Patrick Liewig : « Ce fut une réaction d’orgueil des garçons »

Après un match de champions league au cours duquel les gamins ont donné le meilleur de leur performance et un retour du Maroc en semaine, nous savions que ce derby se jouerait sur le plan psychologique.
Nous sommes mal entré dans le match, avec beaucoup de reculs dus certainement aux conditions atmosphériques. L’adversaire a su remodeler ce temps de flottement à son avantage, en nous mettant deux buts à la 20ème et à la 26ème minute de la 1ère mi-temps. Mais nous étions préparer à toute évolution au cœur de ce choc et ces deux buts n’ont nullement affecté le mental des garçons, qui se sont même crée des occasions nettes dans le dernier quart d’heure de la première période. On a visiblement senti l’AFRICA Sport perdre son organisation et naviguer en plein doute. Nous venions ainsi pendant ce quart d’heure de trouver le secret du verrou défensif vert rouge et la bataille psychologique tournait à notre avantage.
Pour nous, à 2 buts à 0, nous avions une autre vision mentale du jeu, qui nous donnait de voir ce score comme un nul vierge (0 – 0). Malgré la fatigue de notre dernière explication africaine face aux khourigbis, les gamins ont fait preuve d’une excellente cohésion d’ensemble avec de belles négociations sur tout l’espace de jeu. La pause et les remplacements effectués ont apporté du sang nouveau à l’effectif et c’est fort mentalement que nous avons imposé notre jeu en second période et remonter deux buts qui auraient pu plier le match dès la première période. L’ASEC a démontré une véritable culture du résultat et le score qui a sanctionné cette rencontre est acceptable, du moment où nous avons un match en retard qui nous permet de garder le fauteuil de leader de la ligue1 à notre portée.
Je tiens à saluer ce sursaut d’orgueil des garçons et cet esprit de haute compétition.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

seize − huit =