12e Ligue des champions de la CAF- 3e journée – Poule A. Carnet de voyage, le parcours du combattant

Pour se rendre au Caire, en vue d’affronter le Zamalek dans le cadre de la troisième journée de la Ligue des champions, les Mimos ont subi un véritable parcours du combattant que notre envoyé spécial vous fait revivre à travers son carnet de voyage.
Jamais l’heure du départ des Mimos pour un voyage dans le cadre de la Ligue des champions n’avait été aussi indécise jusqu’au dernier moment que celui qu’ils ont effectué récemment d’Abidjan au Caire, via Douala, Nairobi et Khartoum. L’heure du départ était d’abord prévue pour le mardi 12 août 2008, à 14 heures. Puis, pour des problèmes de places, elle avait été programmée sur un vol d’une autre compagnie pour le mercredi 13 août 2008, à 2 heures du matin avant d’être ramenée définitivement au mardi 12 août dernier à 19 heures.

Mardi 12 août 2008.

L’avion des Mimos quitte effectivement Abidjan à l’heure prévue avec une délégation de 28 personnes conduite par Ouattara Hégaud, le Secrétaire Général de la FIF. Il atterrit à Douala au Cameroun deux heures plus tard (21h15 GMT ou 22h15 HL). L’escale dure une heure. L’avion repart de Douala à 22h20 GMT à destination de Nairobi (Kenya). Le vol est long. Il dure un peu plus de cinq heures.

Mercredi 13 août.

L’Avion des Jaune et Noir atteint Nairobi à 3h25 (GMT) du matin, soit 6h25 à l’heure locale. Les autorités kényanes demandent aux Mimos de payer les visas de transit. Mais l’attente est longue, les formalités traînent. La fatigue devient insoutenable. D’autant que tout se fait debout et les agents prennent leur temps. Il faut attendre 10h (HL) pour que tout rentre dans l’ordre. Soit quatre heures d’attente à l’aéroport. Les joueurs sont épuisés. Un car de Kenya Airways transporte les Mimos au Red Court Hotel, un beau complexe, non loin de l’aéroport. Après le petit déjeuner, chacun regagne sa chambre pour en redescendre à l’heure du déjeuner. Après, il faut encore attendre le car pour retourner à l’Aéroport International Jomo Kenyatta. Les Jaune et Noir quittent Nairobi à 17h05 (HL) pour arriver à Khartoum au Soudan à 20h10 (HL). Le Kenya et le Soudan sont dans le même fuseau horaire. Une heure plus tard, l’Avion quitte Khartoum pour le Caire où il se pose à 23h24 (20h24 GMT). Un véritable parcours du combattant. Car les Mimos ont fait 25 heures de voyage.

SEM Bernard Tanoh-Boutchoué, le nouvel Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Caire, est venu, en personne, accueillir l’ASEC Mimosas avec ses collaborateurs MM. Amani Jean-Claude (1er Secrétaire), Dolé Albert (1er Conseiller) et Krou Michel (2e Conseiller).

Il est 00h30, lorsque les Mimos arrivent à leur hôtel, le Fairmont Heliopolis, situé en face du Stade de l’Académie Militaire du Caire.

Jeudi 14 août.

Dans la matinée, le Président Roger Ouégnin, Ouattara Hégaud et Djoman Francis, se rendent au siège de la CAF. Dans l’après-midi, à 16 heures, Le Patron de l’ASEC Mimosas, Me Roger Ouégnin, tient une réunion avec l’équipe à l’hôtel, avant que celle-ci ne se rende au Zamalek Stadium pour sa séance quotidienne d’entraînement qui débute à 18 heures, en présence de Me Koné Mamadou et devant de nombreux supporters Zamalkaouis. Le Commissaire au match, le Marocain Mohamed Moufid, qui était déjà présent avec les quatre arbitres algériens qui faisaient leur footing, vient échanger avec le Président Koné Mamadou et le SGA de l’ASEC, Francis Djoman. Le soir, M. Mohamed Moufid, vient rendre visite à l’ASEC, à l’hôtel.

Vendredi 15 août.

Dans l’après-midi, Ouattara Hégaud et Djoman Francis se rendent à la réunion technique au Zamalek Stadium.

L’équipe s’entraîne à l’heure du match au Stade de l’Académie Militaire du Caire. Les Présidents Roger Ouégnin, Koné Mamadou et le chef de délégation, Ouattara Hégaud, sont tous présents.

Samedi 16 aout.

L’ASEC, malgré un arbitrage en faveur du Zamalek, arrache un nul méritoire et glane un point précieux.

Dimanche 17 août.

L’ASEC s’entraîne au Zamalek Stadium à 19 heures. Au même moment, SEM. Bernard Tanoh-Boutchoué et son épouse reçoivent le Patron de l’ASEC, Me Roger Ouégnin, Me Koné Mamadou, Ouattara Hégaud, Francis Djoman et Koné Ismaël, pour un dîner en leur résidence. M. Tanoh-Boutchoué est heureux que l’ASEC ait tenu le Zamalek en échec au Caire. « Je suis très content d’autant plus qu’on me dit que c’est la première fois qu’une équipe ivoirienne ne perd pas un match de coupe d’Afrique des clubs devant son homologue égyptienne au Caire. J’espère que cela marquera la fin du mythe égyptien », dit-il.

L’ASEC quitte le Caire à 00h55 (HL) pour Khartoum qu’elle atteint à 3 heures du matin.
Elle repart de Khartoum à destination de Nairobi où elle arrive à 6h44 (HL) soit 3h44 GMT. L’escale dure deux heures. Les Mimos quittent la capitale du Kénya à 8h50 pour Abidjan via Douala (Cameroun). Le voyage est long et épuisant. Malgré le match nul méritoire face au Zamalek qui a boosté le moral de la délégation, ce véritable parcours du combattant à l’aller comme au retour, l’a vraiment épuisée. A l’arrivée de l’ASEC à 12h24 GMT, le Président Délégué, Francis Ouégnin et les membres de la coordination administrative sont à l’aéroport pour l’accueil.
Tout se passe dans une grande humilité. Car on sait que le plus dur reste à venir.

De notre envoyé spécial au Caire

K. Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre × 5 =