« L’équipe réserve m’a marqué »

Il a joué à l’ASEC Mimosas, l’équipe de son cœur. Aujourd’hui, il est l’un des entraîneurs adjoints de l’équipe professionnelle de l’ASEC Mimosas, après avoir entraîné à l’Académie MimoSifcom, au Sabé Sport de Bouna, puis dirigé l’équipe réserve de l’ASEC Mimosas. Siaka TRAORE dit Gigi, qui parle très peu, a accepté de se confier à nous. Interview.#

“Gigi” tu es revenu dans l’encadrement technique de l’équipe professionnelle de l’ASEC Mimosas en qualité d’entraîneur adjoint. Que penses-tu de ta nouvelle fonction ?
C’est une satisfaction pour moi de travailler avec Maxime et Lucien en équipe professionnelle. Cela me permet de retrouver l’ambiance de préparation des matches de haut niveau et d’échanger mon expérience avec les autres membres de l’encadrement technique.

Tu as entraîné l’équipe réserve pendant deux saisons. Sur quoi ton travail était-il basé, à ce niveau ?
En équipe réserve, j’avais un groupe réduit de dix joueurs issus de l’Académie MimoSifcom qui étaient en fin de formation. Il fallait insister sur les fondamentaux qu’on leur avait appris dans notre centre de formation, les jeux aux postes et les combinaisons entre les différentes lignes. En fait, c’était un moment délicat de leur formation puisque j’avais la lourde responsabilité de préparer ces jeunes à la haute compétition et je pense que nous avons beaucoup travaillé dans ce sens.

L’effectif de dix joueurs en post-formation était-il l’idéal dans ce genre de situation ?
Absolument, et cela ne posait pas de problème. Durant leur formation à l’Académie MimoSifcom, ces jeunes de la post-formation jouaient à trois, à quatre ou à cinq avec Pascal THEAULT. Alors, se retrouver à dix et jouer à cinq contre cinq ne leur posait pas de problème.

Pour un entraîneur, quelle différence existe-t-il entre la Ligue 1 et le championnat réserve ?
La seule différence, entre ces deux compétitions, c’est l’enjeu. Le championnat des réserves permet premièrement d’évaluer les jeunes joueurs en post-formation. Deuxièmement, il permet à certains joueurs de l’équipe professionnelle qui relèvent de blessure, de maladie où qui ont des difficultés d’intégration dans l’équipe première de gagner en temps de jeu. Troisièmement, le championnat des réserves nous a permis de redonner confiance à certains joueurs comme Dion Sédé Marc, qui a retrouvé la confiance et ses sensations de buteurs, la saison dernière. La Ligue 1, en revanche, soumet l’équipe professionnelle à une forte pression permanente avec une obligation de résultat. Comme vous le constatez, les objectifs ne sont pas les mêmes selon que l’on entraîne l’équipe réserve ou l’équipe professionnelle.

Quelles sont tes nouvelles responsabilités aux côtés de l’entraîneur principal, Maxime GOUAMENE ?
Maxime GOUAMENE est le patron de l’encadrement technique. C’est lui qui définit le programme de travail et chaque jour, il confie à chacun de ses adjoints un travail spécifique que nous exécutons avec un groupe qu’il nous confie. Il supervise le travail d’ensemble. Maxime est un homme ouvert et humble. Avant et après chaque séance d’entraînement, nous échangeons. Nous lui faisons des propositions. Il écoute, puis il décide car le dernier mot lui revient.

“Gigi”, tu as servi à plusieurs postes de l’encadrement technique, à l’ASEC Mimosas. Tu as commencé à l’Académie MimoSifcom, pour te retrouver ensuite adjoint de Patrick LIEWIG, en équipe professionnelle, après avoir été prêté par l’ASEC Mimosas, pendant quatre ans, au Sabé Sport de Bouna. Puis, tu es revenu comme entraîneur de l’équipe réserve de l’ASEC pour te retrouver, aujourd’hui, entraîneur adjoint de Maxime GOUAMENE. Que retiens-tu de tout ce parcours ?
Je suis un serviteur de l’ASEC Mimosas. Je suis prêt à servir mon club à tous les postes. Je retiens de tout mon parcours qu’il faut de l’humilité et de la patience dans la vie pour apprendre. Je suis détenteur d’une licence A d’entraîneur FIFA. J’ai apporté au Sabé Sport ce que je pouvais. J’ai été appelé à la rescousse, une année, pour sauver cette équipe de la relégation et pendant les trois autres saisons, nous avons toujours terminé la L1 parmi les six premiers. Mais ma meilleure expérience, je l’ai vécue en qualité de responsable technique de l’équipe réserve. J’ai travaillé avec des jeunes comme TRAORE Moussa, KANGOUTE Adama, COULIBALY Topio, BOUGOUHI Jean-Jacques, SEGBA Serge Pacôme, qui ont été promus en équipe pro. KOFFI Gauthier et NADI BI Bola sont titulaires au Sabé et Inza DIABATE à l’ESB. Il y a de quoi être satisfait.

Comment expliques-tu le début de saison difficile de l’ASEC Mimosas ?
Ce sont des choses qui arrivent et que l’on a du mal à expliquer. On a conservé l’ossature de l’équipe qui a terminé très fort le championnat de la saison dernière. On a raflé quasiment tous les Oscars du football ivoirien 2009 et on a bien débuté la saison en remportant le tournoi FHB sans la moindre défaite. Nos garçons pèchent peut-être par un excès de confiance. Mais nous sommes en train de travailler pour recadrer les choses et je reste convaincu que l’ASEC Mimosas va redresser la situation pour jouer son rôle de locomotive du football ivoirien, en 2010.

Quel est ton mot de fin ?
Je remercie le Président Roger OUEGNIN et les membres du Conseil d’Administration qui nous mettent dans de très bonnes conditions. Je demande aux Actionnaires de nous faire confiance car nous ferons ce qu’il faut pour mériter leur confiance en repositionnant l’ASEC Mimosas à la place qui est la sienne.

Interview réalisée par K. Ismaël & A. Malolo (Photo)

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatorze − 12 =