« Merci à l’ASEC MIMOSAS pour cet exemple »

Le mardi 8 Septembre dernier, à 16h00, les participants au séminaire FIFA sur l’administration et la gestion des clubs ont effectué une visite de travail sur le site de Sol Béni. Organisé dans le cadre du projet : « Gagner en Afrique avec l’Afrique » de la FIFA, ce séminaire est dirigé par Monsieur Jean-Luc GRIPOND, instructeur FIFA et ancien Président du Football Club de Nantes-Atlantique (lorsque l’ancien Mimos Gilles YAPI YAPO évoluait sous les couleurs des Canaris), assisté de MM. Eric DURANT et Belhassen MALOUCHE (Responsable du club de Al Jazeera (Emirats Arabes Unis) dans lequel évoluent les anciens joueurs de l’ASEC Mimosas, Tony KOUTOUAN et Amuah DIAKY).#

Cette visite d’une heure, guidée par le Directeur Marketing et Communication de l’ASEC Mimosas, Monsieur Benoît YOU, a permis de présenter aux séminaristes toutes les installations du club Jaune et noir et d’expliquer la stratégie de l’ASEC Mimosas, en termes de développement.

Les questions furent nombreuses, et on a pu noter l’émerveillement dans les yeux des visiteurs. Certains venaient pour la première fois, et répétaient qu’ils comprenaient maintenant pourquoi l’ASEC Mimosas était vraiment en avance. Monsieur Ignace BOGUIFO, Directeur du Centre Technique National de Bingerville, était de ceux-là, et il s’est montré fier d’avoir contribué à sa manière à l’achat de ce domaine en cotisant lorsqu’il travaillait à la SGBCI dans les années 1990. « A cette époque, dit-il, peu nombreux étaient ceux qui comprenaient la politique de Maître Roger OUEGNIN. Maintenant, tout est clair. Bravo Roger ! »

Réaction
M. Jean-Luc GRIPOND
(Instructeur FIFA, ancien Président du FC Nantes-Atlantique)

« Cette visite a été très instructive et nous remercions Monsieur Benoît YOU de nous avoir permis de mieux découvrir ce club bien connu en Afrique et dans le monde entier. La FIFA l’a désigné comme modèle d’organisation et nous comprenons mieux aujourd’hui pourquoi. Ce qui est important surtout, dans le cadre de notre séminaire, c’est de voir qu’il est possible de construire de telles infrastructures en Afrique et en Côte d’Ivoire. Bien sûr, ce n’est pas facile, il faut des moyens, mais il faut surtout une vision. Il y a 20 ans, la FIFA ne parlait pas de professionnaliser le football en Afrique. Aujourd’hui elle en parle et elle l’enseigne. Cependant, il y a 20 ans, des visionnaires avaient déjà compris que l’avenir du football passait par là. Ils sont aujourd’hui des modèles et ont pris beaucoup d’avance. Il faut les suivre. Merci à l’ASEC MIMOSAS pour cet exemple ».

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 + douze =