«Je dois montrer l’exemple»

Promu capitaine de l’ASEC Mimosas vers la fin de la saison, ZAGBAYOU Hugues estime que le titre de champion de la L1, arraché de haute lutte, cette saison, a plus de mérite et de saveur que celui de l’exercice précédent. Voici ce qu’il nous a confié.#

Comment trouves-tu le titre de champion de la L1 2010 par rapport à celui de la saison dernière ?

J’apprécie plus le titre de champion de la L1 – 2010 que celui de l’année dernière parce que celui de cette année a été plus difficile à arracher. On a commencé la L1 avec deux défaites d’affilée face au Stade d’Abidjan et à la SOA. Ensuite, on se fait sortir dès les seizièmes de finale de l’Orange-Caf Ligue des champions. Il fallait absolument décrocher l’une des deux premières places pour repartir en Ligue des champions, la saison prochaine. Mais, on voulait absolument repartir en campagne africaine en tant que champion de Côte d’Ivoire. on y est arrivé et je pense que cela est vraiment méritoire.

Qu’est-ce qui a expliqué votre début de saison difficile ?

C’est vraiment difficile à dire. Mais je pense qu’une combinaison de facteurs tels que les difficultés d’adaptation de certaines recrues, le manque d’automatisme dans le jeu et le manque de compétition expliquent notre début de saison difficile. Je pense que si le championnat avait commencé plus tôt, on aurait pu aller loin en Coupe d’Afrique.

Finalement, l’ASEC termine le championnat largement en tête…

C’est formidable. Et c’est ce qui rend ce titre merveilleux. Je dis bravo à nos dirigeants et à nos supporters inconditionnels qui ont continué à croire en nous. Je dis bravo également à tous mes coéquipiers sans oublier tous nos encadreurs.

Après la victoire face à Hiré FC, on pensait que l’ASEC terminerait le championnat en roue libre. Et puis, elle est tombée devant l’AS Denguélé d’Odienné…

Ce jour-là, on a joué de malchance. Presque rien ne nous réussissait. On a multiplié les erreurs individuelles qui ont entraîné notre défaite. Mais ce n’était qu’un faux pas. Cette défaite nous a fait un peu mal car le Denguélé ne nous avait pas vraiment dominés.

Vous réagissez bien ensuite face à l’USC Bassam…

C’est vrai, mais parce que les conditions n’étaient plus les mêmes et parce que ce jour-là, la chance ne nous avait pas tourné le dos. Au stade FHB, le terrain est plus grand, il y a plus d’espace et on est à l’aise pour développer notre jeu, contrairement au stade Robert Champroux où le terrain est plus petit et les espaces rares. Là-bas, quand l’équipe adverse décide de jouer derrière, ça devient difficile. Malgré cela, on arrive à se créer des occasions de but. Ce qui veut dire qu’on a un bon groupe.

Comment comptez-vous aborder le dernier match de la L1 contre l’AFAD ?

On l’abordera dans l’intention de le gagner pour terminer le championnat sur une note de gaieté. On cherchera à gagner pour honorer notre titre et le fêter dans la joie avec les Actionnaires.

Penses-tu, qu’avec ce groupe, l’ASEC Mimosas fera une bonne campagne africaine, la saison prochaine ?

C’est possible. Mais la Ligue des champions est beaucoup plus difficile que la Ligue 1. Je pense qu’il faudra renforcer notre secteur offensif surtout, sans oublier les autres compartiments, dans le but de former un groupe solide et équilibré.

Tu as été promu capitaine vers la fin du championnat. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

C’est le signe de la confiance de notre entraîneur à mon égard. Mais c’est aussi parce que j’ai su mériter cette confiance grâce au travail et à mon état d’esprit. Je pense aussi que c’est une lourde responsabilité que je dois assumer. Je dois montrer l’exemple, donner chaque fois le meilleur de moi-même pour tirer le groupe vers le haut. C’est ce que j’essaie de faire.

K. Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × 3 =