«Je n’ai jamais changé de ligne de conduite»

Un fervent Actionnaire qui suit la vie de son club sur le site Officiel de l’ASEC MIMOSAS (www.asec.ci), a adressé un message à Me Roger OUEGNIN en le priant de bien vouloir répondre à ses interrogations. Le Président de l’ASEC MIMOSAS a trouvé ces questions pertinentes et, par respect pour nos sympathisants, a décidé d’y répondre en sachant que ces interrogations sont celles de nombreux Actionnaires qui les formulent régulièrement sur notre site Internet.

A partir du mois de Juin 2010, Me Roger OUEGNIN s’engage à répondre tous les mois, sans tabou, aux questions des internautes. Pour cela, postez dès à présent vos questions sur notre site Internet.#

Maître, l’ASEC Mimosas vient de perdre sa place de leader à mi-parcours du championnat, qu’est-ce que cela vous inspire ?

Me Roger OUEGNIN : Il n’est jamais agréable de ne pas atteindre ses objectifs. Mais en réalité, il s’agit d’un objectif à mi-parcours, et il reste encore un match pour boucler la moitié du championnat. Quoi qu’il en soit, l’ASEC sera encore championne cette année.

Le staff technique de cette saison est-il à la hauteur ?

Me Roger OUEGNIN : Je ne cache pas que nous constatons quelques erreurs de coaching, mais il faut faire preuve de tolérance, parce que cela demeure dans les normes. Mais en même temps, on peut déplorer la désertion des Actionnaires. On est intransigeant sur la qualité du jeu de l’équipe, sur l’absence d’un patron du groupe, d’un buteur, etc. et, on n’établit pas une relation de cause à effet entre cet état de fait décrié et la désertion des stades par les Actionnaires. Le phénomène, il faut le reconnaître, est plutôt nouveau à l’ASEC Mimosas qui a toujours été caractérisée par le soutien sans faille de son immense public. Quant aux effets de ce soutien, ils ne comptent pas pour rien. Même le grand Mohamed Ali, au sommet de sa gloire, en réclamait. Qui ne se souvient de « Ali bomayé ! », scandé par Ali lui-même, pour entraîner le public à sa suite ?

Cette désertion n’est-elle pas en réaction à votre entrée en politique ?

Me Roger OUEGNIN : Mon « entrée en politique » dites-vous ? s’il vous plaît, n’exagérez rien ! La désertion date de 2000, vous savez ! Et d’ailleurs, qui en réalité, cela gênerait-il à l’ASEC Mimosas, que j’entre en politique ? . . . Les non politiques ? cela leur serait égal, par hypothèse. Tous les autres Actionnaires se retrouvent dans tous les partis politiques. Quant à moi, je n’appartiens à aucun parti politique, et je l’ai fait savoir. Par contre, ce qui m’a toujours réconcilié avec tous les Actionnaires, c’est que j’exprime constamment mes convictions.
La Côte d’Ivoire, notre pays, traverse une période pas ordinaire, ni facile, et j’ai décidé, en citoyen libre et responsable, d’exprimer mes convictions. Je souhaite qu’on le comprenne ainsi, sinon tant pis, car ni ma fonction de PCA de l’ASEC Mimosas, ni personne, ne fera de moi, un sous-citoyen, dans les moments cruciaux de la vie de la Nation. J’espère que je suis clair une fois pour toutes.

Pour la politique politicienne, soit. Mais qu’en est-il de vos prétentions sur la fédération ?

Me Roger OUEGNIN : Je le souligne encore une fois avec force, que mes ambitions ne me conduisent pas à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football. J’ai toujours œuvré dans l’intérêt du football national, à travers ma mission à l’ASEC Mimosas. A cet effet, je me fais le devoir d’appuyer les actions de la fédération qui vont dans l’intérêt de notre football, et de dénoncer, voire de combattre celles qui peuvent le desservir.

Je n’ai jamais changé, et je ne changerai pas de ligne de conduite. Le président actuel de notre fédération le comprend si bien, que nos relations sont au beau fixe.

Vous savez, le football ivoirien a l’énorme chance d’être servi par des hommes de grande qualité. Les présidents de nos clubs sont des personnes qui méritent respect. Il suffit d’observer dans quelles difficultés la plupart d’entre eux, je dirais d’entre nous, gèrent leurs équipes respectives. C’est pourquoi, la Conférence des présidents est une bonne initiative, aujourd’hui globale et cohérente, qui suscite beaucoup d’espoir. Je profite de notre entretien pour saluer et dire tous mes compliments à mes collègues présidents de clubs. C’est grâce à eux tous, que le championnat semble devenu difficile pour l’ASEC Mimosas. Mais c’est tant mieux, il revient à notre club et aux autres, de hisser leur niveau à la hauteur des débats.

Vous ne décidez donc pas de changer de politique à l’ASEC Mimosas ?

Me Roger OUEGNIN : L’ASEC Mimosas possède une bonne équipe pour gagner le championnat. Pour la Ligue des champions, je pense sincèrement que ce n’est pas suffisant, et, on y travaille déjà, pour le moment venu, disposer des armes qu’il nous faut.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

17 − 16 =