Kolo Touré : « Je rends hommage au président Roger Ouégnin »

Comme beaucoup d’autres ivoiriens, Kolo Habib, le défenseur d’Arsenal était à l’aéroport, lundi dernier, pour accueillir son frère cadet, Yaya Gnégnéry. Il était visiblement heureux.

Touré Yaya Gnegnery vient d’arriver en terre ivoirienne avec le trophée du champion d’Europe des clubs. Quel sentiment vous anime-t-il ?
Il ne pouvait en être autrement. Je suis à la fois heureux et fier de lui. Toute la Côte d’Ivoire attendait un de ses fils à ce niveau. C’est Yaya qui a eu cet honneur. Je ne peux vraiment qu’être content pour ce bonheur qui lui arrive aujourd’hui. Je souhaite qu’après lui, d’autres footballeurs ivoiriens aient cette chance de remporter ce prestigieux trophée que tout footballeur aimerait avoir dans son palmarès.

Aimeriez-vous être aujourd’hui à la place de votre frère?
Non. Je n’aimerais pas être à sa place.

Pourquoi ?
Parce que je suis déjà à ce niveau C’est mon frère, c’est pareil.

Qu’est-ce qui explique cette fulgurante ascension de l’ex-pensionnaire de Mimosifcom ?
Rien d’autre que le travail. Il a beaucoup travaillé pour être au niveau où il se trouve aujourd’hui. Yaya est un joueur de grand talent qui est resté longtemps dans l’anonymat. A force de travail, de courage, de persévérance et de patience, il a réussi à se construire une belle carrière aujourd’hui enrichie du prestigieux trophée des clubs champions d’Europe. C’est extraordinaire. C’est un privilège pour la Côte d’Ivoire.

Si l’on vous demandait de dédier ce sacre, à qui vous le dédierez ?
Je le dédierai à toute la Côte d’Ivoire. Mais, je rends hommage à Jean Marc Guillou, au président Roger Ouégnin qui ont créé l’Académie d’où est sorti Yaya. Par leurs conseils, leurs soutiens et leur vision futuriste, ils ont su mettre Yaya sur la trajectoire de la réussite. Je le dédierai également à tous les joueurs de la sélection nationale pour leurs encouragement et soutien à mon frère. Il a beaucoup appris auprès d’eux. Permettez-moi de dire merci à toute la Côte d’Ivoire pour l’accueil réservé à l’un de ses fils aujourd’hui champion d’Europe avec la grande équipe de Barcelone.

Quels conseils pourriez-vous donner aux enfants qui voudraient suivre l’exemple de Yaya ?
Je leur dirai de travailler, d’avoir beaucoup de courage. En football, tout le monde peut avoir sa chance. Il suffit de croire en son étoile. Et Dieu fera le reste.

Dans le cadre des éliminatoires couplées Can / mondial 2010, la Guinée reçoit la Côte d’Ivoire, dimanche prochain…
Ce match est très important pour les Éléphants. Il n’est pas question que nous rations les rendez-vous d’Angola (Ndlr : Can) et Afrique du sud (Ndlr : Mondial). Nous devons prouver que nous pouvons faire tout ce que nous réalisons avec nos clubs. Je pense que Yaya jouera pleinement sa partition dans la prestation des Éléphants à Conakry, comme tous les autres joueurs d’ailleurs.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

treize − deux =