« Mon travail me passionne »

Nommé Secrétaire Général de l’ASEC Mimosas par Me Roger OUEGNIN, cette année, après le départ à la retraite de Kouamé ELIASON, Francis DJOMAN nous parle de sa nouvelle fonction et des exigences de celle-ci. Entretien.#

Francis DJOMAN, depuis quand exercez-vous les fonctions de Secrétaire Général de l’ASEC Mimosas ?
Le PCA de l’ASEC Mimosas, Me Roger OUEGNIN, m’a nommé à ce poste, cette année, en remplacement de M. Kouamé ELIASON qui a fait valoir ses droits à la retraite. Depuis 2003, j’assurais les fonctions de Secrétaire Général adjoint de l’ASEC Mimosas, aux côtés de M. ELIASON. Mais il avait commencé à m’apprendre les arcanes de cette fonction bien avant.

Que faisiez-vous avant de venir à l’ASEC Mimosas ?
J’ai d’abord exercé comme agent commercial dans une entreprise, puis comme conseiller en assistance médicale dans une compagnie d’assurances.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans le milieu du football ?
Je suis un fervent supporteur de l’ASEC depuis mon enfance. Je rêvais de jouer dans ce club. Comme je n’en ai pas eu l’occasion, mon rêve a évolué et je voulais servir ce club d’une autre manière. Finalement ce second rêve s’est réalisé et je suis aujourd’hui Secrétaire Général de l’ASEC Mimosas. C’est une fonction qui me passionne et que j’exerce avec un réel plaisir.

Comment êtes-vous arrivé au Secrétariat Général de l’ASEC Mimosas ?
J’y suis arrivé grâce à M. Kouamé ELIASON qui est un véritable monument dans le domaine du secrétariat général d’un club sportif. Je suis le « bon petit » de M. ELIASON. Comme j’étais tout le temps avec lui, il m’envoyait faire certaines courses à la fédération. Comme je faisais bien ce qu’il me demandait, il m’a pris avec lui. Lorsque le Président Roger OUEGNIN lui a demandé de trouver un adjoint, il a naturellement pensé à me confier ce rôle.

Que représente Kouamé ELIASON pour vous ?
Je l’ai dit tantôt. Cet homme est un modèle, un monument. Il est incollable dans les textes. Figurez-vous qu’en vingt ans, le SG de l’ASEC Mimosas qu’il était ne s’est jamais trompé dans les qualifications de joueurs, dans le suivi des sanctions, dans l’interprétation des textes de la FIF, de la CAF et de la FIFA. J’ai énormément appris à ses côtés. J’espère faire comme lui afin que l’ASEC ne soit pas pénalisée à cause d’une erreur de ma part.

En quoi consiste concrètement le rôle de Secrétaire Général d’un club sportif ?
Dans un club comme l’ASEC Mimosas qui répond aux normes de l’organisation d’un club professionnel, le rôle du Secrétaire Général consiste à assurer la coordination entre mon club, la FIF, la CAF et la FIFA, et informer à la minute et au détail près, le PCA, Me Roger OUEGNIN. Mon rôle consiste également à veiller à ce que la qualification des joueurs à la FIF et à la CAF soit bien faite. Je dois en outre arriver à une interprétation juste et rigoureuse des textes, suivre de près l’évolution des sanctions infligées à nos joueurs et à ceux des équipes adverses, à suivre les transferts et les recrutements de joueurs. Bref, le Secrétaire Général que je suis doit être toujours au four et au moulin pour que le club ne soit jamais pénalisé par une sanction fédérale.

Y a-t-il aujourd’hui une évolution dans vos méthodes de travail ?
Oui. Le Président Roger OUEGNIN a pensé à informatiser le Secrétariat Général de l’ASEC Mimosas. Il a vu juste car les choses ont beaucoup évolué grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Quand je suis arrivé à l’ASEC, il fallait tout faire à la main et envoyer les documents par la poste. Aujourd’hui par exemple, pour le transfert des joueurs on utilise le système électronique TMS (Team Matching System ou Système Informatique de régulation des transferts) après accord avec le joueur sollicité et son club. Les échanges de courriers se font directement via internet entre l’ASEC Mimosas, la FIF, le club et la fédération d’origine du joueur ainsi qu’avec la FIFA. Pour la qualification des joueurs à la CAF dans les cadre des compétitions africaines des clubs, on utilise aujourd’hui le système Online (Internet). On envoie directement à la CAF les données des joueurs de façon électronique. On gagne en temps et on économise beaucoup d’énergie.

Vous êtes rarement au bureau. Peut-on savoir pourquoi ?
La raison est simple. Je suis constamment à la Fédération Ivoirienne de Football pour des réunions, pour déposer des documents ou pour rencontrer quelqu’un. Quand ce n’est pas le cas, je suis au siège, mais souvent au cabinet du PCA pour lui rendre compte de mes activités.

Finalement, vous êtes un homme très occupé…
On peut le dire, mais ce que je fais me passionne énormément. Je ne ressens pas de lassitude car on est toujours en mouvement et on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Interview réalisée par D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 − quinze =