L’ASEC Mimosas porte plainte

Le 29 Décembre 2009, nous avons publié sur notre site Internet, l’arrivée au sein de l’effectif Jaune et noir du joueur Ghanéen Akrofi Edem Kouamé. Cette arrivée résultait de l’accord entre les clubs de l’USC Bassam et de l’ASEC MIMOSAS pour un prêt d’une année (du 1er Janvier au 30 Novembre 2010) moyennant le versement d’une indemnité par l’ASEC MIMOSAS au club bassamois (Règlement réalisé par chèque le 28/12/2009 et le compte bancaire de l’ASEC MIMOSAS a été débité le 14/01/2010).# Le Président Georges EZALEY signait en date du 28/12/2009 la lettre de prêt du joueur adressée à la Fédération Ivoirienne de Football au profit de l’ASEC MIMOSAS, conformément aux règlements généraux de la FIF.

Dûment enregistré à la Fédération Ivoirienne de Football et inscrit sur la liste CAF pour la participation à la Ligue des Champions 2010, le joueur a participé au tournoi doté de la Coupe Félix Houphouët Boigny ainsi qu’aux 3 premiers matches de l’ASEC MIMOSAS du championnat national. Comme prévu à son contrat, il a reçu une prime de signature et a perçu son salaire du mois de Janvier 2010 en date du 2 Février 2010.

A la grande surprise des dirigeants de l’ASEC MIMOSAS, le joueur ne s’est pas présenté aux entraînements à Sol Béni depuis cette date, ce qui a été constaté officiellement par un huissier de justice. Selon les informations qui nous sont parvenues, le joueur serait actuellement en stage dans un club en France, avec la complicité des dirigeants de l’USC Bassam.

C’est pourquoi l’ASEC MIMOSAS a, en date du 9 Février 2010, porté plainte auprès de la Fédération Ivoirienne de football afin que la Commission éthique et discipline prenne des sanctions sévères à l’encontre du club de l’USC Bassam et du joueur Akroffi Edem Kouamé. L’ASEC MIMOSAS demande par ailleurs le remboursement de toutes les sommes versées au joueur et au club mais également des dommages et intérêts suite aux préjudices subis par ces absences et par la perte d’une place sur la liste CAF – Ligue des Champions, sur laquelle il est désormais impossible de supprimer un joueur.

L’ASEC MIMOSAS est déterminée à ce que le joueur, l’USC Bassam et ses dirigeants soient sévèrement sanctionnés pour que ces pratiques scandaleuses n’existent plus dans le football ivoirien.

Par ailleurs, notre club se réserve le droit de porter ce dossier devant le Tribunal Correctionnel pour escroquerie si le dossier n’était pas traité en urgence par la FIF.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 × un =