie de l’ASEC Mimosas y compris la configuration de l’équipe professionnelle. Mais AMANI demeure un élément clé du dispositif mis en place par le nouvel entraîneur, Philippe TROUSSIER. Dans un nouveau rôle de milieu-aile gauche, «Césaréo», aidé de sa belle technique brille comme jamais et devient l’un des atouts-maîtres du groupe. La même année, l’ASEC Mimosas rafle tout. Championnat national, Coupe nationale, Coupe FHB, Coupe UFOA (Union des Fédérations Ouest-Africaines). Malheureusement, au cours de la saison 1991, AMANI est victime d’une grave blessure au genou qu’il traîne durant de longs mois. A force de traitements et de courage, il s’en remet et rechausse les crampons vers la fin de la saison 1992. La suivante est presque glorieuse. Elle est couronnée d’un quatrième titre de champion de Côte d’Ivoire et d’une demi-finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions. Curieusement, au terme de celle-ci, AMANI Yao Lambert César retourne à l’Africa Sports où il termine sa carrière et se reconvertit au métier d’entraîneur de football. Après un passage de quelques années, à l’Académie MimoSifcom, pour peaufiner ses connaissances dans les techniques d’entraînement et de gestion du groupe, il part s’occuper de l’encadrement technique d’autres clubs de D1. Il est aujourd’hui, l’entraîneur principal de l’AFAD de Djékanou.

K.Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

treize − douze =