DOGBA Ange Pacôme et SERI Jean-Michaël

Ils voient déjà grand

DOGBA Ange Pacôme (Attaquant) et SERI Jean-Michaël (milieu) se sont engagés avec l’ASEC Mimosas. L’ex-attaquant du Séwé Sport de San-Pedro et l’ex-animateur du jeu de l’Africa Sports d’Abidjan se préparent pour faire une grande saison avec leur nouvelle équipe. #

A quand remontent vos premiers contacts avec l’ASEC Mimosas ?
DOGBA Ange Pacôme : Au mercato dernier. Les dirigeants du Séwé Sport n’avaient pas jugé le transfert utile à ce moment.
SERI Jean-Michaël : Concrètement depuis le derby ASEC-Africa joué à Bouaké. Mais déjà, en 2004-2005, lorsque j’étais en sélection cadette, j’avais été approché. Sous contrat prolongé avec le Centre Cyril DOMORAUD, cela n’avait pas été possible.

Etes-vous renseigné sur le club ?
DOGBA Ange Pacôme : Oui, j’avais des échos. Tout petit, je savais comment les choses fonctionnaient à l’ASEC, grâce à des amis. Plusieurs amis m’ont précédé et ils m’ont parlé de la rigueur et des conditions de travail ici (Sol Béni).
SERI Jean-Michaël : Oui, depuis longtemps. J’avais une idée du travail abattu ici (Sol Béni) avec mes amis des différentes sélections de jeunes. Vu leur jeu, je sais que d’énormes progrès sont faits à plusieurs niveaux.

Que répondez-vous à ceux qui trouvent que vous êtes venu dans un enfer sportif ?
DOGBA Ange Pacôme : C’est ce que je pensais moi aussi. Toutes mes craintes ont été dissipées avec le concours éclairé de mes anciens dirigeants, Eugène DIOMANDE et Cyril DOMORAUD. J’ai un contrat assez clair. On parle d’enfer quand tu enfreins les règlements du club …
SERI Jean-Michaël : Je reste indifférent à ces dires. C’est moi que cette question intéresse et non eux. Jouer, est mon objectif premier. Tout est réuni à l’ASEC pour préparer une carrière professionnelle en Europe. Le travail accompli par les dirigeants est progressif. Il n’y a pas de raison de ne pas évoluer dans un tel contexte. Il faut plus d’envie car c’est au bout des efforts qu’on peut progresser.

Quels enseignements tirez-vous de vos premières semaines de travail à l’ASEC ?
DOGBA Ange Pacôme : Il y a la rigueur dans le travail. Du sérieux, de la concentration, de la concurrence, tout y est. Le cadre est propice à tout cela et pour la progression du joueur.
SERI Jean-Michaël : Je ne suis pas étonné du travail effectué. Le travail est intensif. Cela me plaît beaucoup parce que j’affectionne le travail pour avancer. Je suis donc dans mon jardin.

Savez-vous que vous êtes attendus par les Actionnaires ?
DOGBA Ange Pacôme : J’en suis conscient. J’ai été courtisé l’année dernière par les dirigeants Mimos. Si je suis là cette saison, c’est pour confirmer. Il m’appartient de tout mettre en œuvre pour me faire accepter des Actionnaires.
SERI Jean-Michaël : Oui bien sûr. L’ASEC et l’Africa sont les deux grands baromètres de notre football. Un transfert d’un club à un autre est toujours sujet à polémiques. Les gens voudront voir un Séri Michaël défendre crânement les couleurs de l’ASEC et je crois que je ne décevrai pas.

Aurez-vous besoin d’un temps d’adaptation ?
DOGBA Ange Pacôme : Il n’en est pas question. Je dois m’imposer. On me paye pour marquer des buts. A moi de travailler pour en mettre et pour faire avancer mon club.
SERI Jean-Michaël : Pas vraiment. Le temps sera mis pour que je retrouve ma forme car cela fait un moment que je suis à l’arrêt. L’ASEC Mimosas est le club avec lequel j’ai toujours rêvé de jouer. Il y a du jeu dans cette équipe avec beaucoup de créativité, ce qui me permettra de pouvoir m’exprimer. Je suis bien intégré grâce à mes amis de la sélection. Je me sens bien dans ma peau.

Comment imaginez-vous vos grands débuts sous vos nouvelles couleurs ?
DOGBA Ange Pacôme : Bien, avec beaucoup d’humilité. Je dois répondre tout de suite présent par mon assiduité dans le travail. Je suis conscient de ne pas trop fêter.

SERI Jean-Michaël : Ce sera très bien. J’ai hâte de pouvoir disputer mon premier match sous mes nouvelles couleurs.

Quelles sont vos ambitions avec l’ASEC Mimosas ?
DOGBA Ange Pacôme : M’imposer et remporter le championnat ensuite faire une campagne honorable en Ligue des champions, pourquoi ne pas la gagner? Et après, tenter une aventure européenne.
SERI Jean-Michaël : Mon premier objectif, aller très loin en Ligue des champions ; si possible, la remporter. Pour le titre de champion, c’est plus qu’une tradition à l’ASEC de le remporter. Ce, à quoi j’adhère entièrement.

Interview réalisée par D. Clément & A. Malolo (Photos)

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

20 − dix =