« J’ai opté pour la stabilité »

Auteur d’une saison remarquable avec son club Al Jazzera de Doha au Qatar, l’ancien attaquant de l’ASEC Mimosas, KOUTOUAN Nantcho Antonin dit Tony, passe de paisibles vacances à Abidjan. Régulier à Sol Béni pour entretenir sa forme, nous l’avons approché pour savoir ses ambitions pour la saison prochaine. Interview.#

Bonjour Tony, c’est devenu une tradition pour toi de venir t’entraîner à Sol Béni à chaque vacance ?

Cela me semble logique. A peine arrivé à Abidjan, le dimanche 13 juin, j’avais aussitôt l’obligation de passer au club, saluer tout le monde comme à l’accoutumée et j’en profite profiter garder la forme. Je le ferai tant que mes forces me le permettent.

Quel sens donnes-tu à une telle démarche ?
Grâce à l’ASEC Mimosas, j’occupe la place qui la sienne aujourd’hui dans la société et dans le cœur des gens. Que peux-je de plus pour manifester cette reconnaissance ? Si ce n’est rendre la politesse à tous les gens qui travaillent pour le club. Si je suis invisible en ville, parce que casanier, au club, je n’ai pas le droit de me barrer.

Casanier, tu l’es. N’est-ce pas une façon de vouloir vivre caché ?
Soyons clair, je ne fuis pas les gens. C’est dans ma nature de vivre dans la discrétion. Le métier que je pratique m’expose assez. Certains exhibitionnistes en profitent. Mais moi, j’ai choisi de vivre tranquillement ma vie, loin des tintamarres.

Contrairement à toi et quelques uns, d’autres Académiciens de votre génération ignorent royalement l’ ASEC Mimosas pendant leurs vacances à Abidjan. Comment expliques-tu cela ?
Je ne veux juger personne. Nous sommes arrivés à l’ASEC Mimosas en détail. Je n’ai pas particulièrement de mots pour expliquer cet état de fait. Je ne suis pas dans les pensées de ces amis. Je ne sais pas non plus quel problème ont-ils avec l’ASEC, si problème il y avait. Dans tous les cas, j’ai bon espoir qu’ils se raviseront et reviendront un jour à la raison.

Parlons de ta saison avec ton club, Al Jazzera Club ?

Une assez bonne saison. Voilà trois ans que nous courrons après le titre. Là encore, nous finissons à la 2ème place du championnat. Ce n’est pas la place que nous voulons. Les coupes que nous remportons cette saison ne remplacent pas le titre qui nous fuit. On sait ce qu’on a à faire la saison prochaine pour décrocher le titre de champion. Personnellement, je reste égal à moi-même. C’est-à-dire le Tony que vous connaissez. A mon compteur, j’ai inscrit 26 buts toutes compétitions confondues dont 19 en championnat national. Dire que je suis resté deux mois inactif pour cause de blessure…

Avec 26 buts inscrits, ton nom doit être sur des tablettes des clubs plus ambitieux ?
En effet, j’ai des propositions. Mais, pour rien au monde, mes dirigeants ne voudront me lâcher. Et comme je m’y sens bien, il est hors de question pour moi, d’envisager mon avenir ailleurs pour l’instant…

Jusqu’à quand durera le bail avec Al Jazzera club ?
Mon contrat prend fin en août 2011. Mais comme je vous le dis, les dirigeants d’Al Jazzera me proposent déjà une prolongation. Le moment opportun, j’aviserai.

C’est à croire que tu n’as pas vraiment la tête ailleurs ?
Pas vraiment. Je n’ai aucun problème là où je suis. Alors, pourquoi ne pas opter pour la stabilité en dépit de ce que les gens diront.

Ton dernier mot ?
C’est un mot d’encouragement aux Actionnaires. Je sais que l’ASEC a été éliminé prématurément de la Ligue des champions. L’ASEC Mimosas a souvent fait mieux. Il faut le comprendre et continuer de supporter les joueurs qui ont vraisemblablement besoin du soutien des Actionnaires. Vivement que nous soyons champions pour repartir de bon pied l’année prochaine en Ligue des champions.

Interview réalisée par

D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-sept − 2 =