« L’école est une merveille …»

ADOU Kouakou est le Directeur de la scolarité de l’Académie MimoSifcom. A l’heure du bilan scolaire, il nous livre ses sentiments et fait un clin d’œil aux autorités nationales pour la reconnaissance de l’école de l’ASEC Mimosas.

M. le Directeur, à l’heure du bilan scolaire que pouvez-vous nous dire ?
A l’heure actuelle, on parlera de bilan partiel et parcellaire, car nous sommes en attente des résultats des élèves de 3ème qui représentent la majorité de nos candidats au nombre de huit cette année. Mais il y a une grosse satisfaction au bac et au CEPE# du fait que le jeune DIAMOUNTENE Mohamed Lamine, seul candidat au baccalauréat et les trois candidats au CEPE sont tous admis, donc un résultat de 100% pour l’instant.

L’école est une merveille à l’Académie MimoSifcom, car elle permet de former des joueurs, mieux, des Hommes.

Que ressentez-vous après les succès de vos élèves aux différents examens ?
Le succès des jeunes est, pour nous encadreurs, comme un arbre qui reçoit la première pluie après la saison sèche, pour dire la fierté et la joie qui nous habitent aujourd’hui plus qu’hier.

Comment expliquez-vous le fort taux de réussite à l’Académie MimoSifcom ?
Force est de reconnaître que l’école à l’Académie MimoSifcom s’inscrit dans un cas particulier. Les effectifs sont réduits. L’enseignement des 25 élèves est quasi individualisé du primaire à la terminale avec des enseignants qualifiés, patients et appliqués et qui travaillent avec amour. Le discours régulier du Directeur Général, Walter AMMANN, sur l’importance de l’école sans oublier l’appui du personnel de l’Académie y sont pour quelque chose dans cette réussite.

Avec le recul, quel regard portez-vous sur le système scolaire de l’Académie MimoSifcom ?
Même si la scolarité à programme plein est parfois mal comprise par les uns et les autres, il continue son petit bonhomme de chemin. L’école est une merveille à l’Académie MimoSifcom, car elle permet de former des joueurs, mieux, des Hommes. Le système scolaire est complexe car il s’adapte au programme du sport.

Nous espérons voir un jour l’école à l’Académie reconnue au plan national et un personnel enseignant propre à lui

Où en êtes-vous avec le projet de reconnaissance de votre école par les autorités de l’éducation nationale ?

Ce projet est toujours un rêve pour moi et le corps enseignant, convaincus qu’un jour, les décideurs nous feront un clin d’œil pour comprendre notre système scolaire afin de nous accorder une crédibilité affranchie. Je puis dire que l’Académie MimoSifcom et son concept Sport et études doivent faire école.

Y a-t-il des raisons de croire que ce dossier aboutira un jour et pourquoi ?

Évidemment aucune personne ne peut ignorer la fondation d’une école vraie, éducative. Cette réalité est la raison fondamentale de ma certitude. Pour l’instant, nous avons l’appui de l’Institut Rosée Divine d’Abobo.

Quels sont vos besoins ou attentes ?
Ça nous plairait d’avoir plus d’outils pédagogiques, cahiers, stylos, craies, livres etc.

Quels sont les perspectives scolaires à l’Académie MimoSifcom ?
Voir un jour l’école à l’Académie reconnue au plan national et un personnel enseignant propre à lui.

Quel sera votre dernier mot ?
Les profs et moi, remercions le PCA Roger OUEGNIN, le Président Daniel DUBOIS et toutes les personnes qui les ont accompagnés dans ce noble projet qui consiste à compléter la formation des jeunes joueurs avec une éducation scolaire aigüe et complète.

Interview réalisée par D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 + 8 =