« Nous voulons sauver notre saison »

KOUAME N’Guessan Jocelyne est une nouvelle sociétaire de l’ASEC Mimosas. Elle a déposé ses valises cette saison dans la Maison Jaune et Noir en provenance du Stella Club d’Adjamé pour s’offrir non seulement du temps de jeu, mais surtout, pour franchir un nouveau cap avec l’ASEC Mimosas. Dans cet entretien, Jocelyne revient sur le titre de champion perdu face au Stella Club et parle de ses ambitions.#

Qui est Jocelyne ? Comment peut-elle se présenter aux Actionnaires ?

Je me nomme KOUAME N’Guessan Jocelyne professeur d’Education Physique et Sportive au Collège d’Enseignement Technique et Commercial de Treichville. Je pratique le volleyball depuis une dizaine d’années. J’ai débuté à Bouaké avec certaines coéquipières dont OUATTARA Aryata, DIABATE Adja etc.

Il y a un an, tu évoluais encore au Stella. Qu’est-ce qui a fait pencher cette année la balance en faveur de l’ASEC Mimosas ?

Je ne jouais pas assez au Stella Club. A la recherche de temps de jeu, j’ai décidé d’évoluer sous les couleurs de l’ASEC Mimosas désormais. Il faut savoir que j’avais fait préalablement en 2008 une sortie avec l’ASEC Mimosas au Burkina Faso. Au retour de ce voyage, j’aurais pu immédiatement signer à l’ASEC à la demande du Président DOSSO Tiémoko. Mais pour diverses raisons, j’avais opté pour le Stella Club. Ma venue cette année à l’ASEC Mimosas, me semble justifiée et est une très bonne nouvelle pour moi.

Le titre perdu face au Stella ne refroidit-il pas cette ardeur ?
J’ai fait un choix de raison. C’est douloureux de perdre le titre mais de là, à avoir des regrets pour mon choix ou que cela puisse tiédir mon élan, c’est impensable. J’aurais voulu que l’ASEC conserve le titre pour conforter le choix porté sur ma modeste personne et les autres renforts, hélas !… Néanmoins, je suis très heureuse d’avoir participé à ces derbies contre le Stella. Aujourd’hui, mon choix est un peu plus sportif et cela me ravit davantage.

Avec le recul, quel bilan tires-tu de ta première saison chez les Jaune et Noir?

On peut le tirer en deux. D »une part, il est positif et d’autre part, il est négatif. Le positif est que j’ai enchaîné beaucoup de matches et beaucoup de joueuses ont progressé dans le jeu. Dans mon cas, je n’étais pas passeuse au départ. En si peu de temps j’ai réalisé d’énormes progrès à ce poste où je me sens bien. Comme point noir, nous n’avons pas obtenu le résultat que tout le monde souhaitait.

La finale de la Coupe nationale vous oppose à nouveau au Stella ce samedi à Grand Bassam, vois-tu ce match comme une revanche ou un match comme les autres ?
Bien sûr un match comme tous les autres avec un air de revanche. En championnat, nous avons dicté notre loi au Stella Club en aller et retour. En finale play-off, le Stella nous a surpris pour s’octroyer le titre national. Samedi, nous jouerons pour sauver notre saison en remportant la Coupe nationale et encourager ceux qui nous font encore confiance. C’est à ce prix que nous entamerons la saison prochaine avec un mental haut.

Quels sont tes objectifs personnels ?
Confirmer ce que j’ai commencé. Travailler davantage pour être la meilleure passeuse de la saison 2011, pourquoi pas. Une réussite que je veux pour moi et par ricochet pour le groupe et pour la sélection nationale. Pour moi comme pour l’ASEC Mimosas, les compteurs seront remis à zéro après la Coupe nationale. La saison prochaine, avec cet effectif de qualité, je sais que l’on peut faire de grandes choses ensemble.

Quelle est l’ambiance justement au sein du groupe ?
Il y a un bon état d’esprit. On est une famille. Les coaches, les dirigeants et les joueuses se respectent mutuellement. C’est extraordinaire !

Quel sera ton dernier mot ?
Je demande aux Actionnaires de ne pas nous abandonner. Nous nous sentons orphelines de par leur absence à nos côtés. Bien sûr qu’un groupe d’animation nous soutient à chaque match mais nous avons plus que jamais besoin de la chaleur communicative de l’ensemble des Actionnaires, ce qui faisait jadis, la force du club. Nous n’attendons pas forcément de soutien financier de leur part. Mais un soutien franc et démonstratif pourrait aider ce petit groupe de joueuses qui ne cesse de faire des sacrifices pour l’ASEC Mimosas volley-ball, à se surpasser quand il le faut, et obtenir des lauriers.

D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × 1 =