« Ma philosophie, c’est un jeu technique, plaisant et efficace »

En prenant la Direction générale de l’Académie Mimosifcom, Walter Ammann, l’ancien formateur à la Fif s’est fixé des objectifs personnels précis outre ceux du PCA de l’Asec mimosas.

Quelle analyse faites-vous de la saison qui s’achève et qui consacre l’Africa sport champion de Côte d’Ivoire pour la seconde fois de suite?
Je suis un peu mal placé pour faire une analyse complète de la saison parce que je ne suis rentré en Côte d’Ivoire que le 14 août. Mais pour ce que j’ai vu et les statistiques en notre possession, l’ASEC a fait trop de matches nuls (Ndlr : 12 nuls), et surtout une défaite qui est très mal arrivée (contre le Stade en match en retard de la 19ème journée). Quand on s’en tient à ses prestations sur le terrain, l’ASEC est la meilleure équipe de Côte d’Ivoire qui, malheureusement n’est pas championne.

Qu’est-ce qui a manqué à l’ASEC selon vous ?
C’est le problème des équipes engagées en Ligue des champions. Il n’est jamais facile de revenir de cette compétition et de bien s’intégrer dans le Championnat national. Même en Europe, les clubs vivent les mêmes situations. Il y a beaucoup de paramètres qui rentrent en ligne de compte et qui ne sont pas toujours évidents à maîtriser. Pour ses derniers matches, l’Asec a maîtrisé ses adversaires avec son football qu’on lui connait. Vers la fin, elle n’avait plus son destin en main, c’est ce qui a été son problème.

Vous faites-vous déjà une idée de l’ASEC cuvée 2009 même si vous n’êtes pas l’entraîneur du groupe senior…
C’est difficile de se prononcer juste après une saison. Mais je souhaite que ce groupe reste encore ensemble. Il y a plusieurs joueurs avec 18 ans. Avec d’énormes potentialités. Mais on va rentrer dans la période du mercato où les choses vont très vite.

L’ASEC n’a pas le titre mais son attaquant vedette, Gohi Bi Zoro, finit meilleur fusil de la saison avec 21 buts. Il est même bien parti pour être élu meilleur joueur de la saison. Que pensez-vous de ce garçon ?
Cyriac a beaucoup évolué. J’ai vu ce garçon arriver. C’est un joueur très intelligent qui ne fait pas de gestes inutiles. Il joue juste. On a l’impression qu’il est un peu paresseux mais son intelligence compense cette impression qu’il donne. Parce qu’il est toujours là au bon moment pour faire le geste qu’il faut. Mais cela dit, il doit encore améliorer sa finition, parce qu’il rate souvent l’immanquable aussi.

Il se raconte qu’il est partant pour Charlton en Angleterre. Est-ce le bon moment pour lui de rejoindre le monde professionnel?
Ce n’est pas à moi de décider de son départ, mais je peux simplement apprécier en ma qualité de technicien. Sur le plan purement sportif, Cyriac ferait mieux de passer au moins six mois à l’ASEC pour s’aguerrir un peu plus. Et puis, ce n’est jamais bon pour un Africain de partir en Europe en hiver. C’est préférable qu’il aille en mai ou en juin. S’il doit partir, il faut que ce soit dans un club où il peut jouer et en équipe première. Il ne faut pas aller se contenter de la réserve d’un club. En tout cas, c’est un garçon dont on entendra encore parler.

Vous venez de prendre la Direction générale de l’Académie Mimosifcom. Jean Guillou et Pascal Théault sont passés avec leur philosophie de jeu. Quel est la vôtre?
J’ai travaillé avec Guillou, j’ai vu la première génération sortir en 1999. Il avait sa philosophie de jeu basée sur la technique. Mes joueurs auront la même base technique, la différence c’est qu’ils seront plus efficaces. Le jeu était beau à voir mais il manquait d’efficacité. Je reprends beaucoup de choses que Jean Marc a faites au niveau technique, mais je ne veux pas commettre les mêmes erreurs que lui. Au football, on gagne quand on marque plus de buts que l’adversaire. On ne compte pas les gestes techniques encore moins les occasions ratées. Ma philosophie, c’est un jeu technique, plaisant et efficace.

A quand la sortie des premiers académiciens version Walter Ammann ?
Pour l’heure, je ne peux rien promettre. On a repris, l’effectif est réduit à 25 joueurs. Dans les six prochains mois, on va faire des recrutements dans les communes d’Abidjan et à l’intérieur du pays pour avoir une équipe des U16 ans, U14 ans. A partir de juillet, août, on va commencer le travail véritable avec ces deux générations. Désormais, on met l’accent sur la qualité.

Les Actionnaires sont toujours nostalgiques de la première génération qui leur a procuré du plaisir. Ne craignez-vous pas que votre philosophie soit appréciée autrement ?
J’avoue que Jean Marc a fait du bon travail. Il a fait de bonnes choses et des moins bonnes. Il ne faut pas faire des comparaisons pour le faire. Jean Marc avait travaillé dans un environnement où il était pratiquement seul en Côte d’Ivoire. Il n’y avait pas autant de centres de formation. Ce n’est plus la même chose. On est désormais dans un environnement concurrentiel. Ma philosophie apporte un plus à celle de Jean Marc. Les Actionnaires seraient-ils mécontents de voir leur équipe faire du jeu et marquer en même temps beaucoup de buts ? Je ne crois pas.

Quel objectif vous a assigné le PCA de l’ASEC, Me Roger Ouégnin?b
Recruter, former des joueurs pour les mettre d’abord au service de l’ASEC pour gagner des titres et augmenter le volume de transferts du club. Aussi simple que ça.

SOURCE: Nord-Sud

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 + 6 =