« Je vise les Eléphants »

L’ancien buteur de l’ASEC Mimosas et meilleur buteur du championnat ivoirien évolue depuis un an et demi en Belgique au Standard de Liège. Confronté à des blessures, GOHI BI Zoro Cyriac tarde à faire parler de lui dans la Jupiter League, mais il reste confiant qu’après deux ans et épargné des blessures, son heure va sonner.#

Comment ça va Cyriac ?
Tout va bien. Merci.

Comment ta saison s’est passée ?
Pas comme je le souhaitais. J’ai contracté une blessure après trois matches. J’ai été opéré le 5 mars dernier. Bien avant la blessure, j’avais mal, mais je me suis dit qu’avec les soins, tout irait pour le mieux. J’avoue que c’était difficile. Il a fallu passer sur le billard. L’opération a nécessité trois semaines suivies de repos forcé suivi d’une rééducation de deux mois.

As-tu rejoué après ton opération ?
J’ai joué pendant deux mois. Dans l’ensemble j’ai livré quatre matches en qualité de titulaire avec deux réalisations. Pour les autres matches, je suis souvent entré en cours de jeu.

Comment expliques-tu tes blessures récurrentes ?
Cela est peut-être dû au changement de climat. On dit en Afrique que le froid réveille les blessures. Cela peut s’avérer réel. Pour ma part, je sais qu’il est très difficile de jouer dans la neige. Le terrain devient dur et terrible pour les articulations. Il y a aussi la charge de travail qui a changé et qui peut expliquer ces blessures. A l’ASEC Mimosas, on s’entraîne pendant 1h30. Dans mon club actuel, ça dure une heure ou 45 mn, mais de façon très poussé. Après deux ans, je devrais m’habituer.

Tes vacances ne sont donc pas de tout repos ?
Pas véritablement. Les trois quarts de congés sont consacrés au repos, selon les consignes de mon entraîneur, Dominique D’ONOFRIO. Le reste du temps est réservé à l’entraînement à Sol Béni et aux rencontres avec mes anciens partenaires de l’ASEC Mimosas. Ça a toujours été un plaisir de les retrouver et de savoir comment ils se portent et comment ils se comportent avec l’ASEC Mimosas.

Quelles sont tes nouvelles ambitions ?

Mes ambitions restent celles qui m’animaient à mon départ en Belgique, il ya un an et demi. C’est-à-dire montrer tout ce que je peux dans mon club et aller de l’avant. Je vise l’équipe nationale de Côte d’Ivoire qui me tient à cœur.

N’as-tu pas eu de contacts avec d’autres clubs européens depuis que tu es en Belgique ?
Je sais que les Londoniens d’Arsenal et les Allemands de Schalke 04 me suivent. Ce ne sont que de petits contacts mais qui restent des pistes à explorer pourquoi pas.

Dans quel championnat européen aimerais-tu poursuivre ta carrière professionnelle ?
Je pencherai plutôt pour la liga. Le championnat espagnol me fascine. Je le trouve attrayant par son jeu de passe, sa technique et son physique. C’est un championnat où tous les ingrédients sont réunis pour un football de rêve.

Pour quel club craquerais-tu en Espagne ?
Tout petit, le Real me fascinait. Aujourd’hui, si j’avais un choix à faire pour un club espagnol, j’opterais pour l’Atletico Madrid. Je regarde les matches de cette équipe et je me mets dans la peau de Diego FORLAN et de Sergio AGÜERO, qui pratiquent avec l’Atletico Madrid, le jeu d’attaque que j’affectionne.

Qu’est-ce qui a fondamentalement changé à Sol Béni pour que nous te revoyions si émerveillé ?

Je suis rentré à Sol Béni en 2003 pour ma formation. Sept ans après, on y voit un grand changement qualitatif. Quand je partais, des aménagements étaient en cours. Aujourd’hui, je découvre de nouvelles et belles installations. Tout est clean. On se croirait dans un club européen. Cela fait plaisir.
J’ai tellement de chose à dire concernant l’ASEC que je voudrais m’arrêter là. Je voudrais conclure en précisant que l’ASEC Mimosas m’a tout donné. A mon tour j’aimerais lui retourner l’ascenseur. Je dis merci au PCA, Me Roger OUEGNIN, qui est un homme ouvert et qui ne cesse de nous prodiguer ses sages conseils. Je n’oublie pas le président-délégué Francis OUEGNIN et le président du CNACO pour tout ce qu’ils font pour le club. Bon courage aux Actionnaires et vivement le titre de champion, cette saison.

D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

onze − sept =