La ligue 1 reportée à une date ultérieure

Prévu précédemment pour débuter le 05 mars 2011, le championnat national ne reprendra pas ses droits ce week-end. C’est une décision qui a été annoncée par le président de la Ligue Professionnelle, Sory DIABATE à la réunion du bureau de la Ligue professionnelle avec les dirigeants de clubs de Ligue 1, le Mercredi 2 Mars dernier, au siège de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football).

Suite à ce report, la majorité des Actionnaires ont estimé que ce choix porté par la FIF est judicieux compte tenu de la situation socio politique que traverse le pays.#

Bla Yao (Actionnaire de Bouaké) :

« Je pense ce report est bienvenue, car évoluer dans ces conditions sécuritaires ne peut pas permettre aux joueurs de donner un rendement optimal. Car, nous, les supporters, attendons des athlètes qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, nous venons au stade pour le spectacle mais l’état d’esprit des joueurs ne leur permet pas de produire un bon résultat. Ces derniers temps, nous avons pu voir évoluer l’équipe en Ligue des Champions, l’ASEC est une équipe d’avenir qui a besoin d’évoluer dans un environnement sain ».

Ladji FOFANA (Actionnaire d’Abidjan) :

« Je pense que cette décision est une bonne initiative de la FIF car tout le monde est unanime sur ce report. Il est claire qu’aucune équipe ne peut évoluer dans ces conditions actuelles. Je dis donc courage aux Actionnaires ! A Me Roger OUEGNIN, nous ne lui en voulons pas et malgré cette situation, nous croyons que l’équipe fera un parcours honorable en Ligue des Champions ».

Follet Jeannette (Actionnaire d’Abidjan) :

« Je pense que la FIF a pris une décision sage en reportant le championnat à une date ultérieure. Les déplacements des joueurs seront difficiles pour des problèmes de sécurité. Il est vrai que les matches amicaux ne peuvent pas remplacer les matches de championnat mais, si la situation financière du club lui permet, je pense que l’ASEC devrait trouver des solutions en effectuant des déplacements dans les pays voisins comme le Ghana pour préparer les compétitions internationales dans un bon esprit ».

Les Actionnaires reconnaissent que le problème majeur du démarrage du championnat réside dans l’insécurité qui règne dans le pays. Cependant, d’autres problèmes intimement liés à cette situation retardent aussi le démarrage effectif de la Ligue1. Le secrétaire Général de l’ASEC Mimosas, Francis DJOMAN nous éclaire sur cette situation.

Francis DJOMAN (Secrétaire général de l’ASEC Mimosas) :

La FIF ne pouvait pas faire autrement que de reporter le championnat. Pour organiser un match il y a des frais à engager par la FIF et les clubs. En ce qui concerne la FIF, elle doit payer les primes des arbitres, de l’Association Ivoirienne des Médecins Sportifs (AIMF), des commissaires, des équipes de secourisme …

Quant aux clubs, ils doivent organiser des mises aux verts, des déplacements et tout cela nécessite de l’argent.
L’aspect sécuritaire est également un point très important et les conditions ne sont pas pour l’instant réunies pour garantir le déroulement des matches dans les meilleures conditions de sécurité pour les joueurs et les spectateurs.
Il est vrai que ce nouveau report n’arrange pas les équipes engagées en compétitions africaines qui devront essayer de maintenir leur forme avec des matches amicaux.

Nous demandons aux Actionnaires d’être patients, compréhensifs et de rester toujours à l’écoute sur les différents médias de communication de l’ASEC afin de voir l’évolution des choses.

S.D

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

5 × quatre =