KONE Ladji Tiézan:« L’ASEC, un grand challenge pour moi »

A dix-neuf ans, Koné Ladji Tiézan, l’ex-attaquant de l’AGIR FC de Guibéroua, arrive à l’ASEC avec de grandes ambitions. Et il est décidé à les réaliser.

Koné, que dirais-tu, si tu devais te présenter aux Actionnaires ?
Je m’appelle Koné Ladji Tiézan. Je suis né il y a dix-neuf ans à Yabayo, dans la sous-préfecture de Soubré. J’ai commencé à jouer très jeune au football, au quartier et à l’école. En 2006, j’ai intégré le FC Bibo, une équipe de quartier à Treichville. J’y suis resté six mois. Et c’est là-bas que j’ai été repéré par les dirigeants de l’Agir FC de Guibéroua qui m’ont recruté, au mercato 2007. Malheureusement, je me suis blessé à la cheville et je n’ai pas disputé beaucoup de matches. J’ai pu disputer seulement quatre matches et j’ai marqué un but. Mais l’Agir a pu accéder à la L2.

Tu viens de signer à l’ASEC Mimosas. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
C’est tout simplement le challenge que représente l’ASEC Mimosas qui m’a motivé à signer dans ce grand club de Côte d’Ivoire et de la sous-région. Passer de l’Agir de Guibéroua, qui évolue en L2, à la meilleure équipe de la Ligue 1, est une belle évolution dans ma carrière de footballeur. En deux saisons, je suis passé de la D3 à la L1. Je pense que c’est une belle ascension.

Etais-tu sollicité par d’autres clubs ?
Oui, mais c’était mon président Lekpa Augustin qui gérait cet aspect de ma carrière et c’est lui qui peut vous donner les noms des clubs qui me voulaient.

Comment s’est fait ton transfert à l’ASEC Mimosas ?
Après la première présélection du CHAN 2009 à Bingerville, présélection dont j’ai fait partie, il y a quelques mois, les dirigeants de l’AGIR FC m’ont appris que l’ASEC Mimosas me voulait et qu’elle me suivait depuis un moment. J’ai trouvé que c’est un challenge excitant. Heureusement, les discussions ont abouti pour que je signe à l’ASEC Mimosas.

Sais-tu que le rythme et la charge de travail à l’ASEC ont eu raison de nombreuses recrues ?
Je le sais, mais je ne crains pas la difficulté. Sinon, je ne serais pas venu chez les Mimos.

Sais-tu aussi que la concurrence est rude ?
Je le sais aussi. Mais je dois me battre, travailler dur pour me faire une place dans cette équipe. Le reste dépendra de l’appréciation de l’entraîneur. Je pense avoir les qualités pour m’adapter à mon nouvel environnement. Dans la vie, il faut accepter les difficultés et la souffrance dans le travail, pour avancer. C’est ce que je compte faire.

Quels sont tes objectifs immédiats ?
Mes objectifs sont clairs : devenir titulaire, participer à la reconquête du titre de champion de Côte d’Ivoire et aller loin avec l’ASEC Mimosas, en Ligue des champions 2008.

Propos recueillis par
K. Ismaël.
[Magazine MIMOSAS]

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

vingt − 3 =