EFO – ASEC Mimosas, deux pour une place

Vainqueur (2-0) à l’aller, l’ASEC Mimosas se déplace, ce week-end, à Ouagadougou avec une avance confortable. Mais elle devra se méfier de l’ambitieuse formation de l’Etoile Filante de Ouagadougou, qui rêve de lui barrer la route des huitièmes de finale de la Ligue des champions.
« Nous avons perdu le match aller, mais tout n’est pas perdu. A Ouaga, il ne nous reste plus qu’à jouer notre va-tout avec un autre mental… », déclarait Cheikh Oumarou Diabaté, l’entraîneur des champions du Burkina, dans les colonnes de l’Observateur Paalga, du mercredi 18 mars dernier.# L’EFO espère renverser la vapeur à Ouagadougou et arracher une qualification historique pour les huitièmes de finale à l’ASEC Mimosas. Après la manche aller, les Stellistes sont convaincus que la qualification est possible. « Ce que j’ai vu à Abidjan, ne me décourage pas. Cette équipe de l’ASEC est à notre portée », dixit le capitaine Henri Traoré. « L’EFO que je connais est capable de réagir », ajoute l’entraîneur Diabaté. Sur quoi repose cette foi des champions burkinabè ? Sur leur mental, sur le soutien inconditionnel de leurs supporters, mais surtout sur le retour de leur buteur patenté, Eric Soulama, absent lors du match aller pour cause de suspension. Les Stellistes de Ouagadougou travaillent beaucoup dans leur camp d’entraînement de Zogona pour être au mieux de leur forme ce dimanche. Au passage, ils se sont fait un bon moral en renouant avec le succès (1-0) face au Rail Club du Kadiogo (RCK) lors de la 13è et dernière journée de la phase aller du championnat burkinabé de D1, il y a deux semaines. Une victoire importante qui leur a permis de remonter au classement en passant de la 6e à la 4e place.

Une ASEC bien en jambes

Du côté des Jaune et Noir, on prend au sérieux les menaces des Burkinabè. « L’EFO a passé le tour préliminaire en éliminant une bonne formation du Heart Of Lions du Ghana (…) Elle avait marqué quatre buts sur l’ensemble des deux matches (…) Elle m’impressionne par son engagement. C’est une équipe athlétique qui joue bien au football », reconnaît Patrick Liewig. Les Mimos gardent à l’esprit les qualités de leurs adversaires pour ne pas se laisser surprendre. Une attitude qui leur a permis de franchir les mêmes étapes, dans des conditions parfois plus difficiles face à des adversaires plus huppés, les années précédentes. Ils n’entendent pas déroger à cette habitude. Et si les Burkinabè ont conscience que ce sera un tout autre match, ce dimanche, ils n’ont pas vraiment tort. Car ils n’auront plus affaire à la même équipe de l’ASEC Mimosas qu’ils ont affrontée, le 14 mars dernier, sur les bords de la Lagune Ebrié. Les Mimos ont maintenant deux matches de L1 et un de la Ligue des champions dans les jambes. En plus, les rôles seront inversés. L’EFO sera contrainte d’ouvrir le jeu pour refaire son retard. Devant des Mimos offensifs à souhait et qui savent tenir un résultat à l’extérieur ce sera un exercice très périlleux pour les Stellistes de Ouagadougou qui pourraient perdre leurs dernières illusions, ce week-end, au stade du 4-août.

K. Ismaël.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix + 9 =