Qui était Guy-la Science ?

Originaire de Sète (France), ancien employé chez Jean Abil Gal, joueur de l’Olympique Club d’Abidjan (OCA), Guy FABRE est devenu le premier véritable entraîneur de l’ASEC Mimosas, en 1954. La philosophie de jeu qu’il imposa alors caractérise encore l’ASEC d’aujourd’hui.

Arrivé à l’ASEC Mimosas à l’intersaison 1953-1954, grâce à Ignace WOGNIN, AKOUATE Benjamin, ANOH Pierre, ACHI Ernest, quatre jeunes joueurs Mimos de l’époque qui l’ont introduit auprès de leurs dirigeants, Guy FABRE est devenu, en très peu de temps, l’entraîneur emblématique de l’ASEC Mimosas.# Celui qui a contribué à créer la légende “Les enfants s’amusent”. Parce que pour Guy FABRE, la simplicité du jeu et la justesse des choix des joueurs est la base de la réussite en football. Il s’était appliqué tout de suite à enseigner les B-A-BA de ce sport à ses joueurs. Il les a aidés à améliorer leurs qualités techniques et le tour était joué. L’ASEC Mimosas, avec ses adolescents de l’époque, devient une formation au jeu très plaisant et efficace. Dès sa première saison comme entraîneur de l’ASEC Mimosas en 1954, Guy FABRE termine le championnat national sans aucune défaite. Ne concédant que deux matches nuls à ses adversaires. La même année, l’ASEC dispute la finale de la Coupe de l’AOF qu’elle perd malheureusement sur un score lourd (7-0), à Dakar, face à l’US Gorée. Deux ans plus tard, en 1956, toujours sous l’encadrement de Guy-la-science comme on l’appelait, l’ASEC Mimosas parvient encore en finale de la Coupe de l’AOF qu’elle perd 3-0 face à la Jeanne d’Arc de Bamako. En 1958, l’ASEC dispute sa troisième finale de la Coupe de l’AOF. Mais la poisse qu’elle a connue au début est toujours là. Les Mimosas perdent encore face à leurs éternels rivaux des Aiglons de l’Africa Sports (0-5).

Mais chaque fois, tout le monde tombait sous le charme des joueurs du mythique coach, Guy FABRE. Cet homme était très respecté par ses joueurs, ses dirigeants et les supporters mimosas. Pour les premiers, il était à la fois l’entraîneur rigoureux, autoritaire, mais ouvert et compréhensif. Il était aussi le « petit papa » qui les aidait financièrement, qui payait même la scolarité de certains joueurs. Pour les seconds, il était un excellent entraîneur qui répondait à leurs attentes. Un technicien compétent et qui avait du caractère. Pour les derniers, les supporters de l’ASEC Mimosas, il était Guy-la-science. A voir le beau jeu de son équipe, le football n’avait pas de secret pour cet homme.

Malheureusement, après les indépendances, Guy FABRE ne resta pas longtemps à la tête de “son“ ASEC Mimosas. Par la force des choses, il s’exila au Cameroun, puis au Burkina Faso, puis au Cameroun. Il revient en Côte d’Ivoire en 1979 et se voit confier les rênes de l’ASEC Mimosas. Malheureusement, miné par la maladie, il meurt en cours de saison. La boucle est bouclée. FABRE est revenu mourir auprès de l’ASEC Mimosas, le club de son cœur et en Côte d’Ivoire, ce pays qui lui a donné du bonheur et qu’il a tant aimé. Guy FABRE, le mythique entraîneur de l’ASEC Mimosas ne pouvait pas rêver à meilleure fin.

K. Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

douze − 10 =