L’homme-pont de l’ASEC s’est éteint !

Il y a 2 ans, le PCA de l’ASEC Mimosas Me Roger OUEGNIN présentait Monsieur Brahima OUEDRAOGO comme un homme-pont et l’homme-pont de l’ASEC Mimosas. Avec une élégance particulière et un cœur à l’ouvrage Monsieur Brahima OUEDRAOGO a su s’accorder une distinction solide. L’Homme-pont de l’ASEC Mimosas s’est malheureusement éteint ce mercredi 25 novembre 2009, à 2h30 du matin à l’Institut de Cardiologie d’Abidjan, à Treichville.

Récit de la distinction d’un homme qui a été au service de son club, l’ASEC Mimosas

L’Ouvrage

Un pont est un ouvrage de travaux publics. C’est un ouvrage d’utilité publique.# Il se trouve des hommes qui acquièrent et soignent une utilité publique. Cela ne fait pas encore d’eux un ouvrage en général, et en particulier un pont.
C’est au contraire leur ouvrage qui tend à faire d’eux un véritable pont. Mais quelle est l’utilité d’un pont ? il sert à relier deux zones naturellement difficiles d’accès sinon inaccessibles de part et d’autre. Ce faisant, le pont permet aux personnes de se fréquenter, de communiquer plus aisément. C’est en cela qu’une personne peut jouer le rôle d’un pont ; c’est-à-dire permettre à d’autres personnes de communiquer, voire de se fréquenter.

A l’ASEC Mimosas, se trouve un homme pour jouer ce rôle qui est magnifique en soi. Etre un homme-pont est la marque d’une belle distinction par les temps qui sont les nôtres. Quand cet homme-pont relie deux régions d’accès géopolitique rendu difficile par la conjoncture, ce rôle ne varie pas. Celui-ci demeure aussi intact que le sport ne change ni de nature ni d’esprit, quelles que soient les circonstances. Et Monsieur Brahima OUEDRAOGO – c’est de lui qu’il s’agit – sert le sport et le football en particulier, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Il travaille pour l’ASEC Mimosas et pour les Etalons. Le résultat est qu’entre le football burkinabé et le football ivoirien, comme entre l’ASEC mimosas et certains clubs du pays des hommes intègres, le courant passe parfaitement. On peut citer pour mémoire, une visite du Président Jacques ANOUMA dans le cadre de l’UFOA, où l’on a pu mesurer l’intensité de ce courant.

Sa Consécration

Cette consécration, sans connotation spirituelle aucune, a eu récemment lieu lors d’une belle cérémonie. Il s’est agi de la cérémonie de décoration de Monsieur Brahima OUEDRAOGO, ainsi distingué pour ses services rendus au sport Burkinabè. Cette cérémonie a eu lieu à Ouagadougou. Le fait qu’il y ait eu plusieurs personnes distinguées, toutes des citoyens Burkinabè dont un seul ivoirien d’origine Burkinabè, était déjà frappant. Le fait que cette cérémonie ait été présidée par le Président du Faso lui-même, donnait du lustre à la consécration. Mais le fait que le récipiendaire ait été accompagné dans son voyage pour participer à cette cérémonie, par 3 membres du staff dirigeant de l’ASEC Mimosas, cela ajoutait une dimension particulière à la consécration de l’homme-pont. Le PCA de l’ASEC Mimosas, Maître Roger OUEGNIN, le vice-président chargé de la section football du club Jaune et Noir, Docteur Lamine DJIBO, et le vice-président du CNACO, Maître KONE Mamadou, ont en effet effectué le déplacement de Ouaga.

Si une cérémonie de décoration reste une affaire personnelle, bien que toujours parfumée avec un zeste institutionnel, celle qui a vu distinguer Monsieur Brahima OUEDRAOGO à Ouagadougou le 11 décembre 2006, fut une consécration véritable. Et c’est bien à son rôle d’homme-pont qui fut consacré aux yeux des plus hautes Autorités de l’Etat du Burkina Faso et des dirigeants de l’ASEC Mimosas. Consécration fut aussi l’évènement, car toutes les parties prenantes du côté de l’ASEC Mimosas en ont tiré une légitime fierté. Tous les gestes et démarches en ont symbolisé le rituel : On décorait quelqu’un qui venait de l’étranger, cette personne ne s’est pas sentie orpheline, et les dirigeants de l’ASEC Mimosas agissaient dans une belle élégance. Vive tous les hommes-ponts de la planète.

B.B.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatorze − 3 =