« Pourquoi nous célébrons Me Roger OUEGNIN »

L’ASEC Mimosas va célébrer son président Me Roger OUEGNIN pour ses vingt ans à la tête du club. Les préparatifs vont bon train. En attendant les festivités prévues pour le 6 décembre prochain, le président du CNACO, Me KONE Mamadou explique les raisons qui ont motivé sa structure à rendre ce bel hommage au PCA des Mimos.#

En tant que président du CNACO, quelle signification particulière accordez-vous à la célébration des 20 ans de Me Roger OUEGNIN à la tête de l’ASEC Mimosas ?
C’est un choix que nous avons fait en décidant de célébrer les 20 ans de notre président à la tête du club. Certes, certaines personnes fêtent leurs 10 ans ou 50 ans. Mais nous, nous avons choisi de fêter les 20 ans de Me Roger OUEGNIN. C’est une façon pour nous de rendre un hommage mérité à son œuvre à la tête du club. Je considère qu’il a accompli la mission qu’il s’était assignée en prenant le club il y a 20 ans. Tout le monde a pu constater l’œuvre gigantesque qu’il a réalisé à la tête de l’ASEC.

En termes de bilan, qu’est-ce-que les Actionnaires doivent retenir justement de sa gestion à la tête du club ?
Me Roger OUEGNIN a passé 20 années à la tête de l’ASEC. Ces vingt ans sont à placer sous le signe de la maturité. Mais au-delà, c’est surtout la confiance que les Actionnaires ont placée en lui et aux dirigeants du club. C’est encore la stabilité qui a prévalu tout au long de ces longues années. Enfin, nous savons tous que les Actionnaires apprécient l’œuvre de construction qu’il a entreprise depuis son arrivée à la tête du club. Je n’oublie pas non plus la reconnaissance et la considération qu’il a eue à l’égard des anciens dirigeants et joueurs du club. J’avoue que je considère ces 20 ans comme un nouveau départ pour la famille jaune et noir. Une nouvelle aventure dans la vie du club. En une nouvelle ASEC.

Et qu’est-ce-qui va fondamentalement changer par rapport au passé ?
Beaucoup de choses vont changer. Mais je n’entrerais pas dans les détails. Le président OUEGNIN vous donnera plus de détail le moment venu. En attendant, sachez que l’ASEC de demain fabriquera de nouveaux Laurent POKOU, Aruna DINDANE, KONAN Yoboué etc. Ce sera une équipe dans le même esprit que ses devancières qui attiraient le public dans le passé. En somme une équipe de légende. L’ASEC de demain consiste à faire de notre club une société commerciale réelle. Ainsi, elle pourra générer ses ressources propres à s’autogérer à l’instar des grands clubs Européens.

Quelles sont justement vos relations avec Me Roger OUEGNIN ?
Roger OUEGNIN est un ami. En même temps un confrère. Nos relations ne datent pas de maintenant. Elles vont même au-delà des 20 ans que nous avons passés au service de l’ASEC. Me OUEGNIN et moi, cela fait bientôt 30 ans que nous nous connaissons. Nous avons été les deux stagiaires chez Me MONDON Konan Julien, qui était aussi le président du Stade d’Abidjan. Nous avons appris à nous connaître. C’est un grand homme. C’est pourquoi les Actionnaires, les présidents de comité, les Fleurs Mimosas, les anciens athlètes, bref, tous ses collaborateurs tiennent à lui rendre hommage depuis 20 ans.

Parlons des préparatifs. Qu’est-ce qui va se passer concrètement ?
Les festivités commenceront à partir de 7 heures. Tous les Actionnaires vont se regrouper au carrefour de M’Pouto. Ensuite, nous marcherons vers notre maison. Il s’agit de la maison des Actionnaires qui est Sol Béni. Tous les Actionnaires sans distinction viendront dire merci au président Roger OUEGNIN.

Que prévoit le programme une fois à Sol Béni ?
Nous avons plusieurs évènements qui sont au programme. Notamment, une projection de film qui va retracer tous les grands moments de l’ASEC sous l’ère de Me Roger OUEGNIN. Il y aura également des témoignages et une exposition photos. Le président et son Conseil d’Administration vont aussi partager un repas avec les Actionnaires. Et enfin, un match de football va opposer l’Académie à un adversaire.

Avez-vous invité tous les entraîneurs qui ont servi à l’ASEC sous l’ère Roger OUEGNIN ?
Malheureusement non. Nous avons préféré faire une fête certes populaire mais sobre. Bien sûr que nous avons voulu tenir compte du contexte général de crise qui secoue la Côte d’Ivoire. La logique aurait voulu que nous fassions venir tous ceux qui ont contribué à la construction de l’œuvre. Je veux parler de Philippe TROUSSIER, Oscar FULLONE et autres Jean-Marc GUILLOU.

