Le groupe est conscient de l’enjeu sportif

A quelques heures de son départ pour Ougadougou dans le cadre du match retour des 1/16èmes de Finale de la Champions league qui opposera l’ASEC Mimosas à l’Etoile filante de Ouagadougou, le premier responsable du staff technique de l’ASEC a accepté de se confier à ASEC.CI. Très décontracté et entouré de ses plus proches collaborateurs, le coach Patrick Liewig présente l’état d’esprit de ses joueurs et donne un aperçu de la grosse batterie offensive qui sera deployée au stade de ouagadougou pour noyer les rêves des supporteurs de l’EFO.#

Pouvez-vous nous dire dans quel esprit préparez vous le voyage de Ouagadougou ?

La priorité est de se qualifier. La qualification s’acquiert sur 2 matches. Le premier a été négocié avec un avantage de 2 buts, le 2ème ne doit pas être dans une logique de defendre mais au contraire avec cet avantage, avoir une mentalité qui doit nous mettre en confiance sans qu’elle ne soit trop excessive, pour bien défendre ensemble, attaquer ensemble et être conquérant dans tous les secteurs de jeu. Bien défendre ensemble ne veut pas dire être défensif.

On connait l’EFO comme une équipe très athlétique et très engagée. Quelle stratégie adopterez vous pour barrer la route aux burkinabés de l’EFO ?

Pas de stratégie spécifique, il y a à prendre en compte le potentiel athlétique de l’EFO. Cette seule réponse, n’est pas seulement pour le prochain match contre l’EFO mais pour l’ensemble des matches. Notre stratégie reste dans l’animation défensive afin de ne pas subir mais au contraire d’éviter d’être toujours au duel à partir d’une bonne maitrise collective. Le match joué à Bouaké contre la SOA dans le cadre de la 2ème journée de la ligue 1, qui est dans le même registre nous a permis de bien préparer cette rencontre

Ne redoutez vous pas la pression du public Burkinabé qui est annoncé en grand nombre au stade de Ouaga ?
Le fait de jouer dans un stade avec une grande assistance est une source en plus de motivation pour l’ensemble des joueurs. Même si l’équipe est jeune, ces garçons ont une certaine expérience des compétitions africaines à travers la champions league et les sélections en équipe nationale. Cette pression environnementale, ils la connaissent, aussi elle doit se transformer en une pression de terrain dans le comportement individuel et collectif des joueurs.

On a vu lors du match aller, une attaque de l’ASEC très épanouie et soutenue par une tour de contrôle oxygénée par une belle présence et des relances très élaborées. Allez-vous reconduire ce beau schéma ?

Ce n’est pas un schéma, c’est principalement un jeu orienté sur un bloc équipe dynamique, actif dans chacune de ses lignes. Et c’est cela la base de notre jeu.
A partir du moment où on est bien ensemble dans l’animation offensive, on est bien dans l’animation défensive, après il appartient aux joueurs de faire la différence dans les derniers 30 mètres. Qu’on joue à Abidjan où à Ouagadougou, on reste dans le même principe de jeu.

Quel est votre mot de la fin ?

Les matches de champions league restent des matches de haut niveau. La première des priorités est toujours de se qualifier pour les 8èmes de finale. Le groupe est conscient de l’enjeu sportif, l’EFO a des qualités mais, pensons d’abord à nous même avant de se focaliser dur notre adversaire.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × 5 =