«Sébastien DESABRE va réussir »

Avec le franc parler et la passion qu’on lui connait, le Président-Délégué, président de la section football de l’ASEC Mimosas, Francis OUEGNIN, parle de Sébastien DESABRE, le nouvel entraîneur Mimos et de la réorganisation du secteur technique qui, pour lui, était indispensable. Il partage dans cette interview, sa foi de voir l’entraîneur réussir sa mission.#

M. le Président, sous quel signe placez-vous, la nouvelle saison de football de l’ASEC Mimosas ?

Notre objectif ne diffère pas. On se doit, chaque année, de marquer notre territoire au plan national, en championnat national, en Coupe nationale, en Coupe Félix HOUPHOUET-BOIGNY et dans d’autres compétitions organisées par la Fédération Ivoirienne de Football. En Ligue des champions, il nous faut, dans un premier temps atteindre les 1/4 de finale, puis les demi-finales et enfin, la finale. Nous devons être les premiers partout.

En 1989, vous étiez à la base du recrutement d’un certain Philippe TROUSSIER qui a révolutionné l’ASEC Mimosas et marqué d’une pierre blanche son passage. 21 ans après, vous voilà encore à l’origine de la venue du nouvel entraîneur, Sébastien DESABRE. Un signe du temps ?

Cela prouve que le Président du Conseil d’Administration consulte beaucoup ses collaborateurs. Quand il s’est agi en 1989 de chercher un entraîneur, nous avons mis à contribution nos relations dans le football à travers le monde. En conjuguant nos actions, nous avons trouvé Philippe Bernard TROUSSIER. Il nous avait été proposé par mon ami TOKO Nabantingué, l’ancienne vedette du Paris Saint Germain. Le critère de choix était tout simple. Le Président du Conseil d’Administration voulait un entraîneur ambitieux et compétent. TROUSSIER était un inconnu. Il savait ce qu’il voulait et protégé par Roger, il est allé jusqu’au bout de ses idées et de ses choix. Le résultat, on le connaît. 21 ans après, j’ai bien envie de dire que l’histoire se répète. Roger décide de changer d’entraîneur pour un autre challenge. J’ai interrogé Hervé RENARD en qui je vois un autre Philippe TROUSSIER. Ce dernier ayant des ambitions au niveau d’une sélection nationale, n’est plus intéressé à travailler pour un club. Je lui demande alors de me trouver quelqu’un de son profil. Sans hésiter, il m’a mis en contact avec Sébastien DESABRE. Dans la discussion au téléphone, j’ai trouvé en ce garçon, un homme ambitieux.

Vous n’exagérez pas un peu lorsque vous dites que lors de votre premier entretien au téléphone avec Sébastien DESABRE, vous croyiez entendre Philippe TROUSSIER ?

Ce n’est pas utopique quand je dis que Sébastien DESABRE me rappelait Philippe TROUSSIER. Il m’a dit qu’il n’avait jamais mis les pieds en Afrique. Pourtant, il n’avait aucune crainte à faire le grand saut. A 35 ans, il est jeune et sûr de ses connaissances. Je lui ai fait savoir tous les dangers qu’il pouvait rencontrer sur son chemin et que l’ASEC Mimosas est un club extrêmement populaire à l’avant-garde des équipes européennes. Lui-même, de la France, a suivi l’épopée des TOURE Kolo Habib, Baky KONE, DINDANE Aruna, etc. sortis de notre centre de formation. Il sait à quoi s’en tenir.

N’êtes-vous pas entrain de faire une comparaison entre TROUSSIER et DESABRE, au risque d’accroitre les attentes des Actionnaires, à l’égard de leur nouvel entraîneur ?

Laissez-moi dire ce que je ressens. C’est exactement ce que j’ai ressenti et c’est pour ça que DESABRE m’a plu. C’est exactement l’entraîneur que Roger cherchait. Il répond à tous nos critères de choix et notre philosophie. L’entraîneur arrive avec sa compétence et nous lui donnons les moyens de réussir. Avec les moyens que nous avons, nous sommes certains que Sébastien DESABRE va réussir. Sol Béni, c’est magique !

Vous êtes si confiant que vous dites que Sébastien DESABRE est l’homme de la situation…

Il est l’homme de la situation parce qu’il remplit tous nos critères de choix. En plus, il est jeune. Il travaillera sur le terrain avec les joueurs comme le faisait Philippe TROUSSIER. Il ne va pas se contenter de diriger ses séances du banc. Il va courir avec ses joueurs et leur donner des exemples sur le terrain, comme TROUSSIER.

Pourquoi DESABRE et non un autre technicien ?

Nous avons interrogé Hervé RENARD qui est devenu pour nous, une bonne relation. Je l’avais même proposé au président de la FIF, pour être le sélectionneur des Eléphants parce que j’étais persuadé qu’il pouvait apporter à notre équipe nationale. Jacques ANOUMA avait sa vision. Privilégiant un entraîneur connu et aguerri. Mais, il n’était pas insensible de revoir Hervé RENARD après la Coupe du Monde. Malheureusement, l’homme avait des propositions de l’Angola, de l’Algérie etc. Il a choisi l’Angola et ça ne s’est pas bien passé pour lui. Actuellement, des clubs comme El Ittihad de la Lybie, le veulent, mais sa préférence va à une équipe nationale. C’est à ce technicien que j’ai dit : “on recherche quelqu’un comme toi, jeune, compétent et plein d’ambitions”. Et son choix s’est porté sur DESABRE qui nous a convaincu par la suite.

Les Actionnaires continuent de saluer l’arrivée de Sébastien DESABRE. Pensez-vous M. le Président, que ce vent de sympathie des Actionnaires qui souffle en ce moment augure la réussite de ce dernier ?

J’ai lu une interview d’Hervé RENARD dans un journal de la place dans le quel, il disait:  »ce sera à Sébastien DESABRE de faire ses preuves ». Nous pensons avoir trouvé en lui, l’homme de la situation. Nous le mettrons dans les conditions idéales. Il lui appartiendra de faire ses preuves et comme dit Hervé RENARD, il est sûr à 200% que dans les conditions de travail à Sol Béni, il ne peut que réussir.

L’ASEC Mimosas innove cette saison, avec la réorganisation du secteur technique. Pourquoi cela et Pourquoi maintenant ?

On y pensait depuis longtemps. Tout club structuré, moderne, doit avoir en son sein, un Directeur technique et une cellule de recrutement, dignes de ce nom. Je me souviens avoir proposé à Roger, à l’époque, TOKO au poste de Directeur technique. Ce dernier a travaillé avec sa double casquette d’entraîneur et donc de superviseur des adversaires du PSG pour la cellule de recrutement du club parisien avec Arthur JORGE, mais la situation financière que nous traversions, ne nous autorisait pas à engager un Directeur technique expatrié en plus d’un entraîneur expatrié. La réorganisation de notre secteur technique était donc indispensable. Le Directeur technique est celui qui pensera exclusivement la politique sportive du club. Il travaillera en étroite collaboration avec la cellule de recrutement. Nous nous sommes rendu compte que nous avons quelqu’un dans la maison, en la personne de Walter AMMANN, qui pouvait valablement jouer ce rôle là. Le Président du Conseil d’Administration a donc opté pour cette solution.

Maxime GOUAMENE a remporté deux titres de champions d’affilée. Aujourd’hui, il intègre la cellule de recrutement. Pensez-vous que c’est la meilleure place pour lui ?

Maxime GOUAMENE nous a démontré qu’il est un garçon très intelligent. Il nous a donné entière satisfaction en remportant deux titres de champion d’affilée. Très peu d’entraîneurs locaux peuvent s’enorgueillir d’un tel exploit. Tout le monde sait que Maxime a besoin d’étoffer son CV. En prenant du recul, il va pouvoir se former et revenir un jour par la grande porte. Les supporters, en général, sont amnésiques. Si Maxime continuait et qu’il ratait sa troisième année sur le banc de l’ASEC Mimosas, ils oublieraient ses deux années de titre de champion. Maxime GOUAMENE l’a très bien compris et a accepté d’intégrer la cellule de recrutement.

Parlant de la nouvelle cellule de recrutement, je suis tenté de savoir vos attentes…

Nous attendons beaucoup de cette cellule de recrutement. Le Président du Conseil d’Administration l’a dit. Walter AMMANN, aidé de Maxime GOUAMENE, KASSY Kouadio Lucien et de Youssouf FOFANA, a un rôle extrêmement important. Ces quatre personnes ont la clé de notre réussite. Elles se partageront la Côte d’Ivoire dans ses moindres recoins, afin qu’aucun bon joueur ne nous échappe. Nous avons bénéficié de l’effet de surprise quand nous avons initié l’Académie MimoSifcom parce que tout le monde nous envoyait les meilleurs joueurs des différentes régions. Aujourd’hui, tout le monde s’érige en Académie. Les parents de joueurs y compris. Ça devient difficile. C’est pour cela que cette cellule de recrutement aura un travail très important à faire. Roger a promis de lui donner les moyens pour réussir sa mission. Nous sommes convaincus que c’est par cette voie qu’on pourra redorer le blason de l’ASEC Mimosas.

Après que l’ASEC Mimosas s’est donné les moyens de ses ambitions avec le recrutement d’un entraîneur qualifié, garantissez-vous les moyens humains, c’est-à-dire des joueurs aguerris pour accompagner cette dynamique ?

Ecoutez ! Vous connaissez la méthode chinoise ! Nous sommes entrain de travailler. Roger a fait venir un entraîneur qualifié. Il sait qu’il faut lui donner les moyens humains et financiers pour nous amener loin en Ligue des champions. Laissez-lui donc le soin de dévoiler l’effectif 2011. Il est certain qu’on mettra à la disposition de Sébastien DESABRE des éléments susceptibles de nous amener loin en Ligue des champions. Sur le plan local, le PCA l’a dit, c’est éloquant qu’en 21 ans de présidence, il gagne 17 fois le titre.

M. le Président, nous sommes à l’orée de la nouvelle saison, occasion pour nous, de tirer un bilan. Dites-nous, des joueurs vous ont-ils donné satisfaction, la saison dernière? Qui sont-ils et qu’attendez-vous d’eux au prochain exercice ?

Je ne citerai pas de nom. Il s’agit avant tout, d’un groupe. Mais je dois avouer que des joueurs n’ont pas répondu à nos attentes. Ceux-là, seront prêtés ou libérés. Vous savez, dans ce domaine, il n y a pas de sentiment. Les joueurs qui vont rester, ont intérêt à travailler, à s’accrocher parce que l’entraîneur qui arrive ne fera pas de sentiment. Il vient pour relever un gros challenge. Je n’ai pas l’impression que Sébastien DESABRE vienne en tourisme en côte d’Ivoire. Nous lui avons donné l’assurance et la liberté de manager totalement son équipe et nous le jugerons à la fin de la saison.

Que diriez-vous pour clore cet entretien ?

Je m’adresserai particulièrement aux joueurs que nous n’allons pas garder et qui ont contribué à gagner le 24ème titre de champion de notre club. Qu’ils sachent que dans ce métier difficile de footballeur qu’ils ont choisi, il n y a pas de sentiment. Ailleurs, peut-être qu’ils réussiront. Je leur souhaite bonne chance. Qu’ils se rappellent à notre bon souvenir. Je voudrais profiter pour envoyer un message de remerciement à tous les joueurs qui ont gagné le titre 2010.

Interview réalisée par D.Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × quatre =