L’absence de Jean-Marc GUILLOU qui a été déterminant dans cette réussite ne ternira-t-elle pas cette célébration ?
L’ASEC a du respect pour tous les entraîneurs qui ont contribué à son épanouissement. Et personnellement, j’ai un immense respect pour un technicien comme Luis Oscar FULLONE. Mais je n’oublie pas aussi d’autres entraîneurs tels que Philippe TROUSSIER, MANGLE Eustache, Charles ROESSLI, KONAN Yoboué, ZARE Mamadou, Jean-Marc GUILLOU, Michel DECASTEL, Drissa TRAORE dit Saboteur, AKA Kouamé, bref tous les entraîneurs qui ont contribué au palmarès de l’ASEC tout au long de ces 20 ans. Mais étant donné que nous voulons fêter dans la sobriété, ils ne seront pas avec nous. Il n’y aura donc pas d’exception.

Combien de personnes attendez-vous à cette manifestation ?

Nous aurions aimé faire la fête un samedi. Cela aurait permis à nos comités installés à l’intérieur du pays d’effectuer le déplacement à Abidjan pour participer à la fête. Finalement, c’est le dimanche qui a été retenu. Bon disons que nous attendons à peu près 2000 Actionnaires au cours de cette fête.

Y aura-t-il d’autres manifestations après la célébration du 6 décembre ?
Je pense que nous allons trouver une opportunité pour organiser une fête à l’endroit de nos autres partenaires. Je veux dire toutes ces grandes personnalités qui nous ont souvent apporté leurs soutiens. Peut-être qu’à cette occasion, nous ferons venir les TROUSSIER, GUILLOU, DECASTEL et autres. Cela à condition que nous ayons les moyens.

A combien s’élève le budget de cette fête ?
Le budget prévisionnel tourne autour de 7 millions de FCFA. Mais, en gros 10 millions. Nous sommes d’ailleurs en train de réunir les fonds. Tout le monde doit apporter sa contribution. Aussi bien les Actionnaires que nous dirigeants. Nous avons conçu deux pagnes pour la circonstance. Ils se vendent d’ailleurs très bien actuellement. Ensuite, les comités, sous-comités et les autres membres apportent leurs différentes contributions.

Quelle sera la place des anciens joueurs ?
Les anciens joueurs ne sont pas oubliés. Ils sont partis prenante dans l’organisation. Je veux parler entre autres de Laurent POKOU, YORO Alphonse, BAILLY Secret, SALIM Eugène, Zan SERY, CISSE Vakantié, TCHIKA Casimir. Ce jour-là, toutes les composantes de la famille Mimosas, je l’ai déjà dit seront là.

Qu’en est-il des anciens dirigeants ?
Les anciens dirigeants sont bien entendu concernés et invités. Lanzeni COULIBALY, DERVAIN Emile, Victor EKRA , tous les anciens qui ont précédé Me Roger OUEGNIN à la tête de l’ASEC sont très attendus. Ils auront leur place. Je souhaite vivement que leur santé leur permette de recevoir l’hommage qui leur revient également.

Prévoyez-vous une place spéciale pour les champions d’Afrique de 1998 ?
Quand je dis que nous voulons rendre hommage à tous ceux qui ont contribué à réaliser le palmarès, je veux parler notamment des athlètes qui ont joué un rôle important. Donc l’équipe de 1998 aura forcément sa place. On ne peut pas reconstituer toute l’équipe parce que nous ne pouvons pas les avoir tous. Baloki par exemple est décédé. Mais tous ceux qui sont disponibles seront présents.

Faut-il interpréter la fête des 20 ans de Roger OUEGNIN comme un signe avant-coureur de son départ à la tête du club ?
Ne faisons pas d’amalgame. La fête que les Actionnaires ont décidé d’offrir à leur président en guise de reconnaissance ne signifie pas une fin de règne. D’ailleurs, le président, lui-même, s’est déjà prononcé sur la question. Moi aussi, je le confirme. Me OUEGNIN est encore là pour 50 ans au moins. Son départ n’est donc pas à l’ordre du jour.

Mais ne pensez-vous pas que de telle déclaration puisse frustrer certains supporters de l’ASEC ?
Je ne le crois pas. Il ne s’agit pas ici de braver les supporters ni de nous lancer dans la fanfaronnade. Le problème est plus profond. J’admets néanmoins que le sens de cette déclaration n’a pas été bien perçu par beaucoup de nos supporters.

Comment faut-il donc interpréter les déclarations de votre président ?
Il a tout simplement voulu dire ceci. Tout ce qu’il a pu réaliser en 20 ans est tellement immense que dans 50 ans ou même 100 ans, on continuera de parler de son œuvre. Mais s’il a aussi pu réaliser toute cette œuvre, c’est bien grâce aux Actionnaires qui l’ont soutenu. Voilà le fond de sa pensée. Et le sens qu’il faut donner à sa déclaration de rester 50 ans. Et je pense que ce qu’il dit est une réalité. Nous avons Sol Béni, l’Académie, la Maison Excellence, le CNACO qui existent bel et bien. Donc ces œuvres-là ne peuvent pas être effacées. Même longtemps après Roger OUEGNIN.

Entretien réalisé
par René KOFFI

SOURCE: SUPERSPORT

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × 2 =