1/16ème de finale Aller Champions League , ASEC:2 – EFO:0. Les Jaune et Noir font plaisir aux ivoiriens

C’était un 22 mars 1992 au stade FHB, l’on se rappelle comme si c’était hier, l’ASEC Mimosas battait l’Etoile Filante de Ouagadougou 2-0 après avoir pris le dessus deux semaines avant sur le score de 2- 1 au stade du 04 Août de Ouagadougou. Cet exploit, les actionnaires l’avaient en mémoire et beaucoup se posaient la question si le groupe de Patrick Liewig pouvait le rééditait 17 ans plus tard. Interrogé sur les inquiétudes des actions, le technicien français Patrick Liewig s’est voulu très objectif. « Ayons confiance en ce nouveau groupe et en notre projet et notre philosophie de jeu. Ce groupe déterminé à écrire de nouvelles pages, doit se concentrer sur les préliminaires de la Champions League et la qualification se fera sur nos fortes valeurs collectives et mentales », soulignait-il très détendu. « Nous sommes prêts. Ce samedi, nous serons appliqués devant et solides derrière pour remporter cette bataille », révélait à quelques heures du match, le capitaine Diomandé Ahmed Hervé. C’est donc avec un esprit au beau fixe et une nette confiance que les Jaune et Noir ont débuté la rencontre face à l’Etoile Filante de Ouagadougou.

Dès l’entame du jeu, les Jaune et Noir très appliqués et décidés à dire la grammaire du football professionnel de haut niveau, à toute suite déroulé le rouleau compresseur. Très appliqués en phase offensive, les poulains de Patrick Liewig mettent la défense burkinabé en état de siège. Nous jouons seulement la 2ème minute et les Jaune et Noir carburent à fond. Cette forte pression conduit la défense de l’EFO à une erreur à la 7ème minute dans les 30 derniers mètres. A l’exécution de ce coup de pied arrêté, Kouakou Iréné qui trouve Koffi Foba Stevens dont la balle échoue sur le montant droit du portier Burkinabé. Libre de tout marquage, Kouadio Pacôme exécute le gardien de l’EFO à la 7ème minute. Menés 1-0, les joueurs de l’EFO décident de sortir de leur réserve assiégée depuis la 2ème minute par les guerriers Jaune et Noir, mais la bande à Patrick Liewig musèle les expéditions offensives des burkinabés. Diomandé Ahmed et ses coéquipiers continuent leur récital en s’offrant plusieurs autres occasions de buts. Mais les Jaune et Noir n’arriveront pas à accroitre leur potentiel jusqu’au coup de sifflet de M. Imiera Emmanuel prononçant le retour au vestiaire des deux formations.

La 2ème période vibrante et encore plus étouffante, est modélisée par les Jaune et Noir. Patrick Liewig décide de tourner les boutons à l’extrême, avec l’intervention de Mangoua késsé au lieu et place de Karamoko Alassane. Les intensions du staff technique Jaune et Noir sont clairs : … des buts, encore des buts. Le reflet de cette réorganisation est notoire. L’ASEC Mimosas, mange du terrain et fait exploser le cordon de sécurité de la défense burkinabé dans une clameur indescriptible. Koffi Foba Stevens à la 46ème trouve Kouadio Pacôme à gauche. Le tir de Pacôme repoussé par le gardien burkinabé est repris des 18 mètres par une frappe pernicieuse au sol de Kouakou Iréné qui hypnotise le portier Burkinabé. A 2 buts à 0, L’ASEC bonifie son potentiel mais continue toujours de maintenir une pression générale et permanente. L’EFO se réveille dans les dernières minutes par des ménaces sporadiques, mais Diomandé Ahmed et sa ligne défensive très bien en place, font le ménage. Ils préservent ainsi l’intégrité des buts de Yéboah Daniel jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre Nigérian Imiera Emmanuel.
Avec deux longueurs d’avance, les Jaune et Noir prennent une très bonne option de qualification avant le déplacement de Ouagadougou.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × 1 =