Kassy Kouadio Lucien (Conseiller du PCA de l’ASEC Mimosas). « Le titre n’est pas perdu pour nous »

Le Président Roger Ouégnin t’a nommé, la semaine dernière, comme l’un de ses conseillers. Tu reviens dans le giron de l’ASEC Mimosas.

Quelles sont tes impressions ?

Je suis très content de revenir à la maison. Mais en réalité, je n’étais pas vraiment parti. J’aidais l’ASEC du mieux que je le pouvais. J’ai contribué à l’enrôlement de certains joueurs à l’ASEC Mimosas. Je donnais aussi des conseils aux joueurs de l’ASEC Mimosas quand j’en avais l’occasion.

Comment ce retour s’est-il déroulé ?
Mon retour à la maison a été possible grâce à la médiation du Président-Délégué Francis Ouégnin, de Gadji Céli et de Youssouf Fofana. Ils ont estimé que je pouvais apporter quelque chose à notre club. Ils en ont parlé au Président Roger Ouégnin. Comme notre PCA pensait déjà à le faire, il m’a demandé tout simplement de rentrer à la maison après ma petite promenade. Je les remercie tous pour leur esprit de famille. Je n’oublierai pas MM. Aïdara et Konan, deux fervents Actionnaires, pour leurs soutiens et leurs conseils.

Qu’éprouvais-tu quand tu vivais à l’écart de l’ASEC Mimosas ?
J’étais toujours heureux quand l’ASEC gagnait. Je souffrais aussi quand les résultats de l’équipe n’étaient pas bons. Notre dernière défaite face au Stade d’Abidjan m’a fait très mal. C’était un match à ne pas perdre. Mais on l’a perdu et cela me fait très mal.

Tu reviens en tant que Conseiller du Président Roger Ouégnin.
C’est exact. Mais j’ai aussi un rôle de conseiller de l’encadrement technique. J’assisterai à toutes les séances d’entraînement et à tous les matches de l’équipe professionnelle. Après chaque match, je ferai part de mes remarques à l’encadrement technique et je donnerai mon avis sur le suivant. Je superviserai aussi des matches et les joueurs susceptibles d’intéresser l’ASEC Mimosas.

Tu travailleras donc en étroite collaboration avec le Président Roger Ouégnin et l’encadrement technique.
Oui. Je m’investirai pour que la communication qui existe déjà entre le PCA et les encadreurs techniques et entre les encadreurs techniques et les joueurs se développe. Cela est important pour cultiver l’esprit ASEC chez les joueurs. C’est nécessaire pour motiver les joueurs à mouiller le maillot à chaque match.

As-tu le sentiment que les joueurs ne mouillent pas le maillot ?
Franchement, je pense que certains parmi eux ne mouillent pas le maillot. On sent que ces joueurs-là ont la tête ailleurs. Ils pensent à partir à l’étranger. Ils ne mettent pas le pied. Ils ne sont pas réguliers dans leurs performances parce qu’ils font beaucoup de calculs. Et cela se ressent dans les résultats de l’équipe en L1. Il faut les amener à ne plus faire de calculs et à donner le meilleur d’eux-mêmes pendant qu’ils sont à l’ASEC Mimosas.

Faire renaître l’amour du club et du maillot chez les joueurs est-il encore possible de nos jours ?
Cela est possible, si nous continuons d’en parler aux joueurs tout en leur montrant des exemples.

L’ASEC peut-elle encore gagner le titre ?
Le titre n’est pas perdu pour nous. Le seul souci, c’est notre irrégularité. Si nous gagnons les derniers matches de la L1, et nous pouvons les gagner au regard de ce que l’équipe a montré le samedi dernier, face au SC de Gagnoa, nous pourrions renverser la situation en notre faveur.

Que dis-tu pour clore cet entretien ?
Je suis content de revenir à la maison. Je remercie le PCA de l’ASEC Mimosas, Me Roger Ouégnin ainsi que le Président-Délégué, Francis Ouégnin et tous les membres du Conseil d’Administration du club qui me donnent l’occasion de continuer à apporter ma pierre à la construction de l’édifice ASEC Mimosas. Je souhaite que l’union autour du club se renforce. Si nous sommes solidaires et mobilisés autour du club, nous relèverons le défi de la L1 2008.
Interview réalisée par
K. Ismaël.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois × 1 =