SORO Bakary (Ex-capitaine de l\’ASEC Mimosas, sociétaire de FC Lorient) : « Je garde des liens forts avec l\’ASEC Mimosas »

Le dimanche 14 décembre 2008, lors d\’un match de Ligue 1 française Lorient-le Havre, SORO Bakary se blesse et sort sur civière, à la 50è mn. Le diagnostic a été très sévère pour l\’ex-défenseur de l\’ASEC Mimosas puis de Charlton AC qui l’a prêté successivement au Germinal Beerschot, en Belgique et aux Merlus du FC Lorient : rupture des ligaments croisés du genou droit et entorse du même genou, occasionnant huit mois d\’indisponibilité. Eloigné des stades depuis cette blessure, SORO Bakary est en fin de rééducation. En vacances à Abidjan, il trottine à Sol Béni où nous l\’avons rencontré.#

Comment SORO Bakary se porte t-il ?
Très bien. Je suis en fin de rééducation. Dieu merci, après cette longue blessure, je reprends goût au sport. J\’en suis très content.

Tu t’es blessé à un mauvais moment n’est-ce pas?
C\’est vrai. Je prenais une ascension lorsque ma blessure est survenue. Ce qui est arrivé est la volonté de Dieu. Beaucoup de footballeurs professionnels ont connu ce genre de moment difficile et s\’en sont sortis. Je prie Dieu pour ne plus connaître un tel sort.

Qu\’est-ce qui te passait dans la tête à ce moment-là?
Revenir au plus vite. Je n\’ai jamais douté un instant. Moralement, j\’étais costaud. Je me suis projeté dans mon avenir pour que tout soit réuni pour une reprise sans problème.

Après tout, comment analyses-tu ta première saison avec Lorient ?
Je suis satisfait de ma saison, vu les circonstances depuis mes débuts jusqu\’à ma blessure. Je pense avoir démontré que j\’avais le potentiel pour intégrer le groupe Lorientais.

Quels sont tes vœux à présent ?
Reprendre la saison avec le groupe. Que tous mes pépins de ces derniers temps disparaissent et que je retrouve la plénitude de mes moyens physiques et techniques pour aider mon club dans ce qu\’il recherche.

Ton avenir est encore à Lorient ?
Mon avenir est à Charlton AC. Je suis encore sous contrat avec ce club londonien. Jusqu\’à preuve du contraire, j\’appartiens à ce club qui m\’a prêté au FC Lorient.

Les éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial 2010 avec les Eléphants battent leur plein sans toi. Comment vis-tu cela ?
Je prends cela avec philosophie. Je pense à ma non sélection sans en faire un drame. L\’essentiel, c\’est de retrouver ma santé et le reste viendra.

Quels liens as-tu encore avec l\’ASEC Mimosas depuis ton départ en 2006 ?
Je garde des liens toujours forts avec l\’ASEC Mimosas. Aussi bien avec le PCA, Me Roger OUEGNIN, qu’avec l\’ensemble du personnel administratif et sportif du club. Je tiens à dire à tous, merci pour tout ce qu\’ils ont fait pour que je sois là où je suis actuellement. Dieu nous garde le plus longtemps possible pour œuvrer dans le même sens.

Suis-tu les résultats de l\’ASEC Mimosas ?
Oui, bien sûr. Par le biais des journaux, du site internet de l\’ASEC Mimosas ou par des amis et parents, parfois par le Président Roger OUEGNIN, je suis informé de tout ce qui se passe à l\’ASEC Mimosas.

Et comment as-tu vécu la récente élimination de l’ASEC Mimosas en Ligue des champions ?
J\’ai suivi de près cette élimination qui m\’a sincèrement fait mal au cœur. La ligue des champions est la meilleure vitrine pour les joueurs pour “se vendre”. Mais comme on le dit, c\’est dans les moments difficiles qu\’un groupe se forge. Les joueurs doivent se concentrer sur les affaires locales pour éviter au club une année blanche.

Quel est ton mot de fin ?
Je tiens à remercier tout ceux qui m\’ont aidé et qui continuent de m\’aider dans ma carrière. Je n\’oublie pas en particulier, la grande famille de l\’ASEC Mimosas, le centre de formation CIAF et tous mes proches.

Interview réalisée par
D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 − quatorze